Corbyn, « candidat préféré des antisémites », selon une nouvelle étude
Rechercher
Analyse

Corbyn, « candidat préféré des antisémites », selon une nouvelle étude

A une semaine des élections, les travaillistes sont derrière Johnson dans les sondages mais comblent l'écart. Deux enquêtes montrent l'attitude des Britanniques envers les Juifs

Le dirigeant du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn est assis sur la scène alors que ses partisans agitent des drapeaux palestiniens lors de la conférence annuelle du parti à Liverpool, en Angleterre, le 25 septembre 2018. (Stefan Rousseau/PA via AP)
Le dirigeant du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn est assis sur la scène alors que ses partisans agitent des drapeaux palestiniens lors de la conférence annuelle du parti à Liverpool, en Angleterre, le 25 septembre 2018. (Stefan Rousseau/PA via AP)

LONDRES – Jeremy Corbyn est le leader politique le plus populaire parmi les Britanniques qui ont des opinions antisémites, selon un rapport publié cette semaine.

Selon le rapport de la Campaign Against Antisemitism (CAA), 67 % des adultes britanniques qui se disent fortement en faveur du chef de l’opposition d’extrême gauche ont au moins une opinion antisémite et 33 % ont quatre opinions antisémites, voire plus.

« Jeremy Corbyn est désormais l’homme politique de choix pour les antisémites », a déclaré Gideon Falter, directeur général de la CAA, dans un communiqué de presse.

L’étude de la CAA a été publiée alors que les sondages semblaient indiquer que le Parti travailliste de M. Corbyn commence à combler l’écart avec le Premier ministre Boris Johnson alors que la campagne électorale générale en Grande-Bretagne entre dans sa dernière semaine.

M. Corbyn s’est excusé mardi pour l’antisémitisme au sein du Parti travailliste, après avoir refusé à plusieurs reprises de le faire dans une interview accordée la semaine dernière à la BBC.

Un nouveau sondage publié jeudi par le Britain Israel Communications and Research Center (BICOM), quant à lui, montre que seulement 14 % des Britanniques soutiennent le boycott d’Israël. L’État juif est également considéré comme le plus important allié du Royaume-Uni au Moyen Orient dans la lutte contre le terrorisme.

Le sondage de BICOM révèle que 45 % des adultes britanniques pensent qu’il est antisémite de haïr Israël et de remettre en question son droit d’exister. 36 % des personnes interrogées ont dit ne pas savoir, et 18 % n’étaient pas d’accord.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson prend la parole lors du lancement de la campagne du Parti conservateur aux élections générales, au National Exhibition Centre (NEC) de Birmingham, dans le centre de l’Angleterre, le 6 novembre 2019. (Adrian Dennis/AFP)

Prendre la température de l’antisémitisme en Grande-Bretagne

Le rapport annuel de la CAA sur le « baromètre » de l’antisémitisme se fonde sur les sondages réalisés par YouGov en 2018 et 2019, qui ont été conçus et analysés par Daniel Allington du King’s College London.

Un échantillon représentatif d’adultes britanniques se sont vu présenter sept déclarations sur les Juifs et six sur Israël et on leur a demandé s’ils étaient d’accord ou en désaccord avec ces affirmations. Parmi les déclarations sur les Juifs, il y avait « les Juifs britanniques courent plus après l’argent que les autres Britanniques » et « le peuple juif parle de la Shoah pour promouvoir son agenda politique ». Parmi les déclarations qui vérifiaient les attitudes à l’égard de l’État juif, mentionnons : « Israël peut s’en tirer à bon compte parce que ses partisans contrôlent les médias ».

Le rapport conclut que les opinions antisémites sont désormais « plus répandues » dans l’extrême gauche britannique que partout ailleurs dans l’éventail politique.

Parmi ceux qui se considèrent comme « très à gauche », 42 % pensent que les partisans d’Israël au Royaume-Uni nuisent à la démocratie britannique. 60 % étaient d’accord pour dire qu’Israël « traite les Palestiniens comme les Nazis ont traité les Juifs » et trois sur dix n’étaient pas d’accord avec le fait que l’État juif a « le droit de se défendre contre ceux qui veulent le détruire ».

Soixante pour cent des Britanniques d’extrême gauche sont d’accord pour dire qu’Israël ‘traite les Palestiniens comme les Nazis ont traité les Juifs’

Le rapport avertissait cependant que « l’antisémitisme perdure sur la droite politique britannique ». Il a également noté que les personnes interrogées qui se sont identifiées comme « légèrement gauchistes » ou « plutôt gauchistes » avaient « nettement moins d’attitudes antisémites que celles qui se sont identifiées comme « très gauchistes ».

Le rapport de la CAA ajoute, au sujet de sa conclusion selon laquelle M. Corbyn a obtenu l’appui de ceux qui ont des opinions antisémites : « Cela ne veut certainement pas dire que tous ceux qui aiment ou appuient Jeremy Corbyn sont antisémites, mais nous trouvons profondément préoccupant que ceux qui l’aiment le plus semblent beaucoup plus susceptibles que les autres d’avoir plusieurs opinions antisémites ».

