Le drapeau palestinien hissé au siège de l’ONU, une première
Rechercher

Le drapeau palestinien hissé au siège de l’ONU, une première

Le président de l'AP a appelé "tous les pays qui ne l'ont pas encore fait à reconnaître l'Etat de Palestine"

Le drapeau palestinien a été hissé au Rose Garden des Nations unies, le 30 septembre 2015. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)
Le drapeau palestinien a été hissé au Rose Garden des Nations unies, le 30 septembre 2015. (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)

Alors qu’une pluie légère tombe sur New York, les préparatifs vont de bon train pour la première levée du drapeau palestinien au siège des Nations unies.

Debout près de la hampe encore vide dans le Rose Garden, des responsables de l’ONU et des diplomates palestiniens discutent des arrangements de dernière minute pour la cérémonie, qui est prévue à 21h30 heure d’Israël.

Beaucoup de hauts fonctionnaires du monde entier sont attendus – mais pas le Premier ministre Netanyahu, qui sera dans sa chambre d’hôtel à quelques rues en train de préparer son discours à l’Assemblée générale de l’ONU qui aura lieu demain.

Le drapeau rouge, noir, blanc et vert des Palestiniens a été hissé vers 13H15 (17H15 GMT) dans la roseraie de l’institution internationale, et devait l’être ensuite au côté des 193 bannières des Etats membres des Nations unies et de celle du Vatican, qui, comme la Palestine, a le statut d’Etat non membre.

« Dans ce moment historique, je dis à mon peuple partout: hissez le drapeau palestinien très haut, parce que c’est le symbole de notre identité. C’est un jour de fierté », a déclaré le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, au début de la cérémonie à laquelle assistaient plusieurs centaines de personnes, parmi lesquelles le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

M. Abbas avait peu avant réclamé à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, que la Palestine soit reconnue comme un Etat à part entière.

« La Palestine, qui est un Etat observateur non membre des Nations Unies, mérite d’être reconnue comme un Etat à part entière », avait-il dit, en évoquant « les énormes sacrifices » consentis par les Palestiniens, et leur « patience au cours de toutes ces années de souffrance et d’exil ».

Le président de l’Autorité palestinienne a également appelé « tous les pays qui ne l’ont pas encore fait à reconnaître l’Etat de Palestine », alors que des débats et des votes parlementaires en faveur de cette reconnaissance sont intervenus en 2015 dans plusieurs pays européens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...