Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Des emballages de médicaments retrouvés dans un tunnel de Gaza où des otages étaient détenus

Il s'agit d'emballages d'antifongiques par voie vaginale, d'insuline et de comprimés contre l'hypothyroïdie. Israël attend la preuve de la distribution des médicaments des semaines après l'accord

Des emballages de médicaments sur une vidéo de l'armée israélienne filmée à l'intérieur d'un tunnel sous Khan Younès où douze otages étaient retenus, diffusée le 7 février 2024. (Crédit : Capture d'écran/Armée israélienne)
Des emballages de médicaments sur une vidéo de l'armée israélienne filmée à l'intérieur d'un tunnel sous Khan Younès où douze otages étaient retenus, diffusée le 7 février 2024. (Crédit : Capture d'écran/Armée israélienne)

Une vidéo, publiée par l’armée israélienne, d’un tunnel du Hamas situé dans les profondeurs de Khan Younès où des otages auraient été détenus donne à voir des emballages de médicaments.

Tsahal a fait savoir mercredi que 12 otages auraient été détenus dans une cellule de ce tunnel : trois de ces otages sont depuis revenus en Israël. Une zone de repos et des toilettes destinées aux terroristes chargés de garder les otages ont par ailleurs été retrouvées.

La partie de la vidéo dans laquelle sont montrés les emballages de médicaments ne comporte pas de narration. La vidéo seule ne permet pas de dire combien de boîtes contiennent encore des médicaments ni de voir les dates de péremption, mais d’autres informations, comme le type de médicament ou l’endroit où ils ont été achetés, peuvent être établies.

L’armée israélienne a refusé de communiquer d’autres informations de nature à faire toute la lumière sur cette partie de la vidéo, tout comme le cabinet du Premier ministre.

A ce stade, on ignore toujours si les termes de l’accord pour la remise de médicaments aux otages, annoncé par le Qatar le 16 janvier dernier, ont été respectés. À partir du 17 janvier, des médicaments auraient dû être remis aux otages en échange d’une grande quantité de fournitures médicales et d’aide aux Gazaouis.

Dans le cadre de cet accord, Israël a demandé la preuve visuelle de la remise des médicaments à chaque otage. La Croix-Rouge, accusée de se soustraire à sa responsabilité de soigner les otages israéliens, a refusé de prendre part à la remise des médicaments.

L’organisation humanitaire internationale n’a pas non plus rendu visite aux otages au cours des quatre mois écoulés depuis leur rapt, le 7 octobre 2023.

Une manifestante contre la Croix-Rouge sur la place des otages à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La France, qui a joué un rôle majeur dans la négociation de cet accord, a déclaré faire le nécessaire pour que le Qatar établisse où se trouvent les médicaments des otages.

Nombreux sont les otages, à commencer par des hommes âgés, qui souffrent de maladies chroniques et pour lesquels ces médicaments sont vitaux, sachant que les négociations en vue de leur libération des mains du Hamas n’ont pas encore porté leurs fruits.

« Tous les otages ont besoin de médicaments et de soins pour survivre. Pour qu’ils restent en vie, il faut sans délai obtenir leur libération », a déclaré le professeur Hagai Levine, chef de l’équipe médicale et de résilience du Forum des otages et des familles disparues.

Certains emballages trouvés dans le tunnel semblent froissés et vides et d’autres, intacts.

On ignore si ces médicaments ont été administrés aux otages, utilisés par leurs ravisseurs ou les deux.

Nili Margalit participant à l’émission Uvda de la Douzième chaîne le 4 janvier 2024. (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne)

Nili Margalit, qui est infirmière à l’hôpital Soroka et a fait partie de la centaine d’otages libérés en novembre dernier, a déclaré lors d’une interview télévisée en hébreu, le mois dernier, qu’elle n’avait eu que peu de médicaments, en captivité, pour s’occuper des otages malades et âgés qui se trouvaient avec elle.

Elle a raconté qu’elle avait d’emblée fait savoir aux terroristes qu’elle était infirmière et que ces derniers l’avaient autorisée à faire la liste des médicaments indispensables. Ils lui avaient remis une partie des médicaments demandés, mais en quantité insuffisante. Margalit a confié avoir fait son possible pour persuader les ravisseurs de lui donner plus de médicaments.

Certains médicaments sont à usage strictement féminin. L’un des emballages porte la mention « À l’usage de l’UNRWA, non destiné à la vente », en référence à l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens.

L’un des emballages visibles dans la vidéo contenait des ovules vaginaux antifongiques de clotrimazole, administrés par voie vaginale pour traiter les infections à levures. On voit également un emballage de crème au nitrate de miconazole, traitement topique pour les infections fongiques de la peau comme la teigne ou les affections communément appelées pied d’athlète ou eczéma. Cette crème peut également être utilisée pour les infections à levures de la peau ou du vagin.

On aperçoit également un emballage vide de crème au pantinol, utilisée pour traiter les abrasions cutanées, les coupures et inflammations, comme les plaies chirurgicales. Il est également indiqué pour l’inflammation du mamelon due à l’allaitement.

On distingue par ailleurs trois écouvillons Cito, utilisés pour collecter des échantillons viraux, dont ceux de la COVID-19, et un sac en plastique rempli de seringues à insuline, une boîte de lévothyroxine, destinée au traitement de l’hypothyroïdie, pathologie dans laquelle la glande thyroïde ne produit pas suffisamment d’hormones thyroïdiennes dans le sang.

Capture d’écran montrant des emballages de médicaments sur une vidéo de Tsahal tournée dans un tunnel de Khan Younès, à l’endroit où 12 otages ont été détenus. Les cercles rouges soulignent que le médicament est destiné aux femmes et qu’il est destiné à l’UNRWA et interdit à la vente. La vidéo a été publiée le 7 février 2024. (Avec l’aimable autorisation de Tsahal)

Le diabète et l’hypothyroïdie sont quelques unes des maladies chroniques mentionnées dans le document que l’équipe médicale et de résilience du Forum des otages et des familles disparues a présenté au Comité international de la Croix-Rouge une semaine après l’enlèvement de plus de 250 otages et leur transfert à Gaza le 7 octobre.

De nombreux otages ont été grièvement blessés en captivité et on ignore s’ils ont reçu les soins appropriés. Certains otages souffrent de maladies chroniques qui requièrent des traitements quotidiens et une surveillance médicale régulière.

Outre le diabète et l’hypothyroïdie, certains otages souffrent de cancer, d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale chronique, de la maladie de Parkinson, de démence, d’Alzheimer, d’accident vasculaire cérébral, de sclérose en plaques, d’arythmies cardiaques, d’hypertension, d’asthme, d’allergies, de glaucome et de troubles psychiatriques.

L’équipe médicale et de résilience du forum a fourni au CICR une liste de plus de 100 médicaments dont les otages ont besoin. Le gouvernement israélien utilise cette liste pour négocier la remise des médicaments essentiels aux otages.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.