Bienvenue au Hermon, la seule station de ski d’Israël, qui ferme quand il neige
Rechercher

Bienvenue au Hermon, la seule station de ski d’Israël, qui ferme quand il neige

24 km de virages serrés rendent l'ascension de 1 646 mètres périlleuse par mauvais temps, mais quand la station ouvre, touristes israéliens et étrangers affluent pour sa poudreuse

  • L'unité spéciale alpine de l'armée israélienne s'entraîne sur le Hermon. (Uriel Heilman/ JTA)
    L'unité spéciale alpine de l'armée israélienne s'entraîne sur le Hermon. (Uriel Heilman/ JTA)
  • Visiteurs au Hermon, le seul domaine skiable d'Israël. (Uriel Heilman/ JTA)
    Visiteurs au Hermon, le seul domaine skiable d'Israël. (Uriel Heilman/ JTA)
  • Le sommet du domaine skiable du Hermon, à 2 000 mètres d'altitude, offre une vue imprenable sur la vallée en contrebas. (Uriel Heilman/ JTA)
    Le sommet du domaine skiable du Hermon, à 2 000 mètres d'altitude, offre une vue imprenable sur la vallée en contrebas. (Uriel Heilman/ JTA)

Pour certains, les conditions de ski sont plutôt bonnes. Le mont Hermon n’est pas immense, mais il y a assez de pistes pour satisfaire même les skieurs experts pendant un jour ou deux. Le domaine skiable dispose de quatre télésièges doubles, d’une nouvelle télécabine avec des cabines vert néon et d’un ensemble de remontées mécaniques réparties sur 45 km de pistes avec une ascension verticale de 400 mètres de la base au sommet. L’année dernière, les conditions ont été telles que la station de ski a pu ouvrir pendant 53 jours en hiver.

La caractéristique la plus remarquable du Hermon est sa vue à couper le souffle. La partie de la montagne sous contrôle israélien atteint une hauteur de 2 200 mètres, avec le sommet skiable à 2 000 mètres. C’est plus haut que le plus haut sommet du nord-est des États-Unis et souvent au-dessus des nuages. (Le point culminant de la montagne se trouve en Syrie.) Alors que les stations de ski des Rocheuses sont presque deux fois plus hautes, elles n’ont pas de vue verticale comparable à celle du Hermon.

S’élevant comme un monstre blanc au-dessus des vallées verdoyantes du nord de la Galilée, cette montagne d’une importance stratégique vitale pour l’armée israélienne est souvent appelée « les yeux du pays ». Elle se trouve également à moins de trois heures de Tel Aviv.

Le complexe sportif du Mont Hermon, destiné aux snowboarders et aux skieurs de plus de 13 ans, a ouvert ses portes le 23 janvier 2019. (Avec l’aimable autorisation de la station de ski du Mont Hermon)

Ceux qui viennent au Hermon pour skier viennent d’horizons divers. Certains sont des skieurs expérimentés qui aiment les Alpes mais saisissent les occasions de skier sur place lorsqu’ils entendent parler de bonnes chutes de neige. Beaucoup sont des novices qui souhaitent s’essayer à ce sport ou améliorer leurs compétences. Il y a aussi beaucoup de nouveaux immigrants ou d’étudiants étrangers venant de régions plus froides, tout simplement curieux de voir ce qu’est le Hermon.

Mais la plupart des visiteurs du Hermon ne skient pas du tout. Ils viennent juste pour découvrir la neige.

Si vous êtes assez bon skieur pour vous élever au-dessus du chaos et de la foule dans les zones de montagne pour débutants, vous trouverez beaucoup de neige vierge dans les hauteurs du Hermon. Comme une grande partie du ski se fait au-dessus de la limite des arbres, vous pouvez descendre dans de vastes étendues enneigées.

