Washington réclame à l’ONU des sanctions contre le programme balistique iranien
Rechercher

Washington réclame à l’ONU des sanctions contre le programme balistique iranien

Les Etats-Unis citent 3 tirs qui enfreignent la clause interdisant à Téhéran de mener une activité liée aux missiles balistiques conçus pouvant transporter une charge nucléaire

Des Iraniens visitent une exposition de l'equipement militaire à Téhéran, le 2 février 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
Des Iraniens visitent une exposition de l'equipement militaire à Téhéran, le 2 février 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

Les Etats-Unis ont réclamé à nouveau jeudi à l’ONU de prendre des sanctions internationales contre l’Iran, accusé par Washington de violer par ses essais de missiles une résolution de 2015 et de déstabiliser le Moyen-Orient.

« Nous appelons tous les membres du Conseil de sécurité à assumer leur responsabilité de maintien de la paix et de la sécurité internationales », souligne le représentant américain à l’ONU Jonathan Cohen dans une lettre jeudi au secrétaire général de l’Organisation.

Ces pays devraient « nous rejoindre pour imposer des conséquences réelles à l’Iran pour son mépris flagrant à l’égard des demandes de l’ONU et lui réimposer des restrictions internationales encore plus sévères pour le dissuader de poursuivre son programme de missiles », ajoute-t-il.

Dans sa missive, le diplomate américain cite trois tirs iraniens, le 1er décembre pour un missile balistique, le 15 janvier et le 5 février pour mettre en orbite des satellites. Il y précise que Washington considère que ces lancements ont recours à de la technologie balistique pouvant être utilisée pour des armes nucléaires.

La résolution 2231, qui a entériné en 2015 l’accord international conclu la même année avec l’Iran pour l’empêcher d’acquérir la bombe atomique, appelle Téhéran à « ne mener aucune activité liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des charges nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques ».

Dans sa lettre qui rappelle ces dernières dispositions, Jonathan Cohen souligne aussi l’interdiction faite à tout pays de fournir à l’Iran des équipements, une assistance technique ou un financement l’aidant dans son programme de missiles en contradiction de la résolution 2231.

Le jugeant insuffisant, Washington s’est retiré en mai 2018 de l’accord nucléaire international mais tous ses partenaires, européens, chinois et russe, continuent de le respecter comme le fait également l’Iran, selon l’ONU.

Les Occidentaux et les Iraniens divergent sur l’interprétation de l’article de la résolution 2231 relatif aux missiles balistiques. Affirmant n’avoir aucune intention de se doter de l’arme atomique, Téhéran assure que ses programmes de missiles sont défensifs et conformes à la résolution de l’ONU.

Le comportement iranien « nécessite un effort international concerté et large pour s’assurer que l’Iran ne menace plus la paix et la sécurité régionales », insiste Jonathan Cohen dans sa lettre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...