Vidéo : une roquette de Gaza explose à quelques mètres d’un bus de soldats
Rechercher

Vidéo : une roquette de Gaza explose à quelques mètres d’un bus de soldats

Pas de blessés dans cet incident où une roquette tirée de Gaza s'est écrasée sur une route où circulait un bus transportant des soldats israéliens

Dimanche, une roquette tirée depuis la bande de Gaza a explosé tout près d’un bus transportant des soldats israéliens dans le sud d’Israël, alors qu’une pluie de roquettes s’abat sur Israël depuis la bande de Gaza.

Dans une vidéo filmée par l’un des soldats, on peut voir des missiles d’interception du Dôme de Fer voler au-dessus de leurs têtes avant qu’une forte détonation ne secoue le véhicule. Une roquette s’est ensuite écrasée sur la route à quelques mètres de soldats. Aucun blessé n’a été rapporté.

Dans l’un des épisodes de flambée de violence les plus forts depuis des années, plus de 600 roquettes et obus de mortiers ont été tirés vers le sud d’Israël depuis la bande de Gaza, avec des nombreux tirs directs sur des immeubles résidentiels.

Trois Israéliens ont été tués dimanche.

Moshe Agadi, un père de famille âgé de 58 ans, est décédé tôt dimanche matin à la suite de blessures reçues par des éclats quand une roquette a explosé juste devant sa maison à Ashkelon.

Plus tard dans la journée, deux autres civils avaient été blessés par des tirs de roquettes dans le sud d’Israël, et l’un d’eux, 22 ans, a succombé à ses blessures au centre médical Barzilai d’Ashkelon. Les deux Israéliens ont été gravement blessés quand une roquette tirée depuis Gaza a frappé l’usine où il travaillaient à Ashkelon. Un autre homme présent sur le site a été modérément blessé.

En outre, un homme de 60 ans a été grièvement blessé alors qu’il conduisait sa voiture à proximité de la frontière de Gaza. Tsahal a déclaré mener une enquête pour savoir si la frappe venait d’une roquette ou d’un missile guidé anti-tank.

Des urgentistes ont déclaré que le conducteur avait reçu de graves blessures lors de la frappe à la jambe et qu’il avait perdu beaucoup de sang et qu’il avait été hospitalisé à Barzilai, où il était dans un état critique. On ne savait pas clairement quels étaient les deux hommes morts parmi les trois blessés graves de dimanche matin.

En riposte aux attaques, Tsahal a déclaré avoir bombardé 220 cibles militaires dans la bande de Gaza, entraînant des dégâts considérables dans les installations de groupes terroristes, mais causant relativement peu de victimes dans l’enclave côtière pourtant très peuplée.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que les frappes israéliennes avaient tué neuf Palestiniens, dont une femme enceinte et sa nièce de 14 mois à Gaza ville samedi. Le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, le porte-parole de l’armée israélienne, a déclaré dimanche qu’un examen détaillé des faits montrait qu’une roquette palestinienne avait manqué sa cible et les avait tués. Il a déclaré que les Palestiniens « essayaient de vendre une histoire qui n’est pas vraie ».

Photo de la scène où une voiture a été frappée par une roquette tirée de la bande de Gaza à proximité de la frontière entre Israël et Gaza le 5 mai 2019. (Noam Rivkin Fenton/Flash90)

Cette soudaine flambée de violences a mis un terme à un mois de relative accalmie. Des médiateurs égyptiens avaient essayé de négocier un cessez-le-feu à long terme entre les deux camps, qui ont combattu deux guerres et plusieurs conflits plus réduits au cours de la dernière décennie.

Tsahal a expliqué que ses frappes ciblaient un tunnel d’attaque transfrontalier du Jihad islamique, les points d’entrée de plusieurs autres tunnels, un lieu souterrain de production de missiles du Hamas, des caches d’armes, des bases militaires, des points d’observations, une usine de ciment utilisée pour produire les revêtements des tunnels et des bunkers souterrains, et plusieurs immeubles utilisés par des groupes terroristes dans la bande de Gaza.

L’échange de tirs intervient après plusieurs semaines de calme relatif entre Israël et Gaza dans le contexte d’une trêve non officielle, qui semble ne plus être appliquée alors que des terroristes dans la bande de Gaza ont renforcé leurs actions violentes le long de la frontière dans les journées qui ont précédé cette nouvelle flambée de violences.

Des groupes terroristes de Gaza ont déclaré que leurs actions étaient des représailles contre Israël qui ne respecterait pas l’accord de cessez-le-feu en bloquant le transfert de l’argent Qatari vers Gaza – une accusation que Jérusalem a démentie, en accusant le Qatar et les Nations unies pour ce retard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...