Arrestation de la cellule du Hamas accusée de l’explosion d’un bus à Jérusalem
Rechercher

Arrestation de la cellule du Hamas accusée de l’explosion d’un bus à Jérusalem

Le Shin Bet annonce que le groupe de 6 Palestiniens de Bethléem prévoyait des attentats suicides et d’autres attaques dans la capitale

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Explosion d'un bus à Jérusalem, le 18 avril 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)
Explosion d'un bus à Jérusalem, le 18 avril 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté six membres présumés de la cellule terroriste du Hamas accusé d’avoir prévu et mené un attentat suicide à Jérusalem le mois dernier, a annoncé dimanche le Shin Bet.

Le 18 avril, Abed al-Hamid Abu Srour était monté dans le bus 12 de la capitale et avait fait exploser une bombe, blessant 19 personnes et se tuant, dans le premier attentat suicide en Israël depuis 2004.

Le Shin Bet, l’armée israélienne et la police avait lancé une enquête pour retrouver les complices d’Abu Srour. Les informations sur l’enquête avaient été soumises à un ordre de silence, qui a été levé dimanche matin.

La cellule terroriste présumée du Hamas était composée de six Palestiniens, tous originaires de la région de Bethléem, a annoncé le Shin Bet.

L’agence de sécurité n’a pas révélé les dates précises des arrestations, uniquement qu’elles avaient eu lieu « ces dernières semaines ».

Photo non datée de l'homme identifiée par le Hamas comme Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, terroriste responsable de l'explosion du bus 12 à Jérusalem le 18 avril. Il est décédé de ses blessures le 20 avril 2016. (Crédit : autorisation)
Photo non datée de l’homme identifiée par le Hamas comme Abed al-Hamid Abu Srour, 19 ans, terroriste responsable de l’explosion du bus 12 à Jérusalem le 18 avril. Il est décédé de ses blessures le 20 avril 2016. (Crédit : autorisation)

En plus de l’explosion du bus en avril, le Shin Bet a trouvé que la cellule avait prévu d’autres attaques, principalement des explosions de voitures et des attaques à main armée, et avait créé des engins explosifs artisanaux en se basant sur « des vidéos pédagogiques sur internet », a annoncé le service de sécurité.

Muhammad Sami Abd Alhamid al-Azza, 28 ans, résident de Beit Sahour près de Bethléem, a avoué aux enquêteurs qu’il avait conçu l’engin explosif utilisé par Abu Srour dans le bus de Jérusalem, a annoncé le Shin Bet.

« Une fois la création de l’engin achevée, ils ont travaillé ensemble pour enrôler un kamikaze puis ont préparé l’attaque, planifiant particulièrement l’infiltration de Jérusalem », a révélé al-Azza au Shin Bet pendant ses interrogatoires.

La police inspecte un bus incendié à la suite d'une explosion à Jérusalem le 18 avril 2016. (Crédit : AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI)
La police inspecte un bus incendié à la suite d’une explosion à Jérusalem le 18 avril 2016. (Crédit : AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI)

« En même temps, ils travaillaient sur des projets d’autres attaques et ont essayé d’obtenir des armes supplémentaires et du matériel explosif », a annoncé le Shin Bet.

En plus des projets pour de futures attaques, le Shin Bet a découvert qu’al-Azza et un autre suspect, Muhammad Issa Mahmoud al-Barbari, 28 ans, avaient mené une attaque à main armée près de l’implantation de Tekoa en 2015, qui n’avait pas fait de victimes.

Al-Azza a précédemment purgé une peine de prison entre 2004 et 2007 pour planification d’attaques terroristes avec le Hamas.

Selon les enquêteurs, Muhammad Majdi Mustafa al-Azza, 21 ans, a travaillé avec al-Azza pour créer l’engin explosif utilisé dans l’attaque et a également recruté des membres de la cellule, dont Abu Srour.

Ahmad Muhammad Mahmoud al-Mashaiekh, habitant de 19 ans du camp de réfugiés d’al-Ayda, a été accusé d’avoir conduit le terroriste kamikaze à Jérusalem pour l’attaque. Les services de sécurité n’ont pas révélé comment ils s’étaient précisément introduits dans la capitale.

Les forces israéliennes ont aussi arrêté Ali Ahmad Muhammad al-Arouj et Said Usama Issa Hermes, qui sont également impliqués, mais à un moindre degré, dans l’attentat, selon le Shin Bet.

Al-Arouj, qui a lui aussi été emprisonné entre 2004 et 2007 pour avoir prévu une attaque avec un engin explosif artisanal, a aidé à récolter de l’argent pour le groupe, à produire la bombe utilisée dans l’attentat d’avril et a filmé le témoignage vidé d’Abu Srour avant qu’il ne fasse exploser le bus, ont annoncé les services de sécurité.

Hermes a lui aidé Abu Srour à écrire le témoignage et a aidé al-Arouj à le filmer, selon le Shin Bet.

L’agence a également découvert qu’après l’attaque à main armée d’al-Azza et d’al-Barbari en 2015, Hermes avait proposé sa maison comme cachette pour les armes artisanales utilisées pour l’attaque.

Les découvertes du Shin Bet ont été remises à une cour militaire. Les membres de la cellule terroriste présumée seront inculpés dans les prochains jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...