Dernier round de négociations entre Kakhol lavan et le Likud
Rechercher

Dernier round de négociations entre Kakhol lavan et le Likud

Les responsables du parti de Netanyahu disent que tout croche-pied dans les efforts mèneront de nouvelles élections et insistent : "Aucune" partie du bloc ne sera exclue

Les ministres Yariv Levin, à gauche, et Zeev Elkin du Likud s'expriment devant les médias avant les négociations avec le parti Kakhol lavan, le 27 septembre 2019 (Capture d'écran)
Les ministres Yariv Levin, à gauche, et Zeev Elkin du Likud s'expriment devant les médias avant les négociations avec le parti Kakhol lavan, le 27 septembre 2019 (Capture d'écran)

Les équipes de négociations du Likud et de Kakhol lavan se sont rencontrées vendredi matin pour continuer à négocier un éventuel gouvernement d’unité entre les deux formations.

Avant les discussions, le ministre des Affaires de Jérusalem, Zeev Elkin, qui est à la tête de l’équipe de négociations aux côtés du ministre du Tourisme Yariv Levin, a expliqué que « si nous ne réussissons pas, tous ceux qui auront déjoué cette réussite seront responsables d’avoir amené le pays à un troisième scrutin ».

Elkin a indiqué qu’il était « très clair » que le public voulait un gouvernement d’unité. Mais il a également refusé de retirer la promesse du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui avait clamé que le Likud ne formerait un gouvernement d’unité qu’avec un bloc de 55 sièges incluant les partis de droite et ultra-orthodoxes.

« Aucun de ces 55 députés ne restera en marge », a-t-il martelé.

Levin a expliqué que le Likud était ouvert à un accord de partage du pouvoir avec Kakhol lavan tel qu’il a été suggéré par le président Reuven Rivlin pour mettre un terme à l’impasse politique : « J’espère sincèrement que nous allons trouver le même empressement du côté de Kakhol lavan ».

Les représentants de Kakhol lavan ne se sont pas exprimés en amont de la rencontre.

Même si les négociations continuaient vendredi, les partis semblaient encore loin d’être parvenus à régler les désaccords subsistant entre eux comme cela avait été clairement établi jeudi soir par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef de Kakhol lavan, Benny Gantz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...