Complètement débordés, des magasins proposent des paniers garnis pour Pessah
Rechercher

Complètement débordés, des magasins proposent des paniers garnis pour Pessah

Il est difficile de trouver des supermarchés qui livrent en cette veille de Pessah; les pénuries d'articles comme les œufs sont temporaires, selon les chaînes

Une femme fait des courses avec son fils au supermarché Rami Levy dans le bloc d'implantations du Gush Etzion. (Nati Shohat/Flash90)
Une femme fait des courses avec son fils au supermarché Rami Levy dans le bloc d'implantations du Gush Etzion. (Nati Shohat/Flash90)

Moshe Gutvirtz, un kinésithérapeute de 68 ans, s’est connecté mercredi pour faire ses courses auprès de la chaîne de supermarchés Victory en Israël. Après avoir minutieusement entré sa longue liste d’articles et procédé au paiement, il a reçu un message lui indiquant qu’il n’y avait aucune livraison en ligne.

« C’était la partie la plus exaspérante de toutes », a déclaré M. Gutvirtz lors d’une conversation téléphonique avec le Times of Israel, en précisant que la mauvaise nouvelle ne lui était parvenue qu’après avoir passé du temps à passer sa commande.

Gutvirtz a commencé à utiliser le service en ligne des supermarchés il y a trois semaines, alors que le pays se confinait et que les gens devaient rester chez eux en raison de la propagation du coronavirus qui a tué des milliers de personnes dans le monde. Lorsqu’il a commandé chez Shufersal, une autre chaîne de supermarchés, il lui a fallu dix jours pour se faire livrer.

« J’ai commencé à commander en ligne à cause de la situation », a-t-il déclaré. « Maintenant, je vais simplement sortir et acheter moi-même. »

Les rayons ont été dévalisés de papier toilette, de désinfectant pour les mains et de masques chirurgicaux partout dans le monde, du Japon à la France en passant par les États-Unis, alors que les achats de panique s’étendent sur toute la planète avec le coronavirus, perturbant les chaînes d’approvisionnement et défiant les appels répétés au calme.

Des rayons vides dans un supermarché de Tel Aviv. Les Israéliens stockent de la nourriture alors que le gouvernement prend des précautions plus strictes contre le virus Corona, 10 mars 2020. (Yossi Zamir/FLASH90)

En Israël, les chaînes de supermarchés ont vu leurs ventes augmenter de plusieurs dizaines de points de pourcentage, principalement pour les désinfectants, les produits d’hygiène, les conserves, les céréales, les pâtes, le riz, la farine et l’eau minérale.

Cette demande de nourriture a été aggravée par l’imminente fête de Pessah, où des familles juives se rassemblent pour célébrer la sortie d’Égypte du peuple d’Israël. Cette année, Israël a demandé que le Seder traditionnel se déroule uniquement à la maison, sans invités, afin de lutter contre la propagation du virus. Mais la frénésie des achats se poursuit.

À cause du coronavirus, « nous avons vu les commandes en ligne augmenter cinq ou même six fois plus qu’en temps normal », a déclaré Rami Levy, le PDG et fondateur de la chaîne de supermarchés Rami Levy Hashikma Marketing 2006, dans une interview téléphonique. « Les gens ont peur de sortir de chez eux, et nous avons un problème logistique ».

Les chaînes ont du mal à collecter et à emballer toutes les commandes, les délais de livraison sont d’environ 10 à 14 jours, a-t-il dit.

Cette journaliste est entrée sur le site de commande en ligne de la chaîne de supermarchés Shufersal et a été informée que les livraisons à son domicile situé dans le nord de Tel Aviv n’auraient lieu que 21 jours plus tard, les 22 et 23 avril, autrement dit bien après Pessah, qui commence le 8 avril au soir.

Capture d’écran d’un délai de livraison de plus de 20 jours proposé par Shufersal pour une commande d’épicerie passée le 1er avril 2020. (Shoshanna Solomon/Times of Israel)

« En raison d’une demande record sans précédent, au vu des récents événements, certaines régions connaissent un retard de plusieurs jours dans les délais de livraison. Nous faisons tout notre possible pour accroître la portée de nos opérations, notamment en recrutant plus de 2 000 travailleurs pour l’entreprise et en formant des dizaines de succursales supplémentaires pour qu’elles puissent fonctionner en ligne », a déclaré Shufersal dans un message texte.

Les salariés de l’entreprise travaillent 24 heures sur 24, indique le SMS, « pour répondre à la demande de nos clients en ce moment et prolonger notre service autant que possible ».

Levy, le PDG de la chaîne Rami Levy, a déclaré que sa chaîne est en train de proposer une solution : offrir aux clients un panier prédéfini de 57 articles, qui sera préparé à l’avance et pourra être livré dans les 72 heures suivant la commande.

« Nous commençons demain », a-t-il déclaré. Les livraisons se feront chik-chak, a-t-il promis, en utilisant l’argot hébreu pour « rapide ».

Rami Levy, le PDG et fondateur de la chaîne de supermarchés Rami Levy. (Luke Tress / Times of Israel)

La liste des produits a été établie en collaboration avec le ministère de l’Economie et de l’Industrie, et le panier coûte 767 shekels (192 euros). Il comprend, entre autres, un pack de six bouteilles d’eau minérale, un kilo de viande hachée, du vin doux de Kiddoush, du vin rouge, des biscuits casher-le-Pessah, un kilo de cuisses de poulet et deux kilos de pilons, un kilo de filet de saumon, du houmous, des fromages, de la matsah (le pain azyme utilisé pour Pessah), du riz, des légumes, du café, du thon et des œufs.

Il n’existe apparemment pas de liste séparée pour les consommateurs ashkénazes qui ne mangent pas de légumineuses pendant Pessah.

Shufersal prépare également un panier garni de produits de Pessah pour les clients, a déclaré une porte-parole de la chaîne dans un message texte. La chaîne proposera aux clients un « panier de produits courants et restreints » qui pourra être commandé en ligne, afin de renforcer les services de livraison.

Le panier, qui contiendra une variété de produits « sensiblement plus restreints » que ceux que l’on trouve dans les magasins, pourra être livré dans la semaine suivant la commande, indique le texte. Aucun autre détail, tel que le prix ou le contenu, n’a été communiqué.

Shufersal et Rami Levy ont tous deux déclaré que les pénuries dont se plaignent les clients – en particulier les œufs et autres produits de base – sont temporaires et que les rayons vides se remplissent à nouveau.

Une Israélienne dans une épicerie de Jérusalem, le 6 avril 2014. (Hadas Parush/Flash 90)

Ofer Levy, 43 ans, propriétaire d’une épicerie dans le nord de Tel Aviv, a déclaré au Times of Israel qu’il constate un afflux de clients alors que de plus en plus de gens sont mécontents des longs délais de livraison des grands supermarchés.

Il s’est également plaint des pénuries, mais a déclaré que celles-ci étaient toujours temporaires.

« Il y a une pénurie d’œufs, bien sûr, et de vinaigre et de farine », a-t-il déclaré. « Je prévois aussi une pénurie de matza et de farine de matza ».

Mais dans quelques jours, l’approvisionnement va reprendre, a-t-il dit. « Nous essayons de faire ce que nous pouvons pour nous procurer les produits ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...