Un haut responsable israélien a confirmé les rapports des médias israéliens, à savoir que les Etats-Unis ont suspendu une cargaison de missiles Hellfire à destination d’Israël suscitant un regain de tensions entre les alliés.

La décision de tenir à distance le transfert était très probablement dûe en raison de la tension diplomatique accrue, selon le fonctionnaire, confirmant un article du Wall Street Journal paru plus tôt dans la journée qui indique que la Maison Blanche et le Département d’Etat avait été irrités par un transfert d’armes à Israël et avait ordonné une surveillance accrue dans les futures ventes.

Le rapport affirme que les tensions israélo-américaines sont à un niveau record, entre le président américain Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les ventes ont suscité un débat interne entre les politiciens israéliens, tandis que d’autres, comme l’ancien ambassadeur des États-Unis, Michael Oren, ont tenté de colmater la brèche.

« Il est vrai qu’il y a parfois des désaccords, mais il est important de garder les différends dans les coulisses et de ne pas laver son linge sale [en public]. Les relations entre le président et le Premier ministre sont essentielles, et il est préférable d’éviter de nuire aux liens », a-t-il dit.

Après des mois de tensions, la relation diplomatique américano-israélienne connaît de nouvelles divergences, tandis que la Maison Blanche et le Département d’Etat réduisent les transferts d’armes à Israël le mois dernier, selon le Wall Street Journal jeudi, et ont bloqué la livraison d’un lot de missiles Hellfire.

Le WSJ a également fait état d’un « appel téléphonique particulièrement tendu mercredi » entre le président Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les responsables de l’administration considéreraient Netanyahu et son équipe comme « téméraires et peu dignes de confiance », alors que les dirigeants israéliens les qualifieraient de naïfs et faibles.

La décision d’évaluer chaque demande par l’armée israélienne séparément, y compris l’arrêt du transfert des missiles Hellfire, est intervenue après la découverte par la Maison Blanche et le Département d’Etat le mois dernier que le Pentagone fournit des armes à Jérusalem à leur insu, selon le journal.

Alors qu’un diplomate américain a parlé du sentiment d’être « aveuglé », un autre responsable de la défense américaine a souligné que les transferts sont légitimes et ne nécessitent pas de signature du président Barack Obama ou du Département d’Etat.

« Il n’y avait aucune intention d’aveugler quiconque. Le processus de transfert a été strictement respecté », a déclaré au journal un responsable américain de la défense.

Après avoir appris de ces transferts, l’administration Obama, troublée par le fait que la plupart des munitions ont été utilisées par l’armée israélienne dans son offensive dans la bande de Gaza, a révisé le processus d’examen, risquant de limiter ou du moins des retarder les demandes d’armes d’Israël.

Parallèlement, sur le front diplomatique, des tensions entre Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont été signalées.

« Aujourd’hui, de nombreux fonctionnaires administratifs affirment que le conflit de Gaza – le troisième entre Israël et le Hamas en six années – les a persuadés que Netanyahou et son équipe sont à la fois irresponsables et indignes de confiance », selon le WSJ.

« Les responsables israéliens, à leur tour, décrivent l’administration Obama comme faible et naïve, et faisant tout en son pouvoir pour contourner la Maison Blanche. »

Un responsable israélien a déclaré la tension était devenue « très personnelle », et l’a décrite comme « une méfiance et une collision de différents points de vue sur le Moyen-Orient. »

Itamar Sharon a contribué à cet article.