Damas, soutenu par l’Iran, a ordonné les tirs de roquettes de Gaza sur Israël
Rechercher

Damas, soutenu par l’Iran, a ordonné les tirs de roquettes de Gaza sur Israël

"La résistance ne peut rester passive face au massacre perpétuel de personnes innocentes de sang-froid par l'occupation," a écrit le Jihad islamique

Le général de brigade Mohammad Pakpour, commandant des forces terrestres des Gardiens de la Révolution iraniens. (Crédit : Hossein Zohrevand/CC BY 4.0/Wikimedia Commons)
Le général de brigade Mohammad Pakpour, commandant des forces terrestres des Gardiens de la Révolution iraniens. (Crédit : Hossein Zohrevand/CC BY 4.0/Wikimedia Commons)

L’armée israélienne a accusé samedi le gouvernement syrien d’avoir ordonné à un groupe terroriste palestinien de tirer des dizaines de roquettes sur Israël depuis Gaza avec le soutien de l’Iran et de promettre de réagir.

« Les roquettes lancées contre Israël (…) nous savons que les ordres et les incitations ont été donnés à Damas avec l’implication claire de la Force Qods des Gardiens de la révolution iraniens », a déclaré le porte-parole de l’armée, le colonel Jonathan Conricus, à propos des opérations étrangères de la puissante milice.

Conricus a déclaré aux journalistes que la réponse d’Israël « n’est pas limitée géographiquement ».

Quelques minutes après la déclaration de Tsahal, une série de sirènes d’alarme ont été entendues dans toutes les communautés du sud d’Israël. L’armée a déclaré que 10 roquettes avaient été tirées depuis Gaza dans les salves, dont huit ont été interceptées par le système antimissile du Dôme de fer.

Peu de temps après, l’armée a annoncé que des avions de combat israéliens frappaient Gaza.

Les tirs de roquettes et les frappes aériennes de représailles ont eu lieu plus d’une heure après que le Dôme de fer a détruit une autre roquette tirée depuis Gaza.

L’armée israélienne a mené des dizaines de frappes aériennes dans la bande de Gaza vendredi soir, frappant environ 80 cibles terroristes dans l’enclave, après une nuit au cours de laquelle une trentaine de roquettes ont été tirées à travers la frontière, envoyant plusieurs milliers d’Israéliens dans des abris.

Des jets et des hélicoptères de l’armée de l’air ont riposté en frappant de multiples cibles du Hamas dans la Bande de Gaza, dont deux sites de production d’armes, cinq sites militaires, un centre de formation, un tunnel et un poste d’observation.

L’émissaire spécial des États-Unis pour le processus de paix israélo-palestinien, Jason Greenblatt, a exprimé son soutien à Israël pendant la nuit en écrivant sur Twitter : « Davantage de roquettes [tirées depuis] Gaza sur Israël. Une autre nuit où les parents emmènent des enfants terrifiés se protéger. La violence ne construira aucun avenir pour personne. Notre plan, une fois publié, offrira une voie qui n’impliquera pas la crainte des roquettes, mais un avenir meilleur pour tous dans la région. »

Samedi, le deuxième groupe terroriste palestinien de la bande de Gaza, le Jihad islamique, a revendiqué la responsabilité des tirs de roquettes, saluant dans un communiqué les tirs de roquettes, qui sont selon lui une réponse aux « agressions israéliennes ». « La résistance ne peut rester passive face au massacre perpétuel de personnes innocentes de sang-froid par l’occupation… et à la coulée continue du sang de civils pacifiques, » déclarait le communiqué.

Cinq Palestiniens ont été tués au cours d’émeutes à la frontière dans la journée de vendredi, dont un par une grenade qu’il tenait dans sa main.

Des émeutiers palestiniens se couvrent le visage pour se protéger des gaz lacrymogènes des soldats israéliens pendant une manifestation sur la plage, à la frontière avec Israël, près de Beit Lahiya, au nord de la bande de Gaza, le 22 octobre 2018 (Crédit : AP/Khalil Hamra)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...