Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

CIA: Les tensions israélo-palestiniennes actuelles ressemblent à la Seconde Intifada

Bill Burns s'est dit préoccupé par la perspective d'une augmentation de la violence après avoir rencontré les dirigeants de la région lors de son récent voyage

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le directeur de la CIA, William Burns, rencontrant le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dans le bureau de ce dernier à Ramallah, le 29 janvier 2023. (Crédit : Wafa)
Le directeur de la CIA, William Burns, rencontrant le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dans le bureau de ce dernier à Ramallah, le 29 janvier 2023. (Crédit : Wafa)

Le directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis s’est inquiété la semaine dernière du fait que la période actuelle de tensions entre Israël et les Palestiniens commence à ressembler à la violence de la Seconde Intifada.

« J’étais un diplomate américain de haut rang il y a 20 ans, pendant la Seconde Intifada, et je suis préoccupé – à l’instar de mes collègues de la communauté du renseignement – par le fait qu’une grande partie de ce que nous voyons aujourd’hui ressemble affreusement à certaines de ces réalités que nous avons également vues à l’époque », a déclaré Bill Burns lors d’une interview en direct à la Georgetown School of Foreign Service à Washington jeudi.

La Seconde Intifada est une période allant de 2000 à 2005 qui, pour les Israéliens, est devenue synonyme d’attentats-suicides et d’attentats à la bombe contre des bus qui ont entraîné la mort de plus de 1 000 civils et soldats. Le soulèvement qui a suivi les négociations de paix de Camp David a également donné lieu à des affrontements intenses avec les troupes israéliennes, qui ont fait plus de 3 000 morts parmi les Palestiniens.

Burns s’exprimait quelques jours après son retour de la région, où il a rencontré de hauts dirigeants israéliens et palestiniens, alors que l’administration Biden a intensifié ses efforts pour apaiser les tensions entre les parties.

Mais Burns a déclaré qu’il avait quitté la région en étant pessimiste.

« Les conversations que j’ai eues avec les dirigeants israéliens et palestiniens m’ont laissé assez préoccupé par les perspectives d’une fragilité encore plus grande et d’une violence encore plus grande entre Israéliens et Palestiniens.

« Mon agence est en partie responsable de travailler aussi étroitement que possible avec les services de sécurité palestiniens et israéliens pour empêcher le genre d’explosions de violence auxquelles nous avons assisté ces dernières semaines. Ce sera un grand défi, et je suis également préoccupé par cette dimension du paysage au Moyen-Orient », a-t-il ajouté.

Les relations entre Jérusalem et Ramallah sont tendues depuis des mois. Le précédent gouvernement israélien a pris certaines mesures pour soutenir l’AP, mais a toujours refusé d’engager des négociations diplomatiques. Les tensions sont montées en flèche depuis la prestation de serment, fin décembre, de la nouvelle coalition dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Considéré comme le gouvernement le plus à droite de l’Histoire d’Israël, il a imposé une série de sanctions à l’Autorité palestinienne (AP) au début du mois de janvier, en réponse à l’initiative réussie de cette dernière aux Nations unies visant à faire peser la Cour internationale de justice (CIJ) sur la conduite d’Israël dans les Territoires.

Puis, le 26 janvier, Tsahal a mené une opération dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, qui a fait dix morts palestiniens, pour la plupart des hommes armés et des membres de la cellule terroriste, mais au moins une civile a également été tuée. Israël a défendu l’opération comme une mesure antiterroriste nécessaire. L’AP a réagi en annonçant la rupture de sa coordination en matière de sécurité avec Tsahal (bien qu’Abbas ait déclaré plus tard à Burns que les liens n’étaient que partiellement coupés).

Un jour plus tard, un terroriste palestinien a ouvert le feu devant une synagogue à Jérusalem-Est, tuant sept Israéliens.

Les affrontements et les arrestations interviennent à un moment où la violence augmente en Cisjordanie, l’armée poursuivant ses opérations antiterroristes à la suite d’une série d’attentats terroristes qui ont fait 31 morts en 2022, et sept autres lors d’une attaque le mois dernier.

L’opération de Tsahal a permis de procéder à plus de 2 500 arrestations lors de raids quasi quotidiens. Elle a également fait plus de 171 morts parmi les Palestiniens en 2022, et 41 autres depuis le début de l’année. La majorité ont été tués lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de sécurité.

