Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Des frappes aériennes attribuées à Israël ont touché des cibles près de Homs

Les médias d'État syriens ont fait état d'incendies et de 3 blessés ; l'attaque présumée a eu lieu quelques heures après la visite d'Amir Abdollahian à la frontière israélo-libanaise

Un incendie provenant de la ville syrienne de Homs, suite à une attaque aérienne israélienne présumée, le 29 avril 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter)
Un incendie provenant de la ville syrienne de Homs, suite à une attaque aérienne israélienne présumée, le 29 avril 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter)

Les médias d’État syriens ont rapporté qu’Israël aurait lancé des frappes aériennes contre des cibles près de la ville de Homs, dans l’ouest de la Syrie, samedi matin à l’aube.

L’agence de presse syrienne SANA, citant des responsables militaires, a déclaré que trois civils avaient été blessés lors de la frappe attribuée à Israël, qu’une station-service avait pris feu et qu’un certain nombre de camions-citernes et de camions à essence avaient été brûlés.

L’agence a indiqué que les défenses aériennes syriennes avaient répondu aux frappes aériennes israéliennes. La Syrie prétend régulièrement intercepter les missiles israéliens, bien que les analystes militaires mettent en doute ces affirmations.

La radio pro-gouvernement Sham FM a déclaré que des incendies se sont déclarés au sud de Homs à la suite des frappes et que « des explosions successives ont retenti dans la région ».

Bien que l’armée israélienne ne commente généralement pas les frappes spécifiques en Syrie, elle a admis avoir effectué des centaines de sorties contre des groupes soutenus par l’Iran qui tentaient de s’implanter dans le pays, au cours des dix dernières années.

Tsahal affirme qu’elle attaque également des cargaisons d’armes destinées à ces groupes, notamment le plus important – le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, mandataire de l’Iran. En outre, des frappes aériennes attribuées à Israël ont à plusieurs reprises visé des systèmes de défense aérienne syriens.

Un certain nombre de frappes israéliennes présumées ont eu lieu en Syrie ces dernières semaines.

Lundi, Tsahal a bombardé un site dans le sud de la Syrie, juste de l’autre côté de la frontière du plateau du Golan, selon les médias syriens.

Peu après la frappe, Tsahal aurait largué des tracts menaçants dans la région, avertissant les soldats syriens de cesser de coopérer avec le Hezbollah.

Un fait similaire se serait produit quelques jours auparavant.

Tsahal a accusé, à plusieurs reprises, l’armée syrienne d’aider activement le Hezbollah et l’a mise en garde, à la fois par des tracts déposés le long de la frontière et par des appels publics.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’entretenant avec le commandant de la brigade Menashe de Tsahal, le colonel Arik Moyal, le 9 avril 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Au début du mois, le ministre de la Défense Yoav Gallant a averti l’Iran et le Hezbollah qu’Israël ne tolérerait aucune tentative de nuire au pays ou à ses citoyens après qu’un homme a été grièvement blessé dans un attentat à la bombe à Megiddo imputé au Hezbollah.

Israël aurait effectué un certain nombre de frappes en Syrie ce mois-ci, dont une qui a tué deux membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

Après cette frappe, un drone présumé iranien lancé depuis la Syrie a été abattu au-dessus de l’espace aérien israélien.

Quelques jours plus tard, six roquettes ont été lancées depuis le sud de la Syrie sur le plateau du Golan en deux barrages distincts à quelques heures d’intervalle, dont trois ont atterri en territoire israélien, selon l’armée. Les forces de défense israéliennes ont riposté par des tirs d’artillerie en réponse à l’attaque à la roquette.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, au centre, saluant des membres du Hezbollah et des législateurs libanais, avec le côté israélien de la frontière en arrière-plan, lors de sa visite au village de Maroun el-Rass, à la frontière israélo-libanaise, au Sud-Liban, le 28 avril 2023. (Crédit : AP Photo/Mohammed Zaatari)

Vendredi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, s’est rendu à la frontière entre le Liban et Israël. Il a visité la région en compagnie de membres du Hezbollah et de parlementaires libanais, après avoir rencontré le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Au cours de cette visite, Amir Abdollahian a prédit que « les développements positifs dans la région conduiront à l’effondrement de l’entité sioniste ».

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.