Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Bruxelles : Des étudiants anti-Israël prolongent l’occupation d’un bâtiment universitaire

À l’Université libre de Bruxelles, un bâtiment est occupé depuis le 7 mai par un mouvement qui demande à la direction de "rompre sans équivoque toute forme de collaboration avec les institutions académiques et entreprises sionistes"

La faculté de droit de l'université libre de Bruxelles. (Crédit : Meusulb2013 / CC BY-SA 3.0)
La faculté de droit de l'université libre de Bruxelles. (Crédit : Meusulb2013 / CC BY-SA 3.0)

Les actions d’étudiants pro-palestiniens et anti-Israël se poursuivent à l’Université libre de Bruxelles (ULB), en Belgique. Un bâtiment est ainsi occupé depuis le 7 mai dernier par un mouvement qui se fait appeler
« Université populaire de Bruxelles » et qui veut dénoncer le « génocide » en cours à Gaza. Il demande ainsi à la direction de « rompre sans équivoque toute forme de collaboration avec les institutions académiques et entreprises sionistes ». Vendredi 21 juin, après une assemblée générale, le groupe a annoncé dans la soirée prolonger son action, a rapporté la RTBF.

La rectrice de l’Université, Annemie Schaus, avait appelé lundi dernier les étudiants à lever l’occupation et à réparer les dégradations commises lors de leurs actions. Dans un mail adressé à la communauté étudiante, elle affirmait que « la manière dont ce mouvement a évolué ne répond pas aux idéaux qui l’ont motivé ».

« J’estime que cette occupation est, dès lors, aujourd’hui sans fondement et ne peut plus amener qu’à perpétuer un climat de tensions, de provocations et de conflits sur notre campus » avait-elle ajouté. Elle se disait néanmoins prête à poursuivre le dialogue et à rester attentive aux préoccupations étudiantes.

Le groupe « Université populaire de Bruxelles » avait répondu indirectement à la rectrice sur ses réseaux sociaux en affirmant que « la violence sur le campus, c’est celle de notre institution qui soutient la colonisation en Palestine et un génocide, c’est celle des symboles coloniaux qui persistent sur le campus ». Et de conclure par : « Longue vie à l’intifada étudiante. »

En fin de semaine dernière déjà, la direction des universités d’Anvers et de Gand avait demandé aux étudiants pro-palestiniens et anti-Israël de mettre un terme à leur occupation des bâtiments sous peine de poursuites judiciaires. Le mouvement étudiant avait obtenu l’interruption des collaborations avec les institutions israéliennes de l’Université d’Anvers, ce qui a conduit son recteur, Herman Van Goethem, à estimer que « [sa] politique de tolérance s’arrête là ». Quant aux activistes de l’Université de Gand, ils ont quitté d’eux-mêmes le bâtiment qu’ils occupaient pour éviter l’expulsion par la police.

L’occupation à l’ULB avait fait la une des journaux en mai, lorsqu’un étudiant juif avait été agressé sur le campus alors qu’il portait sur ses épaules un drapeau israélien. La direction avait porté plainte pour violence et le mouvement étudiant s’était mis à l’écart de l’incident, estimant que
« ce comportement violent ne représente en rien notre mouvement ».

Les campus américains, français et autres ont eux aussi été touchés par d’importantes mobilisations anti-Israël ces derniers mois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.