Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Antisémitisme : Yaël Braun-Pivet confie avoir déjà déposé 23 plaintes

"J'appelle à un sursaut collectif parce qu'il en va des fondements de notre République et de ce que nous sommes, nous, en tant que peuple français", a dit la présidente de l'Assemblée

La présidente de l'Assemblée nationale française, Yael Braun-Pivet, assiste au débat sur l'examen de la proposition de loi du groupe parlementaire de centre-droit Libertés, Indépendants, Outre-mer et Escritoires (LIOT) sur l'abrogation de la réforme des retraites portant l'âge de départ à la retraite à 64 ans, à l'Assemblée nationale à Paris, le 8 juin 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)
La présidente de l'Assemblée nationale française, Yael Braun-Pivet, assiste au débat sur l'examen de la proposition de loi du groupe parlementaire de centre-droit Libertés, Indépendants, Outre-mer et Escritoires (LIOT) sur l'abrogation de la réforme des retraites portant l'âge de départ à la retraite à 64 ans, à l'Assemblée nationale à Paris, le 8 juin 2023. (Crédit : Ludovic MARIN / AFP)

La présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, a appelé dimanche à un « sursaut collectif » contre l’antisémitisme dans le pays, indiquant avoir elle-même déposé 23 plaintes depuis son accession au perchoir.

Invitée de l’émission « Questions politiques » sur France Inter, Mme Braun-Pivet réagissait à un récent rapport du Crif, recensant quatre fois plus d’actes antisémites en 2023 par rapport à l’année précédente et une « explosion » après le 7 octobre, date des attaques sans précédent du Hamas contre Israël.

« Moi-même, depuis un an et demi, (…) j’ai refait le compte, j’ai déposé plainte à 23 reprises pour des menaces ou des lettres antisémites que j’ai pu recevoir », a-t-elle indiqué.

Elle a décrit des menaces qui « renvoient à mon judaïsme que je n’ai jamais caché ». « On m’envoie des étoiles jaunes, on regrette que ma famille n’ait pas été totalement exterminée dans les camps », a-t-elle expliqué, qualifiant ces actes « d’épouvantables ».

Ses grands-parents polonais et allemands sont arrivés en France dans les années 1930.

« C’est quelque chose qui doit nous mobiliser tous », a-t-elle expliqué, déplorant « une libération de la parole, que ce soit sur les réseaux sociaux » mais aussi « dans la vraie vie » avec « des gens qui assument des opinions antisémites face à des caméras, en les écrivant sans même cacher leur identité ».

« J’appelle à un sursaut collectif parce qu’il en va des fondements de notre République et de ce que nous sommes, nous, en tant que peuple français », a dit la présidente de l’Assemblée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.