Des panneaux dans la station indiquent clairement que le ski hors-piste est interdit. Mais comme tout Israélien, j’ai ignoré les règles, et sans conséquences négatives. Le meilleur ski se trouve en dehors des pistes, là où la neige reste intacte même après les tempêtes. Il suffit de faire attention aux rochers et aux arbustes, et d’essayer de ne pas entrer par inadvertance en Syrie à ski : La frontière dans cette région n’est pas marquée.

Des gens skient à la station du Hermon, sur le plateau du Golan, le 6 janvier 2020. (JALAA MAREY/AFP)

« Il n’est pas possible d’entrer accidentellement en Syrie à ski à cause de la topographie », a déclaré M. Inbar. « Pour cela, il faudrait escalader la montagne et descendre à ski. »

Bien sûr, les skieurs courageux du monde entier font cela pour accéder à la poudreuse fraîche. Au Hermon, ce n’est pas conseillé. Après tout, il y a une guerre civile en Syrie.

Bien que je n’aie pas entendu de tirs de mortier pendant ma visite à la montagne, j’ai entendu de nombreux cris de terreur – principalement de la part de skieurs et de snowboarders novices qui ne semblaient pas avoir la moindre idée de ce qu’il fallait faire. Un visiteur qui avait manifestement renoncé à toute tentative de descente en position debout a glissé sur le ventre, les membres et les bâtons écartés en évantail.

Un soldat de l’unité alpine de l’armée israélienne fait du ski à la station du Hermon, sur le plateau du Golan, le 6 janvier 2020. (JALAA MAREY/AFP)

Non loin de là, un groupe de soldats alpins portant des combinaisons de camouflage blanches et des armes automatiques noires ont fait des tentatives de demi-tour derrière un instructeur, leur progression s’est arrêtée lorsque l’un d’eux a percuté un autre et l’a fait tomber au sol. L’unité alpine spéciale d’Israël a été fondée pour s’assurer qu’Israël puisse défendre cette montagne stratégique même dans des situations extrêmes – comme une bataille à la James Bond à ski. Cependant, leur manque de prouesses à ski soulève une question pour les hauts-gradés de l’armée israélienne : Est-il plus facile d’apprendre à un skieur expérimenté à tirer ou à l’un de ses soldats à skier ?

A la base, le chaos à peine contrôlé règne, le bruit et la cacophonie du shouk, ou marché en plein air, transplanté dans la toundra alpine. Mais tout le monde semble s’amuser. La piste de luge était tellement encombrée lorsque je l’ai visitée que des pare-chocs gonflables ont été utilisés pour séparer les lugeurs en descente des grimpeurs en montée.

Dans la zone d’apprentissage, les débutants ont eu du mal à tenir le câble du tire-fesses. Dans la queue menant à la télécabine, ajoutée l’été dernier, les visiteurs jacassaient en hébreu, en arabe, en français et en russe. Il y a aussi un toboggan alpin ouvert toute l’année.

Visiteurs au Hermon, le seul domaine skiable d’Israël. (Uriel Heilman/ JTA)

Si vous recherchez un appartement au bord des pistes pour votre visite, détrompez-vous : Il n’y a pas d’hôtel. Comme le Hermon est une zone militaire, seuls les soldats peuvent y dormir. La ville juive israélienne la plus proche est Neve Ativ, où les hôtels peuvent coûter 350 $ la nuit.

Quand j’ai cherché un logement abordable dans la région, je pensais avoir eu de la chance jusqu’à ce que je me rende compte que le B&B à prix décent que j’ai trouvé à seulement 8 kilomètres était situé au Liban. Neve Ativ accueille également les 32 familles qui possèdent la station du Hermon, une société privée.

Le PDG du Hermon, Alon Friedman, a une longue liste de souhaits pour le Hermon. Il veut étendre le domaine skiable à de nouveaux terrains, trouver des moyens de fabriquer de la neige artificielle malgré les températures insuffisamment froides et augmenter considérablement le nombre de visiteurs non skieurs, surtout en été.

« C’est une ressource naturelle très belle et unique », a déclaré M. Friedman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...