Les Israéliens font tout ce qu’ils peuvent jeudi soir pour aider les 75 000 habitants qui ont été évacués de Haïfa à cause des feux qui ont ravagé des zones de la ville portuaire, détruisant des immeubles et des quartiers boisés.

Des dizaines d’organisation et de conseils nationaux, notamment le Mouvement Islamique en Israël, le Mouvement des Kibbutz, le mouvement de jeunesse du Bnei Akiva et le parti de l’Union sioniste ont mis en place des services pour permettre aux Israéliens d’héberger les évacués chez eux.

Des avions et des centaines de pompiers sur le terrain ont passé la journée à tenter de maîtriser la série d’incendies dans la région de Haïfa, luttant contre des flammes attisées par des vents violents, contre des feux qui s’étendent sur des zonez arides après une saison anormalement sèche.

Ces feux arrivent après que quelques incendies sporadiques ont été signalés à plusieurs endroits du pays, et épuisant ainsi toutes les unités de pompiers d’Israël.

Les résidents de 11 quartiers de Haïfa, qui accueille une communauté importante d’Arabes israéliens, ont reçu l’ordre de quitter leurs domiciles. En efet des feux, à « cinq endroits différents », consument les maisons et les commerces.

En fin d’après-midi, plus d’une centaine de personnes dans la région de Haïfa ont été traitées pour des blessures dues aux feux, principalement des inhalations de fumée.

Les hôtels et les maison d’hôtes ont également ouvert leurs portes, les citoyens ont créé des groupes sur les réseaux sociaux pour attribuer des hôtes à tous les évacués.

De nombreuses personnes ont proposé leur aide pour aider les habitants de Haïfa.

Des Israéliens évacuent leurs domiciles suite aux incendies qui sévissent à Haifa, le 24 novembre 2016 (Crédit : AFP/Jack Guez)

Des Israéliens évacuent leurs domiciles suite aux incendies qui sévissent à Haifa, le 24 novembre 2016 (Crédit : AFP/Jack Guez)

Dvir Wasser, de Jérusalem, et Benny Silwani, du plateau du Golan, ont appris de leur expérience, lors de l’opération Plomb Durci en 2008 dans la bande de Gaza, lorsque les roquettes tirées par le Hamas en Israël ont contraint les résident de la ville frontalière de Sderot à quitter la ville pour se mettre à l’abri.

Wasser et Silwani se sont rendus sur de nombreux sites de secours créés par la municipalité de Haïfa pour les habitants évacués, et ont ensuite mis en relation ceux qui étaient intéressés à être accueillis avec ceux qui étaient prêts à les héberger, relate Ynet.

« Il y a des salles entières pleines de gens qui ne peuvent pas rentrer chez eux et qui doivent penser à un endroit où passer la nuit, où trouver des vêtements, de la nourriture et des vêtements », raconte Wasser.

Des organisations de tous bords politiques sont également entrées en action.

Le Mouvement islamique en Israël, un groupe qui œuvre pour promouvoir l’islam dans le pays, a affirmé dans un communique qu’il mettait en place des salles d’urgence dans la ville de Kfar Qassem et a assuré de sa « volonté a aider et à recevoir des familles évacuées à cause des incendies à travers le pays. »

« Dans toutes les communautés arabes, nous accueillons les citoyens arabes, chrétiens, et juifs, sans distinction », a déclaré le groupe.

« Des dizanes de familles arabes sont prêtes à hébrerger des familles, juives comme arabes touchées par les incendies à Haïfa et dans le pays. »

Le ministere de l’Alyah et de l’Intégration a ouvert une ligne téléphonique d’urgence pour les Olim – 03-97333333 ou le *2994.

Le parti de l’Union sioniste a ouvert une page internet au nom des familles prêtes à accueillir des réfugiés de Haïfa. La page en hébreu propose un formulaire à remplir par les hôtes potentiels où ils peuvent entrer leurs cordonnées.

Les conseils municipaux de Ramat Gan, Givatayim, Raanana et Arad ont ouvert des centres d’appel pour mettre en relation de les habitants prêts à héberger et les habitants de Haïfa à la recherche d’un endroit où dormir.

L’école agricole de Kfar Etzion en Cisjordanie a invité les familles évacuées à se rendre dans l’auberge gratuitement, et l’Israel National Fund a ouvert l’école agricole de Ness Harim pour les familles qui ont besoin d’un endroit où passer la nuit.

L’école d’ingénieurs Afeka à Tel Aviv a créé une adresse mail destinée à répondre à tous les étudiants qui souhaitent apporter leur aide et à ceux qui en ont besoin, rapport Ynet. En plus de dons de nourriture et de vêtements, certains étudiants ont proposé d’accueillir les évacués dans les logement étudiants.

D’autres ont concentré leurs efforts pour empêcher que de nouveaux feux ne soient allumés.

Des avions, volant à travers le nord d'Israël, tentent d'éteindre les incendies qui déciment le pays depuis 3 jours, le 24 novembre 2016 (Crédit : AFP/Jack Guez)

Des avions, volant à travers le nord d’Israël, tentent d’éteindre les incendies qui déciment le pays depuis 3 jours, le 24 novembre 2016 (Crédit : AFP/Jack Guez)

L’organisation HaShomer HaChadash, un groupe de gardes bénévoles qui s’occupe de protéger les terres cultivées, a ouvert un centre de contrôle pour coordonner les centaines de bénévoles qui vont monter la garde pour surveiller d’éventuels nouveaux feux et leurs pyromanes.

Des organisations vétérinaires et des groupes de défense des droits des animaux ont proposé d’accueillir les animaux domestiques des familles évacuées qui ne sont plus en mesure de s’occuper d’eux, et ont ouvert un centre d’appel d’urgence.

Le Mouvement des Kibbutz a déclaré dans un communiqué sur son site internet qu’il était prêt à accueillir des familles dans les kibboutzim à travers le pays et a également ouvert une ligne téléphonique qui permet d’obtenir davantage de détails.

Gil Lin, directeur général adjoint du mouvement à déclaré :« nous invitons tous ceux qui ont été touchés par les incendies à travers le pays. Ils trouveront des les kibboutzim près d’eux un endroit où « poser leur tête », de la nourriture, et tout ce que nous pourrons faire pour aider. »