Des Iraniens tués lors d’une frappe attribuée à Israël en Syrie
Rechercher

Des Iraniens tués lors d’une frappe attribuée à Israël en Syrie

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, 17 personnes ont été blessées lors d'un raid aérien près de Masyaf qui visait une usine de missiles et un camp d'entraînement

Une capture d'écran diffusée sur les réseaux sociaux prétend montrer une attaque aérienne israélienne présumée visant des installations iraniennes dans la ville syrienne de Masyaf, le 13 avril 2019. (Capture d'écran/Twitter)
Une capture d'écran diffusée sur les réseaux sociaux prétend montrer une attaque aérienne israélienne présumée visant des installations iraniennes dans la ville syrienne de Masyaf, le 13 avril 2019. (Capture d'écran/Twitter)

Un certain nombre de soldats iraniens auraient été tués lors d’une frappe aérienne sur une position militaire syrienne près de la ville de Masyaf, dans la province occidentale de Hama, dans la nuit de vendredi à samedi. Les médias syriens ont déclaré que des avions de combat israéliens ont effectué le raid au milieu de la nuit, tirant des missiles tout en volant dans l’espace aérien libanais.

L’agence de presse officielle syrienne SANA a déclaré qu’Israël visait un site militaire dans la région, mais que les défenses aériennes syriennes avaient intercepté l’attaque, interceptant certains des missiles lancés. Le porte-parole du régime a déclaré que l’interception avait entraîné la destruction de plusieurs bâtiments et blessé trois « combattants ». On sait que la région abrite les soldats iraniens et leur mandataire libanais, le Hezbollah.

Selon un rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme en arabe, basé à Londres, des « éléments » iraniens et des militants pro-iraniens ont été tués dans l’attaque présumée et 17 personnes ont été blessées.

Israël ne commente pas habituellement les frappes présumées en Syrie, bien qu’il ait avoué avoir mené certaines opérations.

L’Observatoire a déclaré samedi que la frappe visait un collège militaire syrien dans la ville et deux bâtiments utilisés par les militaires iraniens dans les villages voisins – un centre de développement pour missiles à moyenne portée à Zawi et un camp de formation à Sheikh Ghadban.

L’Iran a été l’un des principaux bailleurs de fonds militaires du régime du président syrien Bashar el-Assad dans la guerre civile qui a duré plus de neuf ans dans le pays, tout comme son mandataire libanais, le groupe terroriste du Hezbollah.

SANA a cité une source militaire qui a déclaré samedi : « Vers 2h30 du matin (23h30 GMT vendredi)… l’armée de l’air israélienne a mené une attaque visant l’une de nos positions militaires dans la ville de Masyaf », ajoutant que les défenses aériennes syriennes ont intercepté certains des missiles.

« Les missiles ennemis ont été attaqués et certains d’entre eux ont été abattus avant d’atteindre leur cible, ce qui a endommagé quelques bâtiments et blessé trois combattants », a indiqué SANA, selon un rapport Reuters.

Auparavant, SANA avait signalé des explosions dans les zones rurales de la région.

Israël aurait déjà frappé la région près de Masyaf, où se trouve un centre de recherche scientifique syrien. Les responsables occidentaux associent depuis longtemps le Centre d’études et de recherches scientifiques près de Masyaf, connu sous le nom de CERS, à la fabrication d’armes chimiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...