Des victimes du Hezbollah perdent un procès contre une banque libanaise aux