Véhicules vandalisés dans une possible attaque du ‘Prix à payer’ dans une ville arabe
Rechercher

Véhicules vandalisés dans une possible attaque du ‘Prix à payer’ dans une ville arabe

Un bus et un camion ont été incendiés, 3 autres ont été tagués ; un incident qui survient deux jours après la fusillade mortelle de Tel Aviv

Une voiture appartenant à des Palestiniens qui, d'après des résidents locaux, aurait été brûlée par des résidents d'implantations près de la ville de Cisjordanie de Ramallah, le 2 octobre 2015 (Crédit : Flash90)
Une voiture appartenant à des Palestiniens qui, d'après des résidents locaux, aurait été brûlée par des résidents d'implantations près de la ville de Cisjordanie de Ramallah, le 2 octobre 2015 (Crédit : Flash90)

Cinq véhicules ont été vandalisés vendredi dans une ville arabe dans le nord d’Israël, dans ce qui pourrait être une attaque du « Prix à payer » par des extrémistes de droite, deux jours après une attaque terroriste palestinienne à Tel-Aviv ayant tué quatre personnes.

Un bus et un camion ont été incendiés chez un concessionnaire automobile dans la ville de Basse Galilée, Yafa an-Naseriyye, près de Nazareth, tandis que trois autres véhicules ont été peints à la bombe avec les mots « prix à payer » et « vengeance ».

Les agents de police se sont rendus sur les lieux, ont recueilli des preuves et ont lancé une enquête sur l’incident, a rapporté le site d’informations Walla. Un ordre d’injonction de silence a été placé sur les détails de l’enquête.

Des attaques probables du « Prix à payer », généralement des incendies criminels et des graffitis, ont déjà été menées par des extrémistes juifs contre les non-Juifs comme vengeance contre les mesures prises par les responsables israéliens, ainsi qu’en réaction à des attaques terroristes. L’incident de vendredi est survenu deux jours après que deux hommes armés ont ouvert le feu sur le marché Sarona dans le centre de Tel Aviv, tuant quatre personnes et en blessant gravement trois autres.

Jeudi, un tag en hébreu et en arabe a également été dessiné sur un mur dans la ville arabe d’Abou Ghosh, juste à l’extérieur de Jérusalem, a indiqué la police. Le graffiti disait « Prix à payer » et « les Arabes dehors ». Une enquête a été lancée sur l’incident.

Un tag disant "les Arabes dehors" et "prix à payer" dessiné sur un mur de la ville d'Abu Ghosh le 9 juin 2016 (Crédit : police israélienne)
Un tag disant « les Arabes dehors » et « prix à payer » dessiné sur un mur de la ville d’Abu Ghosh le 9 juin 2016 (Crédit : police israélienne)

Israël classe officiellement les attaques du « prix à payer » comme des actes terroristes. Les mosquées, les églises, les groupes israéliens pacifistes et même des bases militaires israéliennes ont été les cibles de ces attaques.

Dans un rapport de l’an dernier, le département d’Etat américain a déclaré qu’Israël n’avait pas correctement poursuivi les auteurs d’attaques du « Prix à payer », une revendication rejetée comme « une généralisation incorrecte grossière » par le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...