Borell : Jansa n’a pas à dénoncer les violations des droits de l’Homme en Iran
Rechercher

Borell : Jansa n’a pas à dénoncer les violations des droits de l’Homme en Iran

Le chef de la diplomatie de l'UE a dit être contraint à cette précision après avoir été contacté par Zarif qui lui a demandé si les propos slovènes étaient la position de l'UE

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 30 juin 2020. (AP Photo/Virginia Mayo, Pool)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 30 juin 2020. (AP Photo/Virginia Mayo, Pool)

Le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell a publiquement recadré lundi le Premier ministre slovène Janez Jansa durant la présidence semestrielle de l’Union, après ses accusations sur les violations des droits de l’homme par Téhéran.

« Le Premier ministre slovène, même s’il exerce la présidence semestrielle de l’UE, n’a pas la compétence de parler au nom de l’UE pour la politique étrangère », a affirmé M. Borrell lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept à Bruxelles.

Il a expliqué être contraint à cette précision après avoir été contacté par le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif qui lui a demandé si les propos de M. Jansa étaient la position officielle de l’UE.

« La politique étrangère reste une compétence des Etats membres. Chacun peut avoir sa position. Mais seuls parlent au nom de l’UE le président du Conseil européen Charles Michel et le Haut représentant, votre serviteur, quand il parle au nom des ministres », a précisé M. Borrell.

« Les propos de M. Jansa sont sa responsabilité, mais ils ne représentent pas la position de l’UE et il ne peut pas prétendre parler au nom de l’UE », a conclu le responsable espagnol.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, prend la parole lors d’une conférence à Téhéran, en Iran, le mardi 23 février 2021. (AP Photo / Vahid Salemi)

L’Iran a dénoncé dimanche « les accusations sans fondement » sur les droits de l’Homme lancées la veille par Janez Jansa, lors d’un rassemblement en Albanie des Moudjahidine du peuple (MEK), groupe d’opposition en exil interdit en Iran.

« Le peuple iranien mérite la démocratie, la liberté et le respect des droits de l’Homme et il devrait être soutenu fermement par la communauté internationale », a déclaré M. Jansa dans un message délivré en ligne, appelant à ce que « le régime iranien (soit) tenu responsable des violations des droits de l’Homme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...