Rechercher

Zelensky s’entretient avec Bennett sur les propos « scandaleux » de Lavrov

Le dirigeant ukrainien s'est réjoui de cet entretien "fructueux", a évoqué la guerre et regretté la « faible » réaction de la communauté internationale aux propos de Lavrov

Une photo composite du Premier ministre israélien Naftali Bennett à Jérusalem, le dimanche 6 mars 2022, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev, en Ukraine, le 12 mars 2022. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool via AP; Bureau de presse du président ukrainien via AP)
Une photo composite du Premier ministre israélien Naftali Bennett à Jérusalem, le dimanche 6 mars 2022, et le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev, en Ukraine, le 12 mars 2022. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool via AP; Bureau de presse du président ukrainien via AP)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré mercredi avoir mené des « négociations fructueuses » avec le Premier ministre Naftali Bennett lors d’un appel téléphonique et évoqué les propos « scandaleux » du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, concernant les prétendues racines juives d’Adolf Hitler.

« Nous avons eu un échange fructueux avec le Premier ministre Naftali Bennett. Je l’ai félicité, lui et le peuple d’Israël, à l’occasion du Jour de l’Indépendance ! » a écrit Zelensky dans un tweet, ajoutant avoir informé Benett de son combat contre la Russie et « de la situation critique à Marioupol ».

Plus tard, dans son discours nocturne au peuple ukrainien, Zelensky a déclaré que les deux dirigeants avaient également évoqué les « propos scandaleux et totalement inacceptables » de Lavrov, selon Reuters.

Les relations entre Israël et la Russie se sont distendues ces derniers jours, à la défaveur des propos de Lavrov affirmant qu’Adolf Hitler avait des ancêtres juifs, dans ce qui semble être une tentative de justification des exactions de Moscou pour « dénazifier » l’Ukraine, dont le président Zelensky est pourtant juif.

Le cabinet de Bennett n’a pas encore publié de compte-rendu de l’appel, passé le jour-même où Israël célébrait son 74e Jour de l’Indépendance.

Bien que Bennett ait tenté de s’imposer comme médiateur entre l’Ukraine et la Russie, les relations entre Zelensky et Bennett ont été altérées par ce que l’Ukraine considère comme un manque d’engagement de la part d’Israël envers elle et une critique trop timide de la Russie.

Ces derniers jours ont apporté quelques changements dans l’attitude israélienne, notamment dans le sillage de la publication des preuves des massacres perpétrés par la Russie [en Ukraine] et des propos antisémites de Lavrov.

De récentes informations indiquent que les responsables israéliens pourraient examiner un possible accroissement de l’aide à l’Ukraine, incluant des équipements militaire défensifs que Jérusalem s’était jusqu’à présent abstenu de fournir.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février dernier, Israël n’a pas donné suite aux demandes de Kiev et de l’Occident de fournir des équipements militaires tels que des batteries anti-missiles, et n’a accepté que très récemment d’envoyer des casques et gilets pare-balles destinés aux secours civils, afin de conserver de bonnes relations avec la Russie. Israël a fait parvenir une centaine de tonnes d’aide humanitaire et déployé un hôpital de campagne dans l’ouest de l’Ukraine durant six semaines.

Selon un responsable diplomatique, Israël n’envisagerait pas la fourniture d’armes offensives ni de technologies défensives avancées, telles que le système antimissile Dôme de fer, mais tenterait de trouver des équipements susceptibles de ne pas déclencher de crise avec Moscou.

Cérémonie d’ouverture d’un hôpital de campagne israélien à Mostyska, en Ukraine, le 22 mars 2022 (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

« Il n’y a toujours pas de projet de fourniture d’armes offensives, seulement des armes défensives », a déclaré la source.

Les responsables israéliens devraient maintenant se résoudre à apporter une aide militaire à l’Ukraine, même à un niveau symbolique dans l’espoir de préserver sa relation avec la Russie, a indiqué mardi Haaretz, citant des responsables bien informés de la question.

Zelensky a réagi, mercredi, aux propos de Lavrov. Il considère que le fait, pour la Russie, de le comparer à Adolf Hitler et suggérer que lui et d’autres dirigeants ukrainiens sont antisémites est une continuation des tactiques de propagande du nazi, Joseph Goebbels.

Lavrov a déclaré dimanche qu’Hitler avait du « sang juif » et mardi, le ministère des Affaires étrangères a accusé Israël de soutenir « le régime néo-nazi de Kiev ».

S’adressant à Fox News, Zelensky a déclaré que Moscou « suivait la même politique que Goebbels et utilisait les mêmes méthodes » afin de justifier la guerre menée contre l’Ukraine.

En sa qualité de ministre de la Propagande du Reich de l’Allemagne nazie, Goebbels a soutenu la mise en œuvre de la politique antisémite du parti nazi par son action auprès de la population allemande et préparé le terrain pour la Solution finale.

« Je trouve la réaction de la communauté internationale aux propos de Lavrov encore faible », a ajouté Zelensky.

Les propos de Lavrov ont suscité l’indignation en Israël, qui a qualifié la déclaration « impardonnable et scandaleuse » et l’a décrit comme une « terrible erreur historique ».

Photo non datée de Joseph Goebbels, ministre nazi de la propagande, prononçant un discours. (Crédit : Bengt von zur Muehlen/Yad Vashem Photo Archive)

Le ministère russe des Affaires étrangères a enfoncé le clou, mardi, en accusant Israël de soutenir « le régime néo-nazi de Kiev ».

Mercredi, une porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a affirmé que des mercenaires israéliens combattaient aux côtés de la milice d’extrême droite Azov en Ukraine, alimentant encore les tensions avec Israël.

« Les mercenaires israéliens sont pratiquement main dans la main avec les miliciens d’Azov en Ukraine », a déclaré Maria Zakharova à la radio favorable au Kremlin, Spoutnik, dans une interview.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov à Moscou, le 24 mars 2022. (Crédit : Kirill KUDRYAVTSEV/AFP)

S’adressant mardi au Times of Israel, le chef de cabinet de Zelensky avait déclaré que les propos de Lavrov frisaient le déni de la Shoah et prouvaient que Moscou constituait une menace pour les Juifs du monde entier. Andriy Yermak a par ailleurs indiqué croire qu’Israël se rapprocherait de l’Ukraine, évoquant les propos de Lavrov et les crimes de guerre que semblent avoir commis les soldats russes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...