« Bortsch » à Bahrein : le Ritz Carlton va proposer de la nourriture casher
Rechercher

« Bortsch » à Bahrein : le Ritz Carlton va proposer de la nourriture casher

L'hôtel 5 étoiles créera sa cuisine casher, sous la supervision de l'Orthodox Union ; la communauté juive locale salue l'initiative et espère attirer davantage de touristes juifs

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Une vue du quartier d'affaires de Manama, la capitale du Bahreïn. (Crédit : CC-BY Jayson De Leon/Wikimedia Commons)
Une vue du quartier d'affaires de Manama, la capitale du Bahreïn. (Crédit : CC-BY Jayson De Leon/Wikimedia Commons)

Le Ritz Carlton Hotel de la capitale bahreïnie a annoncé lundi son intention de proposer, dans les jours à venir, des plats casher.

L’organisme de certification américain Orthodox Union supervisera le processus pour aider l’hôtel de luxe à se doter d’une nouvelle cuisine casher et certifier que les mets qui y seront préparés répondent aux lois alimentaires juives, selon un communiqué de presse.

« De plus, OU Kosher aide l’hôtel à trouver un membre de l’équipe culinaire casher qui servira de mashgia’h – superviseur de casheroute – lorsque les repas sont préparés sur place », a précisé l’organisme OU.

Le 18 octobre, Israël et Bahreïn ont signé un « Communiqué conjoint sur l’établissement de relations diplomatiques, pacifiques et amicales » que la Knesset doit approuver mardi, avant que le traité ne soit ratifié par le cabinet.

Depuis la signature des Accords d’Abraham par Jérusalem et Manama sur l’établissement de relations diplomatiques, « les voyageurs d’affaires et les touristes juifs d’Israël, d’Amérique du Nord et d’Europe sont de plus en plus nombreux à manifester leur intérêt pour le Royaume », a fait savoir l’OU.

« Bahreïn est unique en ce sens qu’il a sa propre population locale juive et depuis la normalisation des relations, nous observons un regain d’intérêt de la part des voyageurs juifs et israéliens, et nous voulons être en mesure de proposer de la nourriture casher à ceux qui en souhaitent », a expliqué Bernard de Villèle, manager général du Manama Ritz Carlton, situé dans le quartier d’Al Seef.

Le chef de la communauté juive bahreïnie, Ebrahim Nonoo, a salué la décision de l’hôtel, prédisant qu’elle attirera davantage de touristes juifs dans ce petit pays insulaire. « Il ne se passe pas un jour sans que nous ne recevions des demandes de groupes juifs et d’individus désireux de visiter Bahreïn et la nourriture casher est l’une de leurs premières questions », a-t-il dit.

Ebrahim Nonoo, chef de la communauté juive de Bahreïn, prie dans la seule synagogue du royaume de Bahreïn, dans la capitale Manama, le 9 novembre 2020. (Mazen Mahdi/AFP)

Le rabbin Menachem Genack, qui supervise le département de la casheroute au sein de l’OU, a déclaré que ses services sont « très demandés » dans le Golfe. « Les Accords d’Abraham ont ouvert les horizons de voyages pour les consommateurs de casher, comme jamais auparavant », a-t-il dit.

L’OU n’est pas le seul acteur du business florissant de la casheroute dans la région.

Le mois dernier, le département de la Culture et du Tourisme d’Abou Dhabi a signé un accord avec « l’Agence émiratie de certification de casheroute », fondée par l’émissaire Habad à Dubaï, le rabbin Levi Duchman.

En vertu de cet accord, cette nouvelle agence « certifiera officiellement les hôtels émiratis qui serviront des repas casher », avait rapporté l’agence de presse publique WAM.

Anticipant un afflux important de touristes juifs, les autorités émiraties avaient suggéré aux hôtels de la ville de prévoir des options casher.

Dans une circulaire adressée aux gérants de tous les hôtels de la capitale émiratie, son département de la culture et du tourisme souligne son engagement à servir « tous les visiteurs et touristes dans l’émirat d’Abou Dhabi ». Par conséquent, « il est conseillé à tous les établissements hôteliers d’inclure des options de nourriture casher dans les menus du service en chambre et dans tous les points de vente de nourriture et de boissons de leurs établissements ».

Ross Kriel, à gauche et le PDG de Emirates Flight Catering Saeed Mohammed signent un accord sur la production de plateaux-repas casher à Abou Dhabi, le 17 septembre 2020 (Crédit : Emirates)

En septembre également, la compagnie aérienne émiratie a annoncé qu’elle allait produire et servir des plateaux-repas casher sur ses vols.

« Ce nouveau partenariat portera le nom de Kosher Arabia et la production devrait commencer en janvier 2021 », a déclaré Emirates Flight Catering, ou EKFC, dans un communiqué de presse.

Les repas seront préparés dans un local dédié à la nourriture casher aux EAU et certifiés par l’OU, qui collaborera avec l’Union des synagogues orthodoxes d’Afrique du Sud, selon le communiqué.

A LIRE : Dubaï se prépare à la restauration casher après l’accord avec Israël

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...