Des Juifs ultra-orthodoxes ont bloqué l’entrée de Jérusalem ; 7 arrestations
Rechercher

Des Juifs ultra-orthodoxes ont bloqué l’entrée de Jérusalem ; 7 arrestations

Des centaines d’hommes ont manifesté avant le procès militaire d’un étudiant en yeshiva qui ne s’est pas présenté au bureau de recrutement de l’armée

Des Juifs ultra-orthodoxes ont réussi lundi à bloquer temporairement l’entrée de Jérusalem par une manifestation organisée avant le procès militaire d’un étudiant en yeshiva accusé d’avoir fui son enrôlement.

Sept manifestants ont été arrêtés pour des troubles à l’ordre public près de l’entrée des Jardins de Sakharov de la capitale, a annoncé la Deuxième chaîne.

Des centaines de manifestants, qui poursuivent depuis des jours leurs manifestations en différents points du pays, ont également réussi à interrompre le trafic sur la route de Jaffa, une des avenues principales de la capitale.

Les procureurs militaires ont requis trois mois et demi de prison pour l’étudiant, Yisrael Meir Toledano, qui a été arrêté chez lui, à Ofakim, il y a huit jours.

Le rabbin Shmuel Auerbach, qui dirige la communauté lituanienne ultra-orthodoxe de Jérusalem, est responsable des appels à la manifestation.

Auerbach mène une faction séparatiste qui s’oppose à l’autorité du dirigeant principal de la communauté lituanienne, le rabbin Aharon Leib Shteinman.

Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes protestant contre l'arrestation d'un étudiant de yeshiva qui a refusé de se présenter au bureau de recrutement de l'armée, à Jérusalem, le 15 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Manifestation de Juifs ultra-orthodoxes protestant contre l’arrestation d’un étudiant de yeshiva qui a refusé de se présenter au bureau de recrutement de l’armée, à Jérusalem, le 15 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Avant les manifestations de lundi à Jérusalem, des centaines de personnes avaient manifesté lundi dans le bastion ultra-orthodoxe de Bnei Brak, près de Tel Aviv, et dans la ville de Ramat Gan, où les manifestants étaient rassemblés devant le domicile de Yaakov Rashi, figure importante de l’enrôlement des ultra-orthodoxes dans l’armée, a annoncé le site d’information NRG.

Cinq personnes avaient été arrêtées en raison de ce que la police a décrit comme un comportement violent.

Cette manifestation était également alimentée par la condamnation d’un autre déserteur ultra-orthodoxe d’une famille de Jérusalem à 20 jours de prison militaire, a indiqué la Deuxième chaîne.

Un communiqué de la Commission pour sauver le monde de la Torah a affirmé que toutes les tentatives d’utilisation de « brutalité » contre les étudiants de la Torah en les détenant pour de longues périodes ou en les condamnant à de la prison feraient face au courage des autres étudiants qui sont « prêts à donner leur vie ».

Les manifestations continueront jusqu’à ce que toutes les personnes arrêtées sortent de prison et reviennent à leur « place naturelle » dans la salle d’étude, a précisé le communiqué.

La semaine dernière, des Juifs ultra-orthodoxes avaient déjà manifesté dans plusieurs villes pour demander la libération de Toledano.

Des Juifs ultra-orthodoxes ont symboliquement pendu des mannequins de soldats dans les rues d'un quartier religieux de Jérusalem, le 13 mars 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Des Juifs ultra-orthodoxes ont symboliquement pendu des mannequins de soldats dans les rues d’un quartier religieux de Jérusalem, le 13 mars 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Il y a une semaine, des effigies de soldats religieux en uniforme militaire avaient été pendues dans un quartier orthodoxe de Jérusalem, ce que la police a qualifié d’incitation à la haine et à la violence.

Les Juifs ultra-orthodoxes représentent environ 10 % de la population israélienne et vivent selon une interprétation stricte des lois juives.

Certains d’entre eux voient le service militaire comme une source de tentation pour les jeunes gens, qui doivent alors quitter le monde fermé de la prière et de l’étude religieuse.

Les ultra-orthodoxes ne sont pas obligés d’effectuer leur service militaire s’ils étudient dans des écoles religieuses, des yeshivas, même si le sujet est controversé pour les Israéliens laïcs, et que le parti Yesh Atid avait tenté de supprimer cette exemption.

Dans tous les cas, les étudiants ultra-orthodoxes appelés à l’enrôlement doivent se présenter au bureau de recrutement pour demander cette exemption.

Certains rabbins extrémistes, dont Auerbach, interdisent à leurs fidèles de même s’enregistrer. Ils sont alors considérés comme des déserteurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...