Israël en guerre - Jour 143

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Ben Shimoni, 31 ans, un ange mélomane qui a sauvé 9 personnes à la rave

Abattu lors de son troisième aller-retours pour tenter d'extraire d'autres festivaliers affolés, le 7 octobre 2023

Ben Shimoni, 31 ans, tué alors qu'il tentait de sauver d'autres fêtards affolés, après en avoir déjà sauvé au moins 9 personnes, lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Ben Shimoni, 31 ans, tué alors qu'il tentait de sauver d'autres fêtards affolés, après en avoir déjà sauvé au moins 9 personnes, lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Ben Shimoni, 31 ans, a été tué en essayant de sauver un groupe de personnes du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre.

Ben a assisté à ce funeste événement et s’est d’abord mis à l’abri, fuyant le massacre perpétré par le Hamas à bord de son véhicule, accompagné de quatre inconnus affolés. Il les a déposés à Beer Sheva, à une trentaine de minutes de là et, malgré leurs supplications pour qu’il ne reparte pas, il est rapidement retourné au festival pour sauver d’autres personnes.

Ben a fait un autre aller-retour de ce type, sauvant un autre groupe de cinq personnes et retournant encore une fois pour en sauver d’autres, selon la famille, les amis et les récits des témoins. Il a été tué lors de cette troisième tentative de sauvetage, son véhicule ayant essuyé des tirs nourris des terroristes du Hamas qui avaient établi un barrage sur la route.

La scène a été filmée par la caméra embarquée de la voiture. Les terroristes ont ouvert le feu sur le véhicule, pulvérisant le pare-brise de balles, puis la voiture a ralenti et s’est encastrée dans un autre véhicule sur le bas-côté de la route.

La voiture a ensuite été retrouvée criblée de balles et de verre, mais vide. Ben a d’abord été considéré comme disparu, alors que sa famille, sa petite amie et de nombreux amis publiaient des messages sur les réseaux sociaux, implorant désespérément toute information sur l’endroit où il pourrait se trouver.

Les passagers qui se trouvaient dans le véhicule lors de ce dernier voyage étaient également portés disparus. Gaya Halifa, qui était au téléphone avec son père lorsque le véhicule a essuyé des tirs, a été retrouvée morte quelques jours plus tard. Sa meilleure amie, Romi Gonen, blessée par balle, a été prise en otage par des terroristes et est détenue à Gaza depuis le 7 octobre.

Un quatrième passager, Ofir Tzarfati, également blessé par balle, a été présumé captif, mais son décès a été confirmé par la suite. Le 1er décembre, l’armée a annoncé qu’elle avait récupéré son corps à Gaza.

Ben a sauvé au moins neuf vies ce jour-là et est mort en essayant d’en sauver trois autres.

Sa famille et ses amis affirment qu’il était exactement le genre de personne à se mettre en danger pour en sauver d’autres. Son héroïsme ce jour-là est légendaire parmi les survivants du massacre de Supernova, où plus de 360 personnes ont été massacrées, au milieu de brutales atrocités et de récits de viols, d’abus sexuels et de tortures.

Le groupe israélien Synergia a sorti une chanson inspirée d’un poème sur Ben.

« Qui est celui qui retourne en enfer, un instant après s’en être échappé ? », commence la chanson.

Un graffeur a également reproduit le portrait de Ben sur un « mur des héros » à Tel Aviv, en hommage à ceux qui ont sauvé d’autres personnes de la mort et de la destruction le 7 octobre. Il figure aux côtés d’Awad Darawshe, un secouriste tué à Supernova alors qu’il soignait des festivaliers blessés, du sergent-chef Aner Elyakim Shapiro, un soldat non armé en permission et qui a renvoyé des grenades que des terroristes avaient lancées à l’intérieur d’un miklat – abri antiatomique – bondé situé à proximité de la rave, jusqu’à ce qu’il soit abattu, et d’Amit Mann, une secouriste et instructrice de cours de secourisme qui a été assassinée par des terroristes lorsqu’ils ont pris d’assaut le dispensaire du kibboutz Beeri dans lequel elle soignait les blessés.

Sa petite amie Jessica Elter a déclaré au Jewish Chronicle après l’attaque du Hamas du 7 octobre que « Ben était un ange, et mon héros, personne d’autre que je connais ne risquerait sa vie comme ça ».

La cousine de Ben, Keren Shimoni, a déclaré au journal britannique The Independent que la famille avait eu le cœur brisé en apprenant sa mort, mais qu’elle n’était « pas choquée par le fait que Ben ait fait ce qu’il pensait être juste, quel que soit le risque encouru – c’était dans sa nature ».

« Il n’y a pratiquement personne qui ait rencontré Ben et qui ne soit pas tombé immédiatement amoureux de lui », a confié Jessica.

« Cela m’est arrivé à moi aussi. Il est entré dans le cœur de tous ceux qui l’ont connu et rencontré. »

Ben et Jessica se sont rencontrés il y a environ six ans à Jérusalem. Il était co-propriétaire d’un bar et d’un restaurant de fin de soirée et s’était fait connaître sur la scène israélienne de la musique et des boîtes de nuit.

Jessica l’a décrit comme « timide, loyal, très honnête avec toutes les personnes qu’il rencontrait et ne disant jamais non à quelqu’un dans le besoin ».

« Il faisait toujours passer les autres avant lui, vraiment. Il avait le plus grand cœur au monde. Et ce qu’il a fait ce matin-là témoigne de la personne qu’il était. »

Le couple avait déjà assisté ensemble à plusieurs Festivals Supernova.

« Nova était pour tout le monde, il incluait tout le monde ; toutes sortes de personnes, de tous âges, de toutes origines et de tous pays, tous simplement réunis pour écouter de la bonne musique et pour la paix », a déclaré Jessica, qui avait décidé de ne pas y aller cette année et était restée dans l’appartement qu’elle et Ben partageaient à Ashkelon.

Le 7 octobre, Ben a appelé Jessica pendant ses aller-retours de « sauvetage ».

« Pendant qu’il conduisait, j’entendais des tirs et des explosions de roquettes, dont l’une est tombée très près de sa voiture, mais il était plus inquiet pour moi. Il m’a dit de fermer les portes et d’être prudente, et de m’occuper de sa mère qui vivait avec nous », a-t-elle expliqué.

« Soudain, j’ai entendu Ben demander, confus mais pas effrayé, si certaines personnes sur la route étaient des terroristes du Hamas ou des policiers israéliens. J’ai entendu les filles à l’arrière crier et supplier Ben à tue-tête de ‘rouler, rouler, rouler’. J’ai entendu beaucoup de cris en arabe, un grand fracas, des coups de feu et, après une minute de silence, la ligne a été coupée.

Jessica a affirmé que c’était désormais la mission de sa vie de perpétuer la mémoire de Ben.

« C’est la seule chose que je puisse faire pour lui maintenant. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.