Des olim des États-Unis attendent depuis un an pour renouveler leurs passeports
Rechercher

Des olim des États-Unis attendent depuis un an pour renouveler leurs passeports

C'est une conséquence de l'engorgement dû à la COVID ; si les citoyens peuvent entrer aux États-Unis avec leur ancien passeport, impossible de retourner au sein de l'État juif

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Photo d'illustration : Un passeport américain. (Crédit : vlana/iStock/Getty Images)
Photo d'illustration : Un passeport américain. (Crédit : vlana/iStock/Getty Images)

Cela fait quatre mois que Michael Friedlander tente de prendre rendez-vous pour le renouvellement du passeport de sa fille à l’ambassade américaine de Jérusalem.

Friedlander et sa fille de neuf ans, Yael, doivent prendre un vol en direction des États-Unis le 8 août – mais aucun rendez-vous n’a été pris pour le moment.

Les services consulaires pour les citoyens américains en Israël ont été profondément affectés par les confinements et autres mesures de sécurité pendant la pandémie de coronavirus. Le problème est vaste, avec des retards accumulés dans les missions du monde entier et aux États-Unis, selon un porte-parole de l’ambassade américaine à Jérusalem.

En réponse à ces retards, les citoyens américains ont en ce moment le droit d’entrer dans le pays avec leurs passeports ayant expiré au mois de janvier 2020, avant le début de la pandémie.

Vue du Consulat américain dans le quartier Arnona de Jérusalem, le 24 février 2018 (Yonatan Sindel / Flash90)

Mais qu’en est-il des voyageurs comme Michael et Yael Friedlander qui veulent rentrer au sein de l’État juif à l’issue d’une visite de dix jours ?

« Les États-Unis ont fait cette exception mais nous sommes résidents permanents d’un pays différent », explique Friedlander. « Nous n’avons pas suffisamment de temps devant nous pour faire refaire le passeport de ma fille au cours de notre séjour aux États-Unis ».

Cette nouvelle politique vise à aider les citoyens américains qui reviennent aux États-Unis. Une fois dans le pays, ils peuvent alors renouveler leur passeport dans une agence à cet effet, un processus qui prend dix à douze semaines, note le porte-parole de l’ambassade. Le processus peut être accéléré – nécessitant alors plutôt un délai de quatre ou six semaines – moyennant la somme de 60 dollars.

« Les possibilités dont nous disposons au niveau légal pour pouvoir rentrer chez nous restent floues », dit Friedlander.

Alors qu’il lui est demandé si les citoyens ayant la double citoyenneté auront l’autorisation de rentrer au sein de l’État juif avec un passeport israélien, le porte-parole de la mission américaine indique que les services consulaires encouragent les citoyens américains à faire refaire leur passeport aux États-Unis, les citoyens américains devant quitter le pays à l’aide de leur passeport américain.

Selon le site internet du Bureau des affaires consulaires, le renouvellement habituel des passeports prend six à huit semaines et il peut s’effectuer sans prise de rendez-vous préalable dans un bureau de poste, dans des bibliothèques ou dans les tribunaux de comté. Le délai le plus court, pour la prise de rendez-vous, est de deux à trois semaines. Un passeport peut être refait en huit jours ouvrés avec un rendez-vous pris sur internet dans une agence dédiée – sur la base du caractère urgent du voyage, ou si ce dernier a lieu dans les quatorze jours à venir.

Michael Friedlander et sa fille Yael, à gauche, il y a quelques années. (Autorisation : Michael Friedlander)

Friedlander, qui se rend quatre fois par an aux États-Unis pour le travail, explique souvent présenter par erreur son passeport israélien aux États-Unis sans qu’il y ait de problème – ajoutant ne pas souhaiter compter sur cette possibilité.

Il est l’un des nombreux citoyens américains au sein de l’État juif aux prises avec ce problème alors que les vacances d’été s’annoncent et que les familles souhaitent se retrouver à l’issue d’une longue séparation due à la pandémie de coronavirus.

« J’ai dû passer probablement 40 heures en tout à chercher un rendez-vous », s’exclame Friedlander, qui a rejoint de nombreux groupes WhatsApp formés d’immigrants américains frustrés et qui a téléchargé une application aidant à signaler les rendez-vous vacants sur le site de l’ambassade des États-Unis en Israël.

L’ambassade de Jérusalem et son extension à Tel Aviv ont réduit de manière drastique leurs services en présentiel dès le mois de mars 2020 même s’ils peuvent encore en accorder quelques-uns, dit le porte-parole de l’ambassade américaine.

Jérusalem et Tel Aviv sont deux des bureaux de service en direction des citoyens américains les plus importants dans le monde, continue le porte-parole, qui estime qu’environ 15 000 ressortissants israélo-américains peuvent avoir actuellement besoin d’un passeport ou de certificats de naissance auprès des services consulaires à l’étranger.

Certains de ces services peuvent passer par la poste – mais le renouvellement des passeports des enfants doit se faire en présentiel.

« Nous offrons actuellement plus de services aux citoyens des États-Unis que ce n’était le cas avant la pandémie mais nous devons encore rattraper ce fort retard », commente le porte-parole.

Friedlander, qui a la double nationalité israélo-américaine, vit au sein de l’État juif depuis neuf ans. Directeur financier d’une entreprise à Atlanta, il emmène l’un de ses quatre enfants avec lui, chaque année, pour rendre visite à la famille restée là-bas.

« Je suis un éternel optimiste », s’exclame Friedlander. « Je n’avais pas réalisé combien nous étions nombreux à nous battre depuis si longtemps – le groupe WhatsApp m’a ouvert les yeux. Pour certains, cela fait plus d’un an ».

Au mois de mai, Friedlander a lancé une pétition, réunissant les signatures de citoyens américains en Israël en proie aux mêmes difficultés.

Elle a rassemblé mille signatures en moins d’une semaine et Friedlander l’a envoyée à ses sénateurs de Georgie, à la Maison-Blanche et à l’ambassade d’Israël. La pétition, jeudi, avait été signée par plus de 2 200 personnes.

« Je ne peux toujours pas avoir un rendez-vous, je ne peux toujours pas avoir une réponse claire concernant notre retour en Israël à l’aide d’un passeport expiré et faire un renouvellement de passeport en moins de dix jours est impossible aux États-Unis », déplore Friedlander.

En même temps, il a découvert un service offert au marché noir, en Israël, où il est possible d’obtenir un rendez-vous moyennant 500 shekels – ainsi qu’une entreprise qui emploie une équipe et des algorithmes pour obtenir ce rendez-vous si précieux pour les voyageurs désespérés.

« Je ne vais pas me risquer à faire ça mais je comprends très bien en quoi cela rend impossible la prise de rendez-vous pour les citoyens lambda », dit-il. « C’est comme si on en était réduits à être des vautours ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...