Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

50 ans après, Amos Gitaï se souvient de la guerre de Kippour avec une exposition

Le créateur de "Kippour", "Kadosh" et de dizaines d'autres œuvres, lui-même blessé au combat, s'inspire de ses expériences pour "Kippur, War Requiem" au musée d'Art de Tel Aviv

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Extrait du film "Kippour" réalisé en 2000 par le cinéaste Amos Gitai, présenté dans l'exposition du Musée d'art de Tel Aviv marquant les 50 ans de la Guerre de Kippour en 1973 (Crédit : Musée d'art de Tel Aviv)
Extrait du film "Kippour" réalisé en 2000 par le cinéaste Amos Gitai, présenté dans l'exposition du Musée d'art de Tel Aviv marquant les 50 ans de la Guerre de Kippour en 1973 (Crédit : Musée d'art de Tel Aviv)

Cela fait presque 50 ans qu’Amos Gitaï, le réalisateur, a tenté d’oublier la guerre du Kippour de 1973 et ses expériences sur les champs de bataille.

Après être devenu architecte et avoir obtenu un doctorat en architecture à l’université de Californie à Berkeley, il a décidé de se tourner vers le cinéma. Depuis 40 ans, il réalise des films parfois controversés sur la réalité israélienne complexe, qu’il aime et déteste à la fois.

Aujourd’hui, 50 ans plus tard, le musée d’Art de Tel Aviv présente une exposition créée par Gitaï, « Kippur, War Requiem« , qui dévoile des éléments de ce qui lui est arrivé, ainsi qu’à ses camarades et à tant d’autres personnes, pendant les trois semaines déchirantes qu’a duré la guerre.

L’exposition a été inaugurée le 13 septembre et fermera ses portes le 13 janvier. Son contenu est présenté dans deux des plus grandes salles du musée.

La première salle présente Gitaï et son histoire personnelle de la guerre de Kippour. Il n’avait alors que 22 ans, était un vétéran de l’unité Egoz et entamait sa deuxième année d’école d’architecture au Technion, lorsque la guerre a éclaté.

Gitaï et un ami d’enfance sont allés au front pour voir où ils pourraient être utiles en tant que réservistes, et ont fini par rejoindre une équipe ad hoc de sauvetage par hélicoptère.

Cette photo d’archives montre le réalisateur israélien Amos Gitaï lors de l’inauguration de son exposition « Amos Gitaï : Chronique d’un assassinat annoncé » au musée MAXXI à Rome, le 10 mars 2016. (Crédit : TIZIANA FABI/AFP)

Pendant cinq jours, ils ont secouru les soldats blessés sur le front. Le sixième jour de la guerre, le 11 octobre, jour du 23e anniversaire de Gitaï, ils étaient en mission pour sauver un pilote abattu en territoire syrien lorsque leur propre hélicoptère a été touché et leur pilote immédiatement tué.

Le copilote s’est écrasé en territoire israélien, et Gitaï et le reste de l’équipage blessé ont été secourus et envoyés à l’hôpital pour se rétablir. Gitaï n’est jamais retourné au front.

Ces cinq jours et le traumatisme de l’atterrissage en catastrophe sont restés gravés en lui, résonnant pendant des années, mais aussi figés dans le temps. Il reste également des vestiges physiques de ces jours de guerre.

Gitaï a filmé des bribes d’images et d’impressions pendant ces cinq jours, à l’aide d’une caméra Super 8 que sa mère lui avait offerte pour son anniversaire. Aujourd’hui usés par le temps et l’âge, ces instantanés offrent des moments indélébiles de ce que Gitaï a vu autour de lui.

« [Ces images] sont comme le noyau qui a nourri son œuvre par la suite », a déclaré la conservatrice Mira Lapidot lors d’une interview au musée.

Gribouillages du cinéaste Amos Gitaï sur une page de journal après la guerre du Kippour de 1973 (Crédit : Autorisation du musée d’Art de Tel Aviv)

Une fois Gitaï sorti de l’hôpital, sa petite amie de l’époque, qui suivait une formation en thérapie par l’art, lui a donné des crayons et lui a demandé de dessiner ce qu’il pensait et ce qu’il ressentait.

Ces portraits bruts, ainsi que des extraits des clips Super 8 de Gitaï, occupent deux murs de la première salle. Un troisième mur contient des moments montés de « Kippur, War Memories », le documentaire réalisé par Gitaï en 1997 pour la Deuxième chaîne, dans lequel il a interviewé les membres survivants de l’équipe de sauvetage par hélicoptère.

Le quatrième mur présente une scène brève et obsédante de « Kippour » (2000), le film de fiction que Gitaï a réalisé sur la guerre et qui s’inspire librement des événements qui ont marqué sa propre vie. Couvrant un mur entier, la scène est rejouée en boucle, montrant les premiers moments choquants de la guerre, dans une rue de Tel Aviv.

