Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Des membres du Likud réclament l’éviction de Pinchas Idan

2 000 personnes ont signé une pétition contre le chef du syndicat pour sa décision de geler les vols sortants ; le syndicat des médecins exhorte à dénoncer Galit Distel Atbaryan

Le chef du syndicat de l'aéroport et membre du Likud, Pinchas Idan, arrivant à la commission centrale électorale à la Knesset, à Jérusalem, le 5 mars 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le chef du syndicat de l'aéroport et membre du Likud, Pinchas Idan, arrivant à la commission centrale électorale à la Knesset, à Jérusalem, le 5 mars 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Environ 2 000 membres du Likud ont signé une pétition appelant à évincer du parti le chef du syndicat des travailleurs de l’aéroport pour avoir suspendu les départs de vols dans le cadre d’une grève générale contre la refonte judiciaire du gouvernement, a déclaré mercredi un ministre du Likud.

Après que la Fédération nationale du syndicat des travailleurs (Histadrout) a déclaré la grève lundi, Pinchas Idan a annoncé l’arrêt immédiat des vols au départ de l’aéroport Ben Gurion, ce qui a entraîné un certain nombre de retards.

La grève a été annulée plus tard dans la journée lorsque le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il reportait temporairement la réforme du système judiciaire tant controversée de son gouvernement, afin de laisser la place à un dialogue visant à parvenir à un consensus sur d’éventuels changements. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition ont débuté mardi sous les auspices du président Isaac Herzog.

L’action des syndicats a provoqué des réactions hostiles au sein du Likud à l’égard d’Idan, membre de la puissante commission centrale du parti. Selon le ministre de la Diaspora, Amichaï Chikli, qui a accusé Idan d’avoir déclaré une grève illégale et d’avoir cherché à contrecarrer le remaniement judiciaire, 2 000 membres du Likud et 1 000 autres personnes se sont joints à la pétition.

« Le temps est venu de remettre à leur place les hommes d’affaires socialistes dont les compétences sont limitées à l’intimidation et de rétablir le Likud dans sa voie initiale », a déclaré Chikli dans un communiqué appelant à soutenir la pétition.

Plus tôt dans la journée de mercredi, Idan s’est défendu contre les critiques, déclarant qu’il était d’accord avec la Histadrout pour que la grève à l’aéroport dure une heure.

« Mais ensuite, tout s’est gâté », a-t-il déclaré au site d’information Ynet, en partie parce que Netanyahu a reporté un discours prévu.

Des passagers regardant un écran affichant les vols retardés à l’aéroport Ben Gurion, le 27 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Oren Ziv)

En ce qui concerne les allégations d’illégalité de la grève, Idan a invité les passagers lésés à le poursuivre en justice, tout en ajoutant qu’il n’avait aucun regret.

« Si c’est vraiment à cause de la grève que le Premier ministre a retardé la réforme et convoqué tout le monde pour des pourparlers, alors nous avons évité une guerre civile », a-t-il déclaré.

« Je ne m’engage que pour une seule chose : mes employés », a déclaré Idan. « Je continuerai à faire partie du Likud. D’importants membres du parti m’ont appelé pour me soutenir. »

Mercredi, le chef du principal syndicat de médecins a également envoyé une lettre à Netanyahu, l’exhortant à condamner publiquement les remarques d’une ministre du Likud qui a appelé à exclure les professionnels de la santé qui ont participé à la grève.

« Je vous demande de condamner clairement et publiquement les propos de la ministre de la Diplomatie publique et d’exiger fermement que les membres de votre parti et les membres de la coalition s’abstiennent à l’avenir de faire des déclarations offensantes et incitatives », a écrit le Dr. Zion Hagay.

Dans un tweet publié mardi, la ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, a appelé à « annuler les licences médicales » de tous les médecins qui ont participé à la grève.

La ministre de la Diplomatie publique, Galit Distel Atbaryan, réagissant lors d’une session plénière pour le 74e anniversaire de la Knesset, dans la salle d’assemblée de la Knesset, à Jérusalem, le 6 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Des personnes aussi vicieuses ne devraient pas avoir accès aux malades », a-t-elle écrit.

Dans sa lettre, Hagay a établi un lien entre les remarques de Distel Atbaryan et les mauvais traitements infligés au personnel médical par le public, notant un certain nombre d’agressions récentes.

« Malheureusement, hier, l’incitation s’est intensifiée… et a pris un caractère gouvernemental délibéré », a déclaré Hagay, tout en promettant que les médecins israéliens « ne se décourageront pas ».

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a également condamné Distel Atbaryan mercredi.

« Une ministre du gouvernement qui, pour des raisons politiques, demande l’annulation des licences de médecins qui sauvent des vies tous les jours… est une folie empoisonnée et vraiment dangereuse », a déclaré Lapid.

Des masses manifestant devant la Knesset contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement, à Jérusalem, le 27 mars 2023. (Crédit: Gili Yaari/Flash90)

La grève de lundi est intervenue un jour après que Netanyahu a limogé le ministre de la Défense, Yoav Gallant, qui s’était prononcé contre la réforme du système judiciaire.

Cette décision a déclenché des protestations massives dans tout le pays, couronnant plus de deux mois de manifestations croissantes contre la législation, et a également provoqué des grèves de groupes de travailleurs, d’universités, de municipalités locales et d’étudiants.

Le lendemain, Netanyahu a suspendu le processus législatif afin de permettre des négociations avec l’opposition en vue de parvenir à un consensus sur la réforme du système judiciaire.

Les tensions autour de la refonte se sont considérablement apaisées depuis l’annonce de la suspension de la législation lundi, mais la question reste une bombe à retardement, car les dirigeants des mouvements de protestation pensent que le gouvernement a toujours l’intention d’aller jusqu’au bout pour restreindre radicalement le pouvoir judiciaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.