Des responsables israéliens “horrifiés” ont “crié sur leurs homologues américains” après la divulgation de Trump
Rechercher
Un responsable américain : leur première question a été ‘qu’est-ce qu’il se passe ? Qu’est-ce que c’est que ça ?'

Des responsables israéliens “horrifiés” ont “crié sur leurs homologues américains” après la divulgation de Trump

Foreign Policy rapporte des réunions tendues entre Israéliens et Américains après la révélation d’informations classifiées aux Russes

Le président américain Donald Trump, au centre, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kislyak à la Maison Blanche, le 10 mai 2017. Photographie diffusée par le gouvernement russe. (Crédit : HO/ministère russe des Affaires étrangères/AFP)
Le président américain Donald Trump, au centre, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kislyak à la Maison Blanche, le 10 mai 2017. Photographie diffusée par le gouvernement russe. (Crédit : HO/ministère russe des Affaires étrangères/AFP)

Le partage présumé d’un renseignement israélien hautement classifié par le président américain Donald Trump aux Russes a entraîné des réunions extrêmement tendues entre responsables israéliens et américains du renseignement, a annoncé vendredi Foreign Policy.

Les Israéliens auraient crié sur leurs homologues américains, demandant une explication pour les actes de Trump, selon le magazine, qui cite un responsable militaire américain.

« Pour eux, c’est effroyable, a dit le responsable. Leur première question a été ‘qu’est-ce qu’il se passe ? Qu’est-ce que c’est que ça ?’ »

Pendant sa rencontre entre le ministre des Affaires étrangères et l’ambassadeur de la Russie à Washington dans le Bureau ovale le 10 mai, Trump a partagé des renseignements sur une menace de l’Etat islamique (EI) impliquant des ordinateurs portables dans des avions de ligne, selon un responsable américain.

Des partisans de l'Etat islamique manifestent à Raqqa, en Syrie, en 2014. (Crédit : capture d'écran YouTube/Vice)
Des partisans de l’Etat islamique manifestent à Raqqa, en Syrie, en 2014. (Crédit : capture d’écran YouTube/Vice)

Selon ABC News, l’information proviendrait d’un espion infiltré pour Israël dans le groupe terroriste, et la divulgation de Trump aurait sa vie mis en danger.

Le gouvernement israélien n’a pas confirmé officiellement être la source de ce renseignement.

Même si Washington et Jérusalem ont publiquement balayé cet incident, en coulisses, les responsables de la défense israélienne seraient furieux et inquiets des actes du président américain.

Au-delà du danger possible encouru par la source, Foreign Policy a indiqué que les Israéliens craignaient d’avoir perdu l’accès aux renseignements de l’espion.

Même si le magazine a souligné que l’EI n’était pour l’instant pas un sujet de préoccupation majeure pour l’Etat juif, l’espion aurait été un atout majeur pour obtenir des informations sur les actions menées par l’Iran en Syrie, par son Corps des gardiens de la révolution et par le Hezbollah, qui combattent tous deux aux côtés du président syrien Bashar el-Assad.

Des combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pendant les funérailles d'un membre du groupe mort aux combats en Syrie, dans le sud du Liban, à Kfar Hatta, le 18 mars 2017. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)
Des combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pendant les funérailles d’un membre du groupe mort aux combats en Syrie, dans le sud du Liban, à Kfar Hatta, le 18 mars 2017. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Les Israéliens s’inquiètent de plus en plus de l’enracinement de l’Iran le long de leur frontière nord, par ses agents et ses intermédiaires.

« Pour les Israéliens, l’EI n’est pas une si grande inquiétude », a indiqué le responsable militaire. « Nous avons un partenaire qui nous a rendu un service. Ils sont sortis de leur réserve pour nous aider dans une campagne contre l’EI, qui ne les préoccupe pas directement. »

Les professionnels du renseignement aux Etats-Unis sont « profondément préoccupés, frustrés et de plus en plus déçus », a indiqué un ancien responsable des renseignements. Un autre ancien responsable a déclaré que la crainte était qu’Israël commence à « flouter » les renseignements qu’il partage avec les Etats-Unis, en évitant les détails ou en ne précisant pas comment l’information a été obtenue. Les deux individus ont parlé sous condition d’anonymat, car ils ne sont pas autorisés à transmettre les impressions qu’ils ont obtenues de conversations avec des responsables des renseignements en poste.

D’anciens responsables du Mossad ont déclaré qu’Israël devrait réexaminer sa collaboration avec les Etats-Unis dans ce domaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...