Rechercher

Des véhicules palestiniens vandalisés en Cisjordanie

Des pneus ont été lacérés, des slogans en hébreu et des étoiles de David ont été taguées sur des voitures et des minibus du village de Marda

Un véhicule vandalisé avec la phrase :  "nous ne dormirons pas pendant que nos frères se font tuer" dans le village de Marda en Cisjordanie, le 22 octobre 2018. (Crédit : police israélienne)
Un véhicule vandalisé avec la phrase : "nous ne dormirons pas pendant que nos frères se font tuer" dans le village de Marda en Cisjordanie, le 22 octobre 2018. (Crédit : police israélienne)

Des Palestiniens du nord de la Cirsjordanie, dans le village de MArda, ont signalé lundi que plusieurs véhicules garés avaient été vandalisés dans un crime de haine présumé.

Les résidents du village, situé non loin de l’implantation d’Ariel, ont retrouvé leurs pneus lacérés et certains véhicules ont été tagués, accompagnés d’étoiles de David.

Les caméras de surveillance ont filmé les auteurs de ces actes pendant qu’ils déambulaient dans le village, et la police a ouvert une enquête.

On pouvait lire les phrases « nous ne dormirons pas pendant que nos frères se font tuer » et « le bonjour à Yitzhak Gabai », en référence à un Juif d’extrême-droite qui a passé trois ans en prison pour avoir incendié une école judéo-arabe à Jérusalem en 2014.

Le nom de Gabai avait déjà été invoqué lors d’actes de vandalisme anti-palestinien.

Les dégâts découverts lundi matin s’inscrivent dans une vague de vandalisme et de violence en Cisjordanie.

Mercredi dernier, 22 voitures ont été vandalisées dans le village d’Asira al-Qabaliya. Des photos du village montrent plusieurs voitures aux pneus lacérés. D’autres sont tagués avec des étoiles de David et des slogans en hébreu « mort aux meurtriers » et « Juifs, réveillez-vous ».

Quelques jours plus tôt, des fermiers palestiniens de quatre villages en Cisjordanie ont retrouvé leurs oliviers détruits et dépouillés.

Le groupe de défense Yesh Din a déclaré que la proximité des fermes visées avec des avants-postes israéliens, dont les habitants sont susceptibles de confronter les Palestiniens, suggère que ces incidents pourraient être des crimes de haine anti-arabe.

D’autres actes de vandalisme ont été signalés au début du mois.

Le 12 octobre, Aisha Muhammad Talal Rabi a été tuée après avoir été frappée par une grosse pierre alors qu’elle était en voiture en Cisjordanie. Son mari, qui conduisait, a confié à Reuters qu’il avait entendu des gens parler hébreu avant de prendre la fuite.

Un porte-parole du Shin Bet a confirmé que l’agence de sécurité avait ouvert une enquête sur cet incident, suggérant qu’elle étudiait la piste terroriste. L’unité de crimes nationalistes de la police du district de Judée et Samarie enquête également sur la mort. L’enquête a été placée sous embargo, mais les autorités n’ont pas écarté la possibilité qu’un groupe de lanceurs de pierre palestiniens ait pris le véhicule palestinien pour un véhicule israélien.

Au début du mois, le 7 octobre, deux Israéliens ont été tués par un de leurs collègues palestiniens au cours d’une fusillade terroriste au parc industriel de Barkan et un réserviste de Tsahal a été légèrement blessé dans une attaque au couteau quatre jours plus tard. Le tireur de Barkan n’a toujours pas été interpellé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...