La CAA a mené une enquête distincte sur les attitudes des Juifs britanniques à l’égard de l’antisémitisme au Royaume-Uni. Elle a constaté que 84 % des Juifs pensent que Corbyn est une menace spécifique à la communauté juive et que plus de quatre sur cinq pensent que les travaillistes « hébergent » des antisémites dans leurs rangs.

Quarante-deux pour cent des Juifs britanniques disent qu’ils ont envisagé de quitter le Royaume-Uni pour cause d’antisémitisme au cours des deux dernières années et, de ce nombre, près d’un quart ont préparé des plans concrets pour le faire. Parmi ceux qui ont dit qu’ils envisageaient d’émigrer, 85 % ont laissé entendre que la raison en était l’antisémitisme en politique. Près des deux tiers d’entre eux ont expressément cité le Parti travailliste ou Corbyn comme raison.

Le chef du Parti travailliste d’opposition, Jeremy Corbyn, lors d’une visite au Whitby Leisure Centre à Whitby, dans le nord de l’Angleterre, lors de sa campagne aux élections générales, le 1er décembre 2019. (Paul Ellis/AFP)

« Les gens trouveront tout à fait effrayant qu’en 2019, de larges pans de la communauté juive envisagent de quitter le pays qu’ils aiment parce qu’ils craignent le racisme dans notre politique », a déclaré Falter.

L’enquête a également montré que près de 90 % des Juifs pensent que les menaces de l’extrême droite, des islamistes et de l’extrême gauche sont « très graves » ou « modérément graves ».

D’autres sondages suggèrent que seulement 6 % des Juifs ont l’intention de voter travailliste le 12 décembre.

Ce que BICOM a découvert

Au sein du grand public, les préoccupations au sujet de l’antisémitisme seraient soulevées spontanément dans les groupes de discussion. Un sondage YouGov publié la semaine dernière a montré que 30 % des électeurs britanniques pensent que Corbyn est antisémite, et 32 % qu’il ne l’est pas. La même proportion, 30 %, pensent aussi que Johnson est raciste mais 42 % ne le pensent pas. Le chef conservateur a été harcelé par des allégations d’islamophobie.

Une grande partie de la peur de Corbyn est suscitée par les révélations sur son passé qui sont apparues depuis qu’il est devenu président du Labour en 2015. Il s’agit notamment de la désignation du Hamas et du Hezbollah comme « amis », de la défense d’une murale antisémite dans l’est de Londres et d’une volonté apparente de s’associer à des présumés antisémites, terroristes et négationnistes de la Shoah.

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn (2e à droite) assiste à une conférence à Doha en 2012, aux côtés de plusieurs terroristes palestiniens condamnés pour le meurtre d’Israéliens. (Capture d’écran : Twitter)

Ces craintes ont été aggravées par la crise de l’antisémitisme qui a secoué le Parti travailliste sous sa direction, ce qui a conduit le parti à faire l’objet d’une enquête officielle par l’observatoire contre le racisme du Royaume-Uni. Et elles se sont aggravées au fur et à mesure que les travaillistes ont été confrontés à de nouvelles critiques au sujet de l’antisémitisme présumé de la part de certains de ceux qui ont été choisis pour se battre pour des sièges dans le cadre des élections.

En publiant le sondage de BICOM, le directeur général du groupe de réflexion, James Sorene, a déclaré : « Le soutien au boycott d’Israël est inchangé [par rapport à l’enquête de l’année dernière] et faible, à 14 % et près de 50 % de l’opinion publique britannique s’oppose au boycott d’Israël et pense qu’il est antisémite de détester Israël et de dire qu’il devrait cesser d’exister.

Quarante-six pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient d’accord lorsqu’on leur a présenté l’énoncé « Je ne boycotte pas les marchandises ou les produits d’Israël et j’ai du mal à comprendre pourquoi les autres le feraient ». Quarante pour cent ne savaient pas et 14 % n’étaient pas d’accord.

« L’importance des liens étroits en matière de défense et de renseignement entre la Grande-Bretagne et Israël est reconnue dans l’enquête, 44 % des personnes interrogées affirmant qu’Israël est un partenaire important de la Grande-Bretagne dans la lutte contre le terrorisme », a ajouté Sorene.

Quarante-trois pour cent ont déclaré qu’ils croyaient que l’Arabie saoudite était « un allié important » de la Grande-Bretagne dans la lutte contre le terrorisme, 35 % ont répondu la Turquie et 33 % ont choisi l’Egypte.

Parmi les États du Moyen-Orient, Israël est considéré comme le troisième partenaire commercial le plus important de la Grande-Bretagne, avec 48 % qui ont répondu Arabie Saoudite, 37 % qui ont choisi le Qatar et 36 % Israël. La Turquie a été sélectionnée à 31 %.