Les États-Unis ont fait pression sur l’AP pour qu’elle revienne sur sa décision de mettre fin à sa coordination sécuritaire avec Israël, que l’establishment israélien de la sécurité a longtemps considéré comme crucial pour maintenir la stabilité et prévenir le terrorisme en Cisjordanie. Les partisans de l’AP ont toutefois prévenu qu’il serait plus difficile de la soutenir à long-terme en l’absence de négociations diplomatiques permettant de redorer son image aux yeux des Palestiniens.

Des Palestiniens affrontant les forces israéliennes après un raid de l’armée dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 26 janvier 2023. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Dimanche, « Abbas a affirmé à Burns que le partage de renseignements avec Israël – un élément clé des liens sensibles en matière de sécurité – se poursuit », a déclaré au Times of Israel un fonctionnaire connaissant les détails de leur rencontre.

La coordination en matière de sécurité comprend, entre autres, une communication régulière entre les forces de sécurité israéliennes et celles de l’AP afin d’éviter tout conflit lorsque les forces de défense israéliennes pénètrent dans les villes palestiniennes. L’AP aide également à extraire les Israéliens qui pénètrent par erreur dans les zones palestiniennes et procède à des arrestations de suspects de terrorisme au nom d’Israël.

Le fonctionnaire a déclaré, sous couvert d’anonymat, que le dirigeant de l’AP a également assuré à Burns que les forces de sécurité de l’AP continueront à arrêter les suspects de terrorisme et que la coordination de la sécurité sera pleinement rétablie une fois le calme rétabli.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a rencontré Abbas deux jours plus tard, au cours desquels il a encouragé Ramallah à adopter un plan visant à renforcer la présence sécuritaire de l’AP dans le nord de la Cisjordanie, où les combats entre les forces israéliennes et les groupes terroristes locaux sont de plus en plus meurtriers, ont déclaré deux responsables américains et palestiniens au Times of Israel.

Ces derniers mois, l’AP a vu son contrôle sur des pans de plus en plus importants de la Cisjordanie s’effriter, notamment dans les villes du nord de la Cisjordanie telles que Jénine et Naplouse. Israël affirme qu’en conséquence, il a été contraint d’envoyer ses propres troupes dans ces zones – qui, en vertu des Accords d’Oslo, sont censées être sous le contrôle total de l’AP – pour procéder à des arrestations de personnes suspectées d’atteinte à la sécurité.

A LIRE : Meïr Ben-Shabbat: « Pourquoi Israël va à Jénine ? Parce que l’AP ne fait pas son travail. »

Dans le passé, des opérations similaires auraient pu être menées par l’AP.

Montage photos : Des soldats portant le cercueil du sergent Ido Baruch, tué lors d’une fusillade en Cisjordanie, dans un cimetière militaire à Gedera, le 12 octobre 2022, à gauche. Des tireurs palestiniens et des personnes en deuil portant le corps de Raafat Ayassah, tué lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes, lors de ses funérailles dans le village de Sanur, près de Jénine, en Cisjordanie, le 10 novembre 2022, à droite. (Crédit : Avshalom Sassoni ; Nasser Ishtayeh/Flash90)

De nombreuses opérations israéliennes ont déclenché des affrontements de plus en plus violents avec des Palestiniens armés frustrés par les incursions israéliennes et la volonté de l’AP de coopérer.

Le plan américain prévoit la création d’équipes d’intervention de la police civile de l’AP à Jénine et Naplouse afin de rétablir le contrôle de l’AP dans la région. Il chercherait à réduire les frictions entre la police de l’AP et les civils palestiniens en déployant la police municipale pour opérer et procéder aux arrestations au lieu des forces paramilitaires normalement utilisées, selon une source familière avec le sujet.

Bien que Abbas n’ait pas donné de réponse définitive à Blinken concernant la proposition, les responsables de l’AP l’ont jusqu’à présent accueillie froidement, déplorant qu’elle ne comprenne pas l’engagement d’Israël à cesser les opérations dans la zone A de la Cisjordanie contrôlée par l’AP, a déclaré un responsable palestinien.

Le responsable a ajouté que le recrutement d’une telle force serait également difficile dans un contexte de frustration croissante de l’opinion publique à l’égard de l’AP. Israël, quant à lui, soutient le plan américain, selon Axios.

Commentant lundi les remarques de Burns, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré que l’inquiétude du directeur de la CIA « est précisément la raison pour laquelle le secrétaire Blinken, d’Israël, de Cisjordanie, d’Égypte, a encouragé les Israéliens, les Palestiniens à prendre eux-mêmes des mesures urgentes qui désamorceraient cette situation et conduiraient à de plus grands degrés de sécurité et de stabilité pour les Israéliens comme pour les Palestiniens ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.