Virus : l’Agence pour les réfugiés palestiniens réclame une aide d’urgence
Rechercher

Virus : l’Agence pour les réfugiés palestiniens réclame une aide d’urgence

L'UNRWA se bat depuis 2018 pour compenser un arrêt de financement des Etats-Unis, qui étaient jusqu'alors le principal donateur de l'agence

Des soignants palestiniens portent des masques de protection et se préparent à soigner et isoler des patients du coronavirus, dans la cour d'une école de l'UNRWA, à Gaza, le 18 mars 2020. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Des soignants palestiniens portent des masques de protection et se préparent à soigner et isoler des patients du coronavirus, dans la cour d'une école de l'UNRWA, à Gaza, le 18 mars 2020. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

L’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a réclamé vendredi une nouvelle aide d’urgence de près de 100 millions de dollars pour répondre aux conséquences socio-économiques du nouveau coronavirus, au moment où l’organisation traverse la « pire crise financière de son histoire ».

L’UNRWA se bat depuis 2018 pour compenser un arrêt de financement des Etats-Unis, qui étaient jusqu’alors le principal donateur de l’agence, chargée de gérer des écoles et de fournir une aide médicale à quelque cinq millions de réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Si le nombre de personnes contaminées par le virus dans les Territoires palestiniens est relativement bas – environ 350 dont deux morts en Cisjordanie et 20 à Gaza -, les conséquences socio-économiques et humanitaires y sont particulièrement désastreuses, estime l’UNRWA.

Dans la bande de Gaza, territoire densément peuplé de deux millions d’habitants, le taux de chômage pourrait par exemple passer de 5 0% à 70 %, selon Matthias Schmale, le responsable de l’agence dans l’enclave palestinienne.

Les employés palestiniens de l’UNRWA, agence d’aide de l’ONU aux réfugiés palestiniens, à l’arrière d’un camion qui livre de l’aide alimentaire à Gaza, le 31 mars 2020. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’agence a demandé vendredi à ses donateurs une aide exceptionnelle de 93 millions de dollars (environ 86 millions d’euros) pour répondre aux effets de la crise sanitaire, après avoir réclamé mi-mars une première aide de 14 millions de dollars (12,9 millions d’euros).

« L’agence traverse la plus grande crise financière de son histoire et le nouveau coronavirus a un impact dévastateur », a indiqué Elizabeth Campbell, responsable de l’agence à Washington, lors d’un point presse par visioconférence.

« Si nous baissons nos budgets, cela signifie toucher à des services de base et fermer des écoles et des centres médicaux », a prévenu Gwyn Lewis, responsable de l’UNRWA en Cisjordanie.

Un agent de santé palestinien portant un masque de protection vérifie la température corporelle d’un enfant dans une école de l’UNRWA dans le camp de réfugiés d’al-Shati à Gaza, le 18 mars 2020, en pleine pandémie de coronavirus. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Mme Campbell a fait état d’un « soutien sans précédent et essentiel » de pays du Golfe.

En 2018, Washington a annoncé mettre fin à son aide financière annuelle de 300 millions de dollars à l’agence, estimant qu’elle avait fait son temps, 70 ans après le conflit israélo-arabe et la création d’Israël.

Fin mars, des parlementaires américains ont adressé une lettre au secrétaire d’État Mike Pompeo l’appelant à allouer davantage de fonds aux Palestiniens, notamment à l’UNRWA.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...