Des bazookas découverts sur le site de la bataille de la guerre des Six Jours
Rechercher

Des bazookas découverts sur le site de la bataille de la guerre des Six Jours

Les démineurs retirent en toute sécurité une paire d'obus probablement utilisés par les forces jordaniennes lors des combats les plus violents du conflit de 1967

Une photo de la police montre un obus de bazooka non explosé découvert sur la colline des munitions à Jérusalem le 1er août 2021. (Crédit : Police israélienne)
Une photo de la police montre un obus de bazooka non explosé découvert sur la colline des munitions à Jérusalem le 1er août 2021. (Crédit : Police israélienne)

Deux bazookas non explosés ont été déterrés dimanche sur la Colline des munitions de Jérusalem, lieu d’une bataille acharnée entre les troupes israéliennes et jordaniennes pendant la guerre des Six Jours en 1967.

La paire d’obus, étiquetés comme ayant été fabriqués en décembre 1956, a été trouvée lors de travaux d’infrastructure sur le site, a déclaré la police.

Selon les responsables de la police, les munitions ont probablement été utilisées par l’armée jordanienne lors des combats du 6 juin 1967, deuxième jour de la guerre.

Trente-six soldats israéliens et 71 soldats jordaniens ont été tués lors de la bataille de Colline des munitions.

« C’est un moment où la boucle est bouclée », a déclaré un porte-parole de la police. « L’armement a été trouvé entre Colline des munitions et l’académie de police de l’époque. Aujourd’hui, 54 ans après la courageuse bataille menée par les soldats de Tsahal, les démineurs de la police israélienne sont retournés sur le site pour manipuler les deux bombes de ce conflit. »

Ils ont transféré les bazookas dans une zone désignée où ils ont été détruits de manière contrôlée, a indiqué la police.

Une photo de la police montre une cartouche de bazooka non explosée découverte à Ammunition Hill à Jérusalem le 1er août 2021. (Crédit : Police israélienne)

La bataille de la Colline des munitions, menée dans les tranchées, a longtemps été un symbole de l’héroïsme israélien. La brigade des parachutistes y remet encore des bérets rouges à ses troupes de combat.

Les 182 soldats israéliens tués lors des combats pour Jérusalem sont commémorés sur le site, qui était menacé de fermeture par manque de fonds il y a plusieurs années, mais qui a été épargné à la dernière minute.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...