L’importance que les Britanniques interrogés ont accordée à Israël en tant que partenaire commercial est importante lorsqu’on la replace dans le contexte d’une motion adoptée à une écrasante majorité lors de la conférence du Parti travailliste de septembre qui a ouvert la porte au boycott des produits des implantations israéliennes – abandonnant ainsi la longue opposition du parti à la politique du BDS. Elle s’est engagée à rejeter les accords commerciaux avec l’Etat juif qui « ne reconnaissent pas les droits des Palestiniens ».

Le manifeste du Parti travailliste a adopté une position un peu plus souple, se limitant à s’engager à interdire certaines ventes d’armes à Israël et à reconnaître immédiatement un État palestinien. (Les résolutions de la conférence ne sont pas automatiquement adoptées pour la plate-forme sur laquelle le parti se tient lors d’une élection générale.)

L’antisémitisme devient un enjeu électoral important

Le rapport de la CAA a été publié à la fin d’une semaine mouvementée pour Corbyn, dominée par les gros titres sur l’antisémitisme dans le parti à la suite d’une déclaration sans précédent du grand rabbin Ephraim Mirvis, selon laquelle les Juifs étaient « saisis par l’inquiétude » quant au résultat des élections. Le dirigeant travailliste a ensuite refusé à quatre reprises de s’excuser auprès de la communauté juive lors d’une interview décisive avec Andrew Neil, de la BBC. Le Labour a dit qu’il s’était déjà excusé pour l’antisémitisme dans ses rangs. (Corbyn s’est finalement excusé mardi.)

Plus tôt, samedi, le parti a fait face à une nouvelle controverse lorsqu’il a rendu publique une vidéo de campagne promouvant les droits des minorités qui ne mentionnait pas les Juifs.

Le grand rabbin Ephraim Mirvis, grand rabbin du Royaume-Uni et du Commonwealth. (Wikimedia Commons)

Bien que le Parti conservateur conserve une bonne longueur d’avance dans certains sondages (jusqu’à 15 %), la plupart des sondages montrent que l’écart entre le Parti conservateur et les travaillistes est en train de se combler. Ces derniers jours, certains sondages ont vu les travaillistes réduire l’avantage des conservateurs à seulement six ou sept points. A Londres, un champ de bataille crucial, le vote des travaillistes a augmenté de 8 % depuis novembre et le parti mène les conservateurs de 17 points. Son avance est toutefois en baisse par rapport à l’avantage de 22 % dont elle avait bénéficié à l’élection générale de 2017.

Les gains de Corbyn se font principalement aux dépens des libéraux-démocrates anti-Brexit, dont le soutien a chuté de quatre points depuis le début de la campagne. Les sondages suggèrent que les travaillistes renforcent leur soutien parmi les électeurs opposés au Brexit. Certains signes indiquent également qu’il pourrait rattraper son retard parmi ceux qui ont voté pour quitter l’Union européenne lors du référendum de 2016.

Les espoirs de victoire de Johnson reposent sur le fait que les conservateurs ont arraché une série de sièges marginaux pro-Brexit dans les Midlands et dans le nord de l’Angleterre et du Pays de Galles, qui traditionnellement vote pour les travaillistes.

Les espoirs des travaillistes ont également été ravivés par l’augmentation du nombre de jeunes qui se sont inscrits sur les listes électorales depuis le début de la campagne. Traditionnellement, les jeunes votent massivement pour le parti.

La montée du mouvement travailliste – et les critiques à l’endroit de Johnson pour avoir mené une campagne prudente et cherché à éviter l’attention des médias – ont suscité des comparaisons avec l’élection générale de 2017, lorsque l’ancienne Première ministre Theresa May a fait sauter une avance initiale de 25 points et a fini par perdre la majorité parlementaire conservatrice.

Les nerfs des conservateurs ont été exacerbés par une carte électorale qui signifie, selon les analystes, que pour que le parti obtienne une majorité, il doit avoir au moins six points d’avance sur les travaillistes.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson quitte le 10 Downing Street au centre de Londres, le 19 octobre 2019. (Tolga Akmen/AFP)

Si les conservateurs deviennent le plus grand parti, mais qu’il n’y a pas de majorité, les jours de Johnson à Downing Street pourraient être comptés. Alors que Corbyn peut se tourner vers les nationalistes et les verts écossais et gallois de gauche pour renforcer son soutien à la Chambre des communes, le Premier ministre a peu d’alliés potentiels, voire aucun. Le Parti unioniste démocrate d’Irlande du Nord, qui a soutenu le gouvernement de Mme May, est farouchement opposé à l’accord sur le Brexit que Johnson a négocié avec l’UE.

Johnson peut cependant encore éviter le sort qui est arrivé à son prédécesseur il y a deux ans. Bien que le mouvement travailliste ait gagné du terrain depuis le début de la campagne, la « vague Corbyn » de 2017 est aujourd’hui moins apparente. Les cotes du chef travailliste ont augmenté de 6 % depuis la dissolution du Parlement, mais Johnson le devance toujours de 15 points lorsqu’on demande aux électeurs qui serait le meilleur Premier ministre. En 2017, Corbyn était au même niveau que Mme May le jour des élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...