Des milliers d’ultra-orthodoxes dans la rue contre le service militaire
Rechercher

Des milliers d’ultra-orthodoxes dans la rue contre le service militaire

La police a surveillé le rassemblement illégal qui a bloqué la rue principale de Jérusalem mardi ; des rabbins ont condamné l'enrôlement dans l'armée

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des milliers de Juifs ultra-orthodoxes ont manifesté mardi à Jérusalem contre le service militaire obligatoire et le danger de perversion qu’il représente selon eux chez les jeunes.

Les dirigeants de la communauté avaient appelé à un rassemblement de masse, mis en place une scène pour que les rabbins puissent s’exprimer et fermé la rue principale du quartier ultra-orthodoxe Geula, près de la gare routière centrale de la capitale.

La police a indiqué que, même si la manifestation n’avait pas été autorisée et était illégale, elle avait décidé de contenir et de surveiller l’évènement plutôt que de risquer des violences en tentant de la disperser.

Cet évènement contitue un changement de ton après des semaines de manifestations souvent violentes mais bien moins importantes de jeunes hommes, qui avaient bloqué le trafic, incendié des poubelles et jeté des pierres et d’autres objets sur la police. Cette manifestation était bien plus importante et majoritairement pacifique.

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

« L’Etat d’Israël persécute les Juifs », proclamait l’une des pancartes brandies par les manifestants, tous des hommes revêtus de la caractéristique tenue des ultra-orthodoxes, chapeau et costume noir sur chemise blanche.

« La conscription, c’est l’Holocauste pour le judaïsme de la Torah », l’enseignement divin selon la tradition juive, déclarait une autre.

« Mieux vaut une balle dans le corps que d’aller à l’armée », a dit à l’AFP Aaron Roth, 45 ans, l’un des manifestants à longue barbe noire.

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

La manifestation avait été organisée par les partisans du rabbin Shmuel Auerbach, le dirigeant de la communauté ultra-orthodoxe lituanienne de Jérusalem, qui protestent depuis quelques semaines contre le service militaire. De manière inhabituelle, le Conseil orthodoxe de Jérusalem, un groupe extrémiste anti-sioniste qui s’oppose à toute coopération avec l’Etat, a rejoint la manifestation. Des rabbins des deux groupes se sont exprimés depuis la scène, prêchant contre l’armée israélienne.

La fraction la plus absolutiste qui avait appelé à manifester refuse de reconnaître l’actuel Etat d’Israël, ne reconnaissant d’autre état que celui qui serait instauré par Dieu lui-même.

« On a survécu à Hitler, on survivra au sionisme en restant fidèles à Dieu », a dit l’un des orateurs.

L’armée a déclaré dans un communiqué qu’elle « condamne toute forme de refus d’enrôlement », a annoncé la Deuxième chaîne.

Lundi, un étudiant de yeshiva qui avait été arrêté pour ne pas s’être présenté au centre d’enrôlement de l’armée a été libéré après neuf jours de détention.

La détention du jeune homme, le fils d’un proche d’Auerbach, avait déclenché des manifestations des fidèles du rabbin dans tout le pays ces derniers jours.

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes contre le service militaire, dans le centre de Jérusalem, le 28 mars 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...