Israël en guerre - Jour 148

Rechercher

Biden réunit les chefs du Congrès autour de l’aide à l’Ukraine et à Israël

Le président réclame en tout quelque 100 mds d'euros pour continuer l'assistance militaire à l'Ukraine et à Israël, pour soutenir Taïwan et pour muscler les moyens des services de police aux frontières et d'immigration

Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

Joe Biden réunira mercredi à la Maison Blanche les chefs du Congrès, républicains et démocrates, au sujet de sa demande, bloquée depuis des mois, d’aide supplémentaire pour l’Ukraine et Israël, a fait savoir sa porte-parole mardi.

Le président américain recevra le patron du Sénat, à majorité démocrate, Chuck Schumer, et celui de la Chambre des représentants, à majorité républicaine, Mike Johnson, ainsi que d’autres chefs de groupes et présidents de commissions.

La demande d’assistance, qui prévoit aussi des fonds pour renforcer la frontière avec le Mexique, « doit être une priorité » pour le Congrès, a dit Karine Jean-Pierre lors de son briefing de routine.

Joe Biden réclame au total quelque 100 milliards d’euros pour continuer l’assistance militaire à l’Ukraine et à Israël, pour soutenir Taïwan et pour muscler les moyens des services de police aux frontières et d’immigration.

Sans vote du Congrès, les Etats-Unis, premier soutien de Kiev, ne pourront pas lui fournir davantage d’équipements militaires ni d’assistance économique.

De fait, le volet d’assistance américaine à l’Ukraine annoncé le 27 décembre était « le dernier, il n’y en a pas d’autre en préparation », a indiqué mardi un autre porte-parole de l’exécutif américain, John Kirby.

Karine Jean-Pierre a pour sa part estimé que les négociations sur la frontière allaient dans « la bonne direction ».

Les républicains ont fait d’un durcissement de la politique migratoire une condition de leur soutien à davantage d’aide pour l’Ukraine, même si les plus radicaux d’entre eux appellent à cesser cette assistance dans tous les cas.

Le sujet est délicat pour Joe Biden, en campagne pour un second mandat.

Il avait promis plus d’ « humanité » que son prédécesseur républicain Donald Trump face aux arrivées à la frontière avec le Mexique.

L’assistance militaire américaine est vitale pour l’Ukraine, mais aux Etats-Unis comme ailleurs, le risque de lassitude grandit face à un conflit qui semble enlisé.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, de passage au forum de Davos, a demandé mardi aux Occidentaux de poursuivre leur soutien face au « prédateur » Vladimir Poutine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.