Avant l’entrée dans la salle principale, les réflexions de Gitaï sur cette période apparaissent en anglais et en hébreu sur deux murs, ainsi qu’une autre de ses gravures, griffonnée sur une page de journal datant de la période qui a suivi la guerre.

« L’événement en lui-même a été assez court, mais il n’en fut pas moins une rencontre avec la mort », écrit Gitaï, ses mots étant imprimés directement sur le mur.

Ces mots ouvrent la voie à la salle principale, qui propose une incursion plus dramatique dans les souvenirs de Gitaï, avec quatre écrans massifs montrant des scènes de « Kippour ».

D’autres extraits de l’œuvre de Gitaï, qui compte des dizaines de films et de documentaires, sont projetés sur huit dalles ressemblant à des pierres tombales, construites par le cinéaste avec l’aide d’un ami acteur charpentier. Ces clips comprennent des images de la mère de Gitaï, Efratia Margalit, ainsi que des scènes de son film de 2015 « Rabin, The Last Day » et d’autres œuvres.

C’est une pièce remplie de bruit, de tension et de peur, ainsi que de chagrin et de douleur pour ce qui s’est passé sur les plateaux et les sommets des collines du plateau du Golan pendant la guerre.

Le film « Kippour » a été tourné 27 ans après la guerre. Il lui a fallu beaucoup de temps pour se sentir prêt à réaliser ce film, « parce que je voulais oublier », a confié Gitaï, qui s’est également entretenu avec le Times of Israel au musée.

« Je ne voulais pas me souvenir », a-t-il ajouté. Cet événement a été tellement violent et traumatisant que chaque individu a sa propre façon d’y faire face dans la durée ».

« Kippur, War Requiem », une exposition créée par le cinéaste Amos Gitaï , au musée d’art de Tel Aviv, de septembre 2023 à janvier 2024 (Crédit : Autorisation/Musée d’Art de Tel Aviv)

Il se souvient que pendant le tournage de « Kippour », l’un des acteurs lui a dit : « ‘Amos, tu as trouvé une façon très spectaculaire et très coûteuse de faire de la psychanalyse' ».

Il ne le nie pas.

Gitaï a décidé de réaliser « Kippour » à la fin des années 1990, à une époque où le Moyen-Orient semblait entrer dans une période de paix et de prospérité

« Je me suis dit : ‘Bon, maintenant qu’ils parlent de paix, montrons-leur ce qu’est la guerre' », explique Gitaï .

Lorsque le film est sorti, beaucoup de ses amis proches ne savaient même pas que Gitaï avait participé à la guerre du Kippour. Il ne voulait pas être un héros et préférait les laisser se faire une fausse idée de lui.

« J’aime les contradictions, comme tout le monde », a déclaré Gitaï. « J’aime ce pays, et en même temps j’y suis hostile, et je le critique ».

Gitaï, qui vit entre Paris et Israël, a parlé du lien fort qui l’unit à l’État juif, de sa compréhension des raisons de son existence et de ses inquiétudes quant à la direction que prend le pays.

Il a également fait part de son sens du devoir civique en réalisant l’exposition et ses films, car il préfère travailler lorsqu’il est ému ou troublé par quelque chose.

Lapidot, la conservatrice, et lui ont entamé des discussions sur l’exposition il y a cinq ans, alors qu’elle était encore conservatrice au Musée d’Israël. Lorsque Lapidot a rejoint le Musée d’art de Tel Aviv il y a deux ans, Gitaï et l’exposition sont venus avec elle. L’exposition a été présentée dans une version réduite au Centre Pompidou à Paris au printemps.

« Il était très difficile mentalement de travailler sur ce projet, et nous y avons travaillé longuement chaque jour », a-t-il déclaré. « J’ai décidé de ne pas rester plus de trois ou quatre heures, car au-delà, je ne pouvais pas dormir. »

Malgré les difficultés inhérentes au fait de revivre les événements de la guerre, Gitaï a déclaré qu’il s’était senti obligé de monter l’exposition.

« Ces dates rondes sont toujours un encouragement, un moment de réflexion », a déclaré Lapidot à propos du 50e anniversaire, ajoutant que la guerre en Ukraine et les manifestations actuelles contre la refonte du système judiciaire, auxquelles de nombreux vétérans de la guerre du Kippour ont pris une part active, étaient des éléments clés de « Kippur, War Requiem ».

« La guerre du Kippour a été marquée par un fort sentiment de trahison », a-t-elle déclaré. « La situation actuelle, c’est-à-dire le remodelage de la société israélienne et les conflits qui en découlent, est ressentie comme une seconde trahison. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.