Rechercher

Yitzchak Goldknopf prolonge le programme de rénovation urbaine

Bien qu'il n'y ait pas encore eu d'amélioration de la préparation aux tremblements de terre, le programme TAMA 38 qui vise à renforcer les bâtiments anciens a été prorogé

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans l'immobilier pour le Times of Israel.

Vue d'une colonne détruite dans le cadre d'un projet de rénovation TAMA 38 à Kiryat Bialik, le 24 octobre 2018. (Crédit : Meïr Vaaknin/Flash90)
Vue d'une colonne détruite dans le cadre d'un projet de rénovation TAMA 38 à Kiryat Bialik, le 24 octobre 2018. (Crédit : Meïr Vaaknin/Flash90)

Les réglementations israéliennes en matière de construction qui permettent aux promoteurs de moderniser et d’agrandir les immeubles d’habitation existants ont reçu une nouvelle extension, même si elles continuent à échouer dans leur objectif principal. Menacé d’extinction à plusieurs reprises, le ministre du Logement et de la Construction Yitzchak Goldknopf a annoncé que les propositions de TAMA 38 [expansion d’un bâtiment existant] pouvaient continuer à être soumises jusqu’en mai 2024.

Le ministère évaluera les programmes successifs destinés à remplacer le cadre du TAMA 38, introduit pour la première fois en 2005 et destiné à l’origine à inciter le secteur privé à moderniser les bâtiments construits avant 1980 afin de les rendre résistants aux tremblements de terre. En échange du renforcement et de l’amélioration des appartements existants, les promoteurs ont bénéficié d’allègements fiscaux et de droits de construction supplémentaires pour ajouter de nouveaux appartements aux bâtiments existants, qui pouvaient ensuite être vendus pour garantir la viabilité commerciale des projets.

À l’origine, le cadre devait contribuer à renforcer les structures existantes en les protégeant contre les tremblements de terre et en ajoutant des pièces blindées – ou mamadim – dans les villes situées le long de la faille syro-africaine, telles que Kiryat Shmona, Tibériade et Beit Shean.

Le TAMA 38 a connu une grande popularité à Tel Aviv, à Jérusalem et dans les villes du centre d’Israël, des zones qui ne sont pas exposées à un risque sismique élevé mais où les prix de l’immobilier sont plus élevés. Ces zones sont également plus denses et l’espace disponible pour de nouveaux projets de construction est limité, ce qui fait encore grimper les prix et rend les projets TAMA 38 extrêmement rentables. Les autorités n’ont pas fait grand-chose pour remédier à la vulnérabilité aux tremblements de terre des quartiers plus anciens situés en dehors de la région centrale.

Lors d’une réunion de la commission de l’Intérieur et de l’Environnement de la Knesset au début du mois, le ministre du Logement et de la Construction a prolongé d’un an, jusqu’en mai 2024, le délai de soumission des plans municipaux destinés à remplacer le TAMA 38. Cela permettra aux villes qui souhaitent poursuivre des projets de rénovation pour des immeubles d’habitation individuels de le faire, plutôt que de les forcer à adopter uniquement des plans de démolition et de reconstruction.

La mise en œuvre des plans TAMA 38 prend généralement plusieurs années, car il faut l’accord d’une majorité de propriétaires d’appartements existants et la procédure d’approbation peut être complexe. Ils sont généralement mis en œuvre par des promoteurs individuels.

Les plans de rénovation urbaine élaborés par les municipalités locales peuvent combiner l’amélioration de bâtiments individuels avec des programmes de démolition et de reconstruction – ou Pinoui Binoui – plus importants, et le processus peut être plus rapide.

Il y a une pression constante pour des logements supplémentaires afin de soutenir la population croissante d’Israël, et en l’absence d’alternatives, le programme TAMA 38 reste un outil supplémentaire utile. Toutefois, étant donné que chaque projet n’offre que quelques nouveaux appartements, le programme TAMA 38 ne contribuera guère à remédier à la pénurie de logements et à l’inflation.

Goldknopf a annoncé que la prolongation avait pour but d’assurer « la continuité et la certitude de la poursuite de la rénovation urbaine dans le cadre du programme TAMA 38 ». Toute municipalité souhaitant aller de l’avant avec des projets TAMA 38 verra ses propositions examinées à condition qu’elles soient déposées avant mai 2024, date à laquelle le ministère espère commencer à évaluer les propositions de rénovation urbaine des autorités locales individuelles.

Le ministère du Logement et de la Construction a également engagé 120 millions de shekels supplémentaires pour des projets de rénovation urbaine dans les villes périphériques, y compris celles de Tibériade et de Beit Shean.

Ces fonds représentent une acceptation tacite des limites de la mise en œuvre du TAMA 38 en ce qui concerne la préparation aux tremblements de terre dans les zones qui en ont le plus besoin.

Le contrôleur de l’État Matanyahu Englman, s’exprimant à la suite de l’énorme tremblement de terre qui a frappé la Turquie et la Syrie en février, a déclaré qu’il était urgent que le gouvernement prenne des mesures pour que le pays soit prêt à faire face aux tremblements de terre.

L’année dernière, un rapport de son bureau a révélé que 600 000 bâtiments en Israël ne répondaient pas aux normes requises. Le gouvernement a promis de constituer un fonds d’environ 50 milliards de shekels pour faire face à cette menace, un grand nombre de bâtiments publics étant également menacés.

Le contrôleur a déclaré que son bureau publierait bientôt un rapport sur le niveau de préparation des autorités locales aux tremblements de terre et sur l’état de préparation de leurs services d’urgence à leurs conséquences. L’étude, menée au cours de l’année dernière, s’est concentrée sur cinq collectivités locales situées le long de la vallée du Grand Rift – Beit Shean, Tibériade, Safed, Kiryat Shmona et Hatzor HaGlilit – qui sont considérées comme les plus à risque.

Englman a noté que les rapports précédents sur ces zones et d’autres dans la périphérie avaient constaté que le plan TAMA 38 de l’État qui vise à renforcer les bâtiments à risque n’avait pas été suffisamment mis en œuvre et que d’autres actions étaient nécessaires à la place.

Le rapport a également examiné divers ministères et autres organismes gouvernementaux, en mettant l’accent sur le ministère de l’Intérieur, le centre national de cartographie et la commission directrice interministérielle pour la préparation aux tremblements de terre.

En février, une commission de la Knesset s’est réunie sans parvenir à un accord sur un nouveau cadre destiné à remplacer le TAMA 38 et à renforcer des centaines de milliers de bâtiments jugés vulnérables à de futures secousses.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.