Aux côtés de Zarif, Di Maio condamne les tirs de roquettes du Hamas sur Israël
Rechercher

Aux côtés de Zarif, Di Maio condamne les tirs de roquettes du Hamas sur Israël

Le diplomate iranien a annulé une visite prévue en Autriche samedi après que le pays a hissé le drapeau israélien sur plusieurs bâtiments officiels en solidarité avec l’État juif

Luigi Di Maio (d) et Mohammad Javad Zarif (g) à Rome lors d'une consultation bilatérale, le 17 mai 2021 (Crédit : capture d'écran Iranpress)
Luigi Di Maio (d) et Mohammad Javad Zarif (g) à Rome lors d'une consultation bilatérale, le 17 mai 2021 (Crédit : capture d'écran Iranpress)

L’Italie a demandé lundi à Israël « une réponse proportionnée » après plus de 3 100 tirs de roquettes menés par le groupe terroriste palestinien du Hamas depuis Gaza – qu’elle condamne -, appelant à la désescalade entre les deux parties.

Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio « a exprimé sa forte préoccupation pour l’escalade des attaques et violences en Israël et dans les Territoires palestiniens, souhaitant leur immédiate cessation », indique un communiqué publié à l’issue de sa rencontre à Rome avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

« Tout en condamnant les tirs de roquettes depuis Gaza et en demandant à Israël une réponse proportionnée », le chef de la diplomatie italienne a réclamé que « les parties adoptent immédiatement des mesures de désescalade et fassent preuve de responsabilité », selon la même source.

Concernant les négociations de Vienne sur le nucléaire iranien, M. Di Maio, dont le pays ne participe pas à ces discussions, a souligné qu’un accord représenterait « un pilier pour la non-prolifération (nucléaire, ndlr) et pour la stabilité régionale ».

« Le ministre Di Maio a attiré l’attention sur la situation des droits de l’Homme en Iran, rappelant la traditionnelle position italienne en faveur des droits humains et d’un moratoire sur la peine capitale », assure le communiqué.

M. Zarif, qui se trouve en Italie dans le cadre d’une tournée européenne, a également été reçu dans la matinée par le pape François.

Aucun communiqué n’a été publié à l’issue de cette rencontre.

Le chef de la force extérieure des Gardiens de la Révolution en Iran a assuré les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestiniens du soutien de Téhéran à leur guerre contre Israël, rapporte dimanche l’agence officielle iranienne Irna.

Dans un entretien téléphonique avec le chef du Hamas, Ismaël Haniyeh, le général de brigade Esmaïl Qaani a déclaré que l’Iran « se tient aux côtés de la nation palestinienne » et a condamné Israël, à qui il reproche d’agir « en violation de toutes les lois et conventions internationales », écrit Irna.

Le général Qaani a aussi appelé le chef du Jihad islamique palestinien, Ziyad Nakhale, et l’a assuré du soutien de l’Iran au « droit des Palestiniens à combattre l’agression et les crimes de l’armée sioniste », ajoute l’agence.

Esmaïl Qaani, nouveau chef de la force Al-Qods après la mort de son commandant Qassem Soleimani dans un raid américain sur l’aéroport de Bagdad le 2 janvier 2020. (Crédit : Twitter / Mahdi Bakhtiari)

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a de son côté annulé une visite prévue en Autriche samedi après que le pays a hissé le drapeau israélien sur plusieurs bâtiments officiels en guise de solidarité avec l’État juif alors qu’il combat le groupe terroriste palestinien du Hamas, soutenu financièrement par l’Iran.

Des pourparlers sont en cours dans la capitale autrichienne pour remettre l’accord du nucléaire de 2015 avec Téhéran sur les rails.

Selon le quotidien autrichien Die Presse, le chef de la diplomatie iranienne devait rencontrer son homologue autrichien Alexander Schallenberg.

L’agence de presse autrichienne a déclaré que la porte-parole de Schallenberg, Claudia Tuertscher, avait confirmé l’information. « Nous le regrettons, » a-t-elle ajouté.

Le 7 mai, le guide suprême iranien Ali Khamenei avait estimé qu’Israël n’était « pas un pays, mais une base terroriste » à combattre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...