Des chefs israéliens cuisinent des plats syriens pour aider les réfugiés
Rechercher

Des chefs israéliens cuisinent des plats syriens pour aider les réfugiés

Avec le projet Kitchen Without Border, un restaurateur de Tel Aviv a trouvé un moyen simple de réunir de collecter de l'argent

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Un kébab de poisson et de taboulé chez Da Da & Da, créé pour l'opération Kitchen Without Borders, pour collecter de l'argent pour des réfugiés syriens (Crédit : Autorisation Kitchen Without Borders )
Un kébab de poisson et de taboulé chez Da Da & Da, créé pour l'opération Kitchen Without Borders, pour collecter de l'argent pour des réfugiés syriens (Crédit : Autorisation Kitchen Without Borders )

Lorsque le propriétaire d’un restaurant et d’un bar à Tel Aviv, Yair Yosefi, a voulu faire quelque chose au sujet de la situation désastreuse des réfugiés syriens, il s’est tourné vers la nourriture.

Yosefi, le propriétaire du restaurant Nahalat Binyamin Brut et du bar Extra Brut, s’est tourné vers son ami, le journaliste spécialisé en gastronomie, Ronit Vered, et ils ont monté le projet Kitchen Without Borders, dont le but est d’attirer l’attention sur la situation des réfugiés syriens et de récolter des fonds.

« C’est très simple », a expliqué Yosefi. « Vous voyez ce qui se passe là-bas. Nous nous en préoccupons – ce n’est pas compliqué ».

Les deux passionnés en gastronomie ont contacté les restaurants de tout le pays, en insistant fortement auprès des restaurants de Tel Aviv, et leur ont demandé de créer un plat spécial inspiré par la cuisine syrienne et qui devrait être servi du 15 au 31 janvier. Tout le produit de la vente de ce plat ira au Karam Foundation, une organisation basée aux États-Unis qui aide les jeunes syriens réfugiés.

La fondation était déconcertée au début, a déclaré Yosefi, et se demandait pourquoi les restaurants israéliens étaient impliqués, « mais maintenant ils aiment cette idée », s’est-il réjoui.

Des Bourekas inspiré de la cuisine syrienne chez Onza à Tel Aviv (Crédit : Autorisation Kitchen Without Borders)
Des Bourekas inspiré de la cuisine syrienne chez Onza à Tel Aviv (Crédit : Autorisation Kitchen Without Borders)

Les restaurants participants, à la fois casher et non casher, proposent aussi bien des bourekas au fromage que des feuilles de chou fleur farcis au freekeh au sahlab parsemé de pistaches et de sauce à la grenade. Ils servent également de l’arak aux amandes et de l’agneau grillé servi avec un pâté de pois chiche.

« Il s’agit juste de faire quelque chose », a déclaré Yosefi. « C’est difficile de ne rien faire quand les enfants sont dans un froid glacial, n’ayant pas été à l’école depuis deux ans ».

Une liste complète des restaurants participant à l’opération Kitchen Without Borders, qui durera jusqu’au 31 janvier, est disponible en hébreu sur Facebook.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...