Rechercher

Washington « suivra les faits » sur la mort de la journaliste palestinienne Abu Akleh

Interrogé sur "l'absence totale de répercussion" pour Israël, Blinken a réaffirmé que les faits "n'ont pas encore été établis"

Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken prend la parole lors d'une audition de la commission des affaires étrangères du Sénat au Capitole américain, le 26 avril 2022, à Washington. (Crédit: Bonnie Cash-Pool/Getty Images/AFP)
Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken prend la parole lors d'une audition de la commission des affaires étrangères du Sénat au Capitole américain, le 26 avril 2022, à Washington. (Crédit: Bonnie Cash-Pool/Getty Images/AFP)

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a promis mardi de demander des comptes sur la mort de la journaliste Shireen Abu Akleh, objet d’un vif désaccord entre Israël et autorités palestiniennes.

La journaliste palestinienne, vedette de la chaîne Al Jazeera, qui détenait également la nationalité américaine, a été tuée le 11 mai tandis qu’elle couvrait un raid de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie.

Lors d’un échange en marge du Sommet des Amériques, qui se tient cette semaine à Los Angeles en Californie, le secrétaire d’Etat américain a dû répondre à une question sur « l’absence totale de répercussion » pour Israël, allié historique des Etats-Unis.

« Je suis désolé, avec tout mon respect, (les faits) n’ont pas encore été établis », a déclaré Antony Blinken.

Fresque à la mémoire de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, à Gaza, le 15 mai 2022. (Crédit : AP Photo/Adel Hana)

« Nous cherchons une enquête indépendante, crédible. Quand cette enquête sera là, nous suivrons les faits, où qu’ils mènent. C’est aussi simple que cela », a-t-il dit.

M. Blinken, qui a échangé avec la famille de la reporter, a dit « déplorer la perte de Shireen. Elle était une grande journaliste, une citoyenne américaine ».

Le procureur en chef palestinien a établi, en date du 26 mai, que journaliste de Al Jazeera a été la cible d’un tir d’un soldat israélien. Une enquête de CNN pointe également une responsabilité israélienne.

Les autorités israéliennes ont balayé ces accusations et mènent leur propre enquête. Elles estiment que Shireen Abu Akleh aurait pu être touchée par une balle perdue d’un tireur palestinien, ou bien par erreur par un soldat israélien.

Selon un journaliste de l’AFP sur place, aucun combattant palestinien ne se trouvait à proximité du groupe de reporters postés sur une zone ouverte à l’entrée du camp.

Des dizaines de parlementaires démocrates ont appelé la police fédérale américaine, le FBI, à mener elle aussi une enquête afin d’avoir des résultats impartiaux sur les causes de la mort de la journaliste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...