Washington fustige l’antisémitisme en Europe et la répression religieuse de l’EI
Rechercher

Washington fustige l’antisémitisme en Europe et la répression religieuse de l’EI

"Nous espérons inciter les gouvernements à honorer la dignité religieuse de leurs concitoyens," peut-on lire dans le panorama annuel mondial sur les libertés religieuses

Un graffiti antisémite dans le district de Rome, 25 janvier 2014. (Crédit : Yuri Bugli/Facebook)
Un graffiti antisémite dans le district de Rome, 25 janvier 2014. (Crédit : Yuri Bugli/Facebook)

Les Etats-Unis dénoncent la répression religieuse exercée par le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak et s’alarment d’une poussée de l’antisémitisme en France et en Allemagne, dans leur panorama annuel mondial sur les libertés religieuses publié mercredi.

Dans cet état des lieux 2014 sur les libertés de religion dans le monde, le département d’Etat américain met l’accent sur les acteurs non étatiques, comme l’EI accusé de « persécutions brutales » contre des minorités religieuses, telles que les chrétiens en Syrie ou en Irak.

Washington a dénoncé la Chine et l’Iran – pour leurs politiques « monstrueuses » de discriminations religieuses – et ses alliés arabes, comme l’Arabie saoudite, et européens, comme l’Allemagne et la France.

Pour ces pays amis en Europe, le département d’Etat relève qu’ « à l’été 2014, la France et l’Allemagne ont été témoins d’une vague de sentiments anti-Israël qui ont franchi la barre de l’antisémitisme ».

La diplomatie américaine fait allusion aux manifestations, notamment à Paris, dirigées contre l’Etat hébreu et des juifs, à l’occasion de l’offensive militaire israélienne dans la bande de Gaza, à l’été 2014.

Un manifestant français à Paris qui fait une quenelle en portant un masque et une fausse roquette - 13 juillet 2014 (Crédit : AFP)
Un manifestant français à Paris qui fait une quenelle en portant un masque et une fausse roquette – 13 juillet 2014 (Crédit : AFP)

Le rapport, qui ne couvre que l’année passée, ne mentionne pas les attentats à Paris de janvier 2015, notamment contre un supermarché casher, pour lesquels Washington avait déjà dénoncé une « poussée de l’antisémitisme » en France.

« Aucune nation ne peut donner ce qu’elle a de mieux si sa population n’a pas le droit de pratiquer (…) et de professer ce à quoi elle croit profondément », a commenté le secrétaire d’Etat John Kerry en dévoilant le rapport de son ministère de la presse.

« Nous espérons inciter les gouvernements à honorer la dignité religieuse de leurs concitoyens », a-t-il ajouté, les Etats-Unis étant traditionnellement attachés au respect des libertés religieuses partout dans le monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...