Agression antisémite et chants SS à une fête pour la Libération aux Pays-Bas
Rechercher

Agression antisémite et chants SS à une fête pour la Libération aux Pays-Bas

L'homme a été pris à parti après avoir demandé à une cinquantaine de hooligans de cesser de chanter des chansons nazies ; la police serait restée spectatrice

Illustration : les supporters du Feyenoord allument des fumigènes lors d'un  match de Champions League entre le Feyenoord Rotterdam et le FC Napoli au stade Kuip à Rotterdam, le 6 décembre 2017. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)
Illustration : les supporters du Feyenoord allument des fumigènes lors d'un match de Champions League entre le Feyenoord Rotterdam et le FC Napoli au stade Kuip à Rotterdam, le 6 décembre 2017. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

AMSTERDAM (JTA) – Un homme juif a été agressé le Jour de la Libération des Pays-Bas par des hooligans qui ont scandé des chants appelant à gazer les Juifs.

L’homme, qui a été identifié dans les médias hollandais comme étant Joram, âgé de 35 ans, s’est plaint à la police qu’il avait fait l’objet d’agression physique et verbale, notamment par des propos antisémites de la part d’un groupe d’une cinquantaine d’hommes à La Haye le 5 mai, lors d’une fête nationale connue comme le Jour de Libération.

Joram a demandé à des hommes qui faisaient la fête dans un parc à côté du nouveau parlement de cesser de chanter des chansons blessantes, dont les paroles sont : « Mon père était dans les commandos, ma mère était dans la SS, ensemble ils ont brûlé des Juifs parce que les Juifs brûlent le mieux ».

Les hooligans ont ensuite agressé Joram alors que la police est restée sans rien faire, a-t-il dit au site d’information AD et au Centre d’Information et de documentation sur Israël, CIDI.

Les hommes portaient des maillots de football de l’équipe de Feyenoord de Rotterdam. Le club est le grand rival de l‘équipe de l’Ajax d’Amsterdam, qui est très associée aux Juifs.

Le chant, dont les médias ont parlé pour la première fois en 2015, s’est répandu aux Pays-Bas et en Belgique au cours des dernières années. Dans certains cas, les hooligans l’ont chanté pour provoquer des joueurs d’équipes adverses.

Mais le chant a aussi été utilisé dans des situations qui ne sont pas liées aux Juifs ni au football, y compris dans une fête de lycée en 2016 non loin d’Amsterdam.

Séparément, Hidde van Koningsveld,, le chef du groupe pro-Israël, CiJo, a déclaré la semaine dernière aux médias hollandais qu’il fait l’expérience d’un incident antisémite au moins une fois par semaine à La Haye, où il travaille, parce qu’il porte une kippa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...