2 hommes inculpés pour tentative de meurtre sur leur frère devant un foyer LGBT
Rechercher

2 hommes inculpés pour tentative de meurtre sur leur frère devant un foyer LGBT

L'énoncé de la mise en examen détaille comment les suspects ont menacé de façon répétée leur frère homosexuel et l'ont poignardé à plusieurs reprises à Tel Aviv

La scène d'une attaque au couteau à proximité du refuge LGBT Beit Dror à Tel Aviv, le 26 juillet 2019 (Capture d'écran : Treizième chaîne)
La scène d'une attaque au couteau à proximité du refuge LGBT Beit Dror à Tel Aviv, le 26 juillet 2019 (Capture d'écran : Treizième chaîne)

Deux frères de la ville arabe-israélienne de Tamra ont été mis en examen dimanche pour tentative d’assassinat sur leur frère de 16 ans devant un refuge LGBT de Tel Aviv le mois dernier.

Les suspects, âgés de 28 et 23 ans, dont l’identité ne peut être publiée, sont également accusés d’agression aggravée sur un proche ainsi que de l’avoir menacé lors d’un incident précédent.

Un troisième homme, Jamal Kanani, un ami de 24 ans des deux frères, est lui aussi inculpé de tentative de meurtre.

Les frères s’étaient rendus d’eux-mêmes à la police plusieurs jours après l’agression, qui s’est produite devant le refuge Beit Dror destiné à la jeunesse LGBT dans le centre de Tel Aviv.

D’après le contenu de la mise en examen, l’un des frères avait découvert en mars que l’adolescent avait une relation avec un homme. Il l’avait alors menacé avec un couteau placé sous sa gorge et averti : « Tout comme j’ai tué d’autres gens, je te tuerai sans problème. Je t’abattrai, et personne ne saura que c’est moi ».

Il lui aurait ensuite asséné coups de pieds et coups de poings, puis giflé jusqu’à ce qu’il s’évanouisse devant son autre frère et leur mère.

Des activistes LGBT dénoncent des violences contre la communauté transgenre d’Israël à Tel Aviv, le 28 juillet 2019.(Flash90)

La famille avait envoyé la victime voir un psychologue pour tenter de le « convertir » à l’hétérosexualité, d’après le dossier d’inculpation.

Après qu’il a dépose plainte, la famille l’a fait monter de forcer dans un véhicule et empêcher  de quitter le domicile familial. Il était néanmoins parvenu à fuir et avait trouvé refuge au sein de Beit Dror.

Le jour de l’agression, d’après le dossier, l’adolescent avait reconnu Kanani alors qu’il sortait de l’auberge et tenté de se réfugier à l’intérieur. L’un de ses frères l’a alors renversé avec leur voiture, à la suite de quoi la victime s’est relevée et a frappé à la porte de l’auberge.

Son frère est ensuite sorti du véhicule et a poignardé son cadet à plusieurs reprises dans l’intention de le tuer, toujours d’après le dossier. L’adolescent a alors crié à l’aide et supplié son frère aîné d’arrêter, avant de perdre connaissance. Les trois agresseurs ont ensuite fui les lieux de l’agression alors que des passants s’étaient approchés.

La victime avait été transportée à l’hôpital dans un état critique avec trois blessures graves à la gorge, au thorax et à l’estomac. Il a subi une intervention lors de laquelle on lui a retiré la vésicule biliaire et une partie de son poumon gauche.

La ville arabe du nord de Tamra, le 3 mars 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

L’état de la victime s’était stabilisé, passant de « grave » à « modéré » après avoir subi une intervention chirurgicale à l’hôpital Ichilov.

L’agression avait été vertement condamnée par les députés arabes.

« Nous ne pouvons accepter aucun type de violences dans notre société et sûrement pas les crimes de haine », avait écrit le leader de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, sur Twitter. « La lutte contre les violences et les crimes au sein de notre société est une situation d’urgence, et c’est notre priorité absolue », avait-il ajouté.

Au mois de février, l’organisation de défense des droits LGBT Aguda avait publié un rapport qui avait établi que les incidents homophobes en 2018 avaient fait un bond de 54 % en comparaison avec 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...