Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Cinéma: « Occupied City », documentaire fleuve sur les fantômes juifs d’Amsterdam

Steve McQueen retourne avec sa caméra là ou femmes, hommes et enfants ont vécu avant d'être arrêtés puis internés dans les camps néerlandais. Et déportés puis tués à Auschwitz ou Theresienstadt

Steve McQueen présente "Occupied City" lors du 61e Festival du film de New York à la Furman Gallery le 1 octobre 2023 à New York. (Crédit : Arturo Holmes/Getty Images for FLC/AFP)
Steve McQueen présente "Occupied City" lors du 61e Festival du film de New York à la Furman Gallery le 1 octobre 2023 à New York. (Crédit : Arturo Holmes/Getty Images for FLC/AFP)

« Démolis »: comme la communauté juive d’Amsterdam et les lieux et quartiers où elle a vécu avant d’être exterminée par l’occupant nazi, un pan de l’Histoire que le réalisateur Steve McQueen fait revivre dans « Occupied City », documentaire de quatre heures en salles mercredi.

Dans ce film, présenté lors du Festival de Cannes l’an passé, le cinéaste britannique, qui vit dans cette ville des Pays-Bas, évoque, cas par cas, l’histoire funeste d’une partie des membres de la communauté juive d’Amsterdam.

L’auteur oscarisé de « Twelve years a slave » (2013) retourne avec sa caméra dans des maisons ou devant des immeubles aujourd’hui démolis (« Demolished », répété comme un leitmotiv) où ces femmes, hommes et enfants ont vécu avant d’être arrêtés puis internés dans les camps néerlandais. Et déportés puis tués à Auschwitz ou Theresienstadt.

Ayant tourné pendant l’épidémie de Covid, Steve McQueen, grâce notamment à de prodigieuses images de nuit avec un drone, montre des rues vides en raison du confinement et établit un étrange parallèle avec le couvre-feu imposé durant la Seconde Guerre mondiale.

Accumulation de destins tragiques évoqués en quelques phrases, documentaire long et répétitif mais indispensable au regard de l’Histoire, « Occupied City » est inspiré de « Atlas of an occupied city (Amsterdam 1940-1945) », un ouvrage de la compagne de Steve McQueen, l’historienne néerlandaise Bianca Stigter.

« Ce film parle autant du présent que du passé », avait expliqué le cinéaste au magazine Variety l’an passé. « Malheureusement, on ne semble jamais apprendre du passé, comme si les choses nous dépassaient », avait-il ajouté, en référence à la montée de l’extrême droite.

La communauté juive des Pays-Bas – et plus particulièrement celle d’Amsterdam, qui comptait alors un peu plus de 100000 membres, dont la jeune Anne Frank -, a été, en proportion, l’une de celles qui ont le plus souffert de la Shoah en Europe.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.