Rechercher

Arrestation de Salah Hamouri: la France demande des « explications » à Israël

Le Franco-palestinien, membre du groupe terroriste du FPLP, a été condamné à 4 mois de détention administrative

Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, le 1er octobre 2020. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)
Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, le 1er octobre 2020. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

Le gouvernement français a demandé des « explications » aux autorités israéliennes après la nouvelle arrestation du terroriste franco-palestinien Salah Hamouri, membre du groupe terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), et réitéré son appel à ce qu’il puisse « mener une vie normale » à Jérusalem.

« Des démarches ont été engagées (…) pour obtenir des explications sur les raisons de cette nouvelle arrestation et veiller à ce que l’ensemble des droits de M. Hamouri soit respecté et à ce qu’il puisse bénéficier de toutes les voies de recours », a déclaré jeudi la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

« Nous réitérons la demande qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver », a ajouté Anne-Claire Legendre.

« La situation de M. Salah Hamouri fait l’objet d’un suivi attentif, de longue date et à haut niveau », a-t-elle également souligné.

Salah Hamouri est membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), organisation marxiste dotée d’une branche armée et classée terroriste par l’Etat hébreu et l’Union européenne.

Il a été une nouvelle fois arrêté le 7 mars à son domicile et condamné trois jours plus tard à quatre mois de détention administrative, une mesure controversée permettant d’incarcérer des suspects sans accusation.

Israël lui a retiré mi-octobre son statut de résident permanent à Jérusalem, ouvrant la voie à son expulsion. Le Quai d’Orsay avait alors affirmé que la France était « pleinement mobilisée » pour qu’il puisse continuer à vivre à Jérusalem.

Hamouri avait été emprisonné en Israël entre 2005 et 2011 pour participation à la tentative d’assassinat du rabbin Ovadia Yossef, ancien grand rabbin d’Israël et fondateur du parti ultra-orthodoxe Shas.

Il avait été libéré en 2011 peu avant le terme de sa peine dans le cadre d’un échange de prisonniers libérant le soldat franco-israélien Gilad Shalit.

Né d’une mère française et d’un père palestinien, M. Hamouri est marié à une Française, Elsa Lefort, fille de l’ex-député communiste Jean-Claude Lefort, qui a été interdite de rentrer en Israël en 2016, pour une période de 10 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...