USA : des licenciements dans les organisations juives malgré les prêts
Rechercher

USA : des licenciements dans les organisations juives malgré les prêts

Alors que plus de 500 millions de dollars de prêts ont été distribués à de nombreuses organisations, des licenciements ont été nécessaires

Quelque 5 000 fidèles juifs américains se joignent à un office du vendredi soir, le 13 décembre 2019. (Rob Dicker / Union for Reform Judaism / JTA)
Quelque 5 000 fidèles juifs américains se joignent à un office du vendredi soir, le 13 décembre 2019. (Rob Dicker / Union for Reform Judaism / JTA)

JTA – Plus de 1 000 organisations juives américaines ont reçu des prêts d’urgence fédéraux en raison de la crise économique liée au coronavirus, totalisant environ 540 millions à 1,3 milliard de dollars.

Parmi les destinataires de ces fonds se trouvaient plusieurs organisations qui ont licencié des employés alors qu’ils recevaient des prêts, ce qui laisse donc penser que ces fonds d’urgence n’ont pas permis d’éviter une crise financière pour ces organisations juives.

Ces chiffres ont été dévoilés lundi par l’administration Trump, qui avait initialement publié des détails sur ses prêts aux petites entreprises, d’un montant allant de 150 000 à 10 millions de dollars. Les prêts ont été consentis dans le cadre du Paycheck Protection Program, qui a apporté des fonds destinés au paiement des salaires et à d’autres dépenses à partir d’un fonds de secours d’une valeur de 660 milliards de dollars.

Une analyse des données réalisée en partie par l’éducateur juif Russel Neiss a permis de récupérer les chiffres sur les organisations juives qui ont reçu des prêts supérieurs à 150 000 dollars. Les montants des prêts ont été donnés par fourchette plutôt qu’en montants exacts.

Les groupes juifs s’étaient rapidement organisés afin de demander des prêts, avec l’organisme national de collecte de fonds des Fédérations juives d’Amérique du Nord fournissant des conseils sur le processus de demande. La moitié des organisations juives qui ont présenté une demande ont reçu des prêts, selon l’organisation. Une procédure a permis de déterminer le montant de chaque subvention.

L’assemblée générale des Fédérations juives d’Amérique du Nord, l’un des plus grands rassemblements juifs annuels en Amérique du Nord, le 10 novembre 2015. (JTA)

Le principal objectif des prêts était de prévenir les licenciements dans le contexte de ralentissement économique actuel en permettant aux entreprises de continuer à payer le salaire des employés. Les entreprises qui ont réduit leur masse salariale de plus de 25 % dans les huit semaines suivant la réception des prêts doivent retourner au moins une partie de l’argent.

Selon l’analyse de Neiss, au moins sept organisations juives ont reçu des prêts estimés entre 5 et 10 millions de dollars. Toutes sauf une ont leur siège dans la région métropolitaine de New York. La liste est la suivante :

– L’Anti-Defamation League (ADL)

– L’Orthodox Union (OU)

– L’Union for Reform Judaism (URJ)

– Le Jewish United Fund of Metropolitan Chicago

– La Yeshivah de Flatbush, à New York

– L’école Abraham Joshua Heschel, à New York

– L’United Hebrew, une résidence pour personnes âgées à New Rochelle

Parmi les quelque 1 100 autres groupes juifs qui ont reçu des prêts, on compte des centaines de synagogues, d’écoles, de centres communautaires et de fédérations juives. Près de la moitié ont reçu des prêts de moins de 350 000 dollars. 70 Faces Media, la société-mère de l’agence de presse Jewish Telegraphic Agency, a également reçu un prêt.

Plusieurs organisations ont mis à pied des employés malgré l’obtention de prêts. Les Fédérations juives d’Amérique du Nord, approuvées pour l’octroi d’un prêt compris entre 2 et 5 millions de dollars le 14 avril, ont licencié pas moins de 37 membres de leur personnel début mai, soit environ 20 % des effectifs. Un porte-parole du groupe a refusé de commenter les licenciements, mais une fiche d’information sur le site Web du groupe indique que l’argent du prêt sera utilisé pour des indemnités de licenciement et d’autres dépenses en plus du salaire.

Deux groupes qui ont reçu les prêts les plus importants ont également procédé à des licenciements : l’Orthodox Union et l’Union for Reform Judaism, deux organisations confessionnelles.

Le prêt de l’URJ a été approuvé le 15 avril. Plus de huit semaines plus tard, le 30 juin – après la période d’octroi de prêt – elle a licencié 60 employés. Un porte-parole n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

L’Orthodox Union a licencié ou mis en congé 125 employés début avril, soit le quart de ses effectifs. Peu de temps après, le 14 avril, un prêt gouvernemental d’au moins 5 millions de dollars été approuvé. Son vice-président exécutif sortant, Allen Fagin, a déclaré à l’agence JTA dans une interview le mois dernier que les revenus de l’organisation avaient fortement chuté et que les postes de certains employés n’étaient plus nécessaires alors que les interactions sociales en personne ont dû être limitées.

« Comme vous pouvez l’imaginer, les frais de programme, qui étaient devenus une part de plus en plus importante de notre budget, ont pris fin, y compris des choses comme les programmes d’été », a déclaré Fagin à la JTA. « Et nos revenus philanthropiques, les dons de bienfaisance, ont considérablement diminué. »

Plus de 2 500 adolescents participant aux programmes d’été du National Council of Synagogue Youth en Israël réunis pour une nuit à Raanana. (Autorisation de l’Orthodox Union)

Un prêt de 2 à 5 millions de dollars pour Hillel International, l’organisation parapluie des centres universitaires juifs, a été approuvé le 14 avril. Plus tard dans le mois, elle a licencié ou mis en disponibilité 30 employés, soit environ 20 % de ses effectifs. Dans un communiqué, l’organisation a déclaré que « des réductions ciblées de nos effectifs à Hillel International » étaient l’une des nombreuses mesures prises pour surmonter la pandémie, et qu’en raison du prêt et d’autres collectes de fonds, ils avaient pu limiter les licenciements.

Le prêt de 2 à 5 millions de dollars pour l’American Jewish Joint Distribution Committee a été approuvé le 13 avril. Le 22 mai, le groupe a licencié 15 personnes aux États-Unis et 38 à l’étranger. La masse salariale à l’étranger n’était pas protégée par le prêt.

« L’approbation de notre prêt le 13 avril nous a permis de conserver ces 15 précieux membres du personnel américain plus longtemps que nous n’aurions pu le faire sans le prêt », a déclaré l’organisation dans un communiqué. « Si nous n’avions pas obtenu le prêt, ce qui se serait avéré fatal pour notre capacité à conserver nos employés américains aussi longtemps que possible, le nombre de ces employés licenciés aurait malheureusement été beaucoup plus élevé. »

La fédération juive de Boston, le Combined Jewish Philanthropies, a reçu un prêt de la même fourchette le 7 avril. Après la période de prêt, elle a licencié 25 employés. Il en va de même pour deux centres communautaires juifs de la région de la baie de San Francisco, dont l’octroi d’un prêt de cette fourchette a été approuvé début avril, qui ont licencié une partie de leur personnel entre la mi-juin et la fin juin.

La période d’assistance a pris fin le 30 juin. Etant donné que les effets financiers de la pandémie devraient s’étendre, le Congrès semble se préparer à proposer une deuxième série de prêts plus tard dans l’été, probablement avec des conditions d’éligibilité plus strictes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...