Cerfs-volants incendiaires lancés depuis Gaza : les feux continuent
Rechercher

Cerfs-volants incendiaires lancés depuis Gaza : les feux continuent

Les feux quotidiens déclenchés depuis l'enclave côtière se poursuivent et calcinent des centaines d'hectares de champs ; un entrepôt de Hof Ahskelon a été endommagé par un ballon

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Plusieurs incendies ont été signalés dans le sud d’Israël lundi, après un lancer de cerfs-volants de de ballons incendiaires par des Palestiniens depuis la bande de Gaza, ont indiqué les autorités.

Des feux ont été signalés dans les trois principales régions qui entourent l’enclave palestinienne : Hof Ashkelon au nord, Shaar Hanegev au nord-ouest, et Eshkol à l’est.

Depuis le 30 mars, les Gazaouis ont lancé des centaines de cerfs-volants et de ballons gonflés à l’hélium, lestés de matériaux inflammables, et parfois d’explosifs, en direction du territoire israélien.

Les incendies quotidiens causés par ces dispositifs incendiaires ont brûlé des milliers d’acres de champs, de forêts et de réserves naturelles dans les régions qui entourent la bande de Gaza, selon les autorités.

Les autorités fiscales estiment que les dégâts s’élevent à plus de 5 millions de shekels.

Des pompiers israéliens éteignent un incendie dans un champ dans le sud d’Israël, causé par des cerfs-volants pilotés par des Palestiniens de la bande de Gaza le 5 juin 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé que pour couvrir le coût des dégâts infligés aux champs, le gouvernement envisageait de retenir des sommes sur les taxes destinées à l’Autorité palestinienne. La décision a interpellé la communauté des analystes israéliens, qui ont souligné que l’AP ne contrôlait pas la bande de Gaza.

L’armée israélienne a tenté d’utiliser des drones pour intercepter les cerfs-volants et les ballons. Des responsables ont jugé que les essais de drones étaient un succès, mais qu’il ne s’agissait pas d’une solution parfaite.

Un soldat de Tsahal montre son drone et sa télécommande dans un champ incendié par des cerfs-volants de la bande de Gaza le 7 juin 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israel)

Lundi, un ballon chargé de combustible a atterri sur le toit d’un entrepôt dans l’une des communautés de la région de Hof Ashkelon, causant de légers dégâts au bâtiment et aux alentours, avant qu’il ne soit maitrisé, a indiqué un porte-parole de la région.

De nombreux incendies ont également été signalés dans la région de Shaar Henegev.

Une cinquantaine d’hectares a brûlé près du kibboutz d’Or HaNer, a indiqué un porte-parole de la région.

Quatre autres hectares ont également pris feu, près du kibboutz Mefalsim.

Un feu a également ravagé des champs d’une coopérative agricole, un second peu après Mefalsim, sur la route 232 qui mène à Kfar Azza, selon un porte-parole de la région.

Le feu a interrompu la circulation dans les deux sens pendant 45 minutes et a perturbé les services de ramassage scolaire, a indiqué la porte-parole de Shaar Hanegev.

Un feu près du kibboutz Nir Am a endommagé plusieurs ruches, a-t-elle ajouté.

Un feu à Eshkol à contraint les autorités à fermer les routes qui relie le kibboutz Ein Hashlosha et le kibboutz Kissufim.

Les riverains ont reçu l’ordre de suivre des déviations pour se rendre d’une communauté à l’autre jusqu’à ce que le feu soit maitrisé, a dit le porte-parole d’Eshkol.

Après la réouverture de la route, les autorités ont appelé les résidents à faire preuve de prudence, parce que la région était « pleine de fumée ».

Le cratère de Beeri suite à un incendie provoqué par des cerfs-volants avec Gaza en arrière-plan, le 6 juin 2018 (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Dans un communiqué, le chef du conseil régional de Hof Ashkelon a reconnu qu’il y avait peu de moyen d’empêcher l’approvisionnement en hélium, qui a été utilisé pour envoyer les ballons incendiaires en direction de l’une de ses communautés, car le gaz est utilisé dans les hôpitaux de Gaza.

« Nous ne limitons pas tout ce qui est lié à la médecine et à sauver des vies. Mais les ballons continuent d’affluer depuis la bande de Gaza et je m’attends à ce qu’il y ait davantage de tentatives de lancers de ballons chargés d’explosifs, avec la fin de la période de récolte », a déploré Yair Farjun, chef du conseil régional de Hof Ahskelon.

Il a appelé les autorités compétentes et des membres du gouvernement à le rencontrer pour développer un « programme économique sur plusieurs années » pour gérer les dégâts causés par ces incendies.

La question du traitement des Palestiniens qui lancent des cerfs-volants et des ballons incendiaires divise les responsables israéliens.

Deux Palestiniens font voler un cerf-volant incendiaire de la bande de Gaza vers le territoire israélien lors de manifestations de masse le long de la clôture de sécurité le 8 juin 2018. (Armée israélienne)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a appelé l’armée à tirer sur quiconque est vu en train de lancer un « cerf-volant terroriste ».

Cependant, un haut-responsable du Commandement du Sud a déclaré la semaine dernière que les incendies sont graves mais représentent « une autre forme de danger ».

Samedi, un avion israélien a attaqué pour la première fois un groupe de trois Gazaouis qui préparaient un stock de ballons que les Palestiniens utilisent pour envoyer des dispositifs incendiaires par-dessus la frontière pendant les émeutes, à indiqué l’armée.

Aucun blessé n’a été signalé après cette frappe, à proximité de la ville de Beth Hanoun, au nord de Gaza. L’armée a indiqué que l’avion a effectué un « tir d’avertissement ».

« Nous considérons l’usage de ballons et de cerfs-volants incendiaires avec la plus grande gravité, et continuerons de sévir pour empêcher leur utilisation », a ajouté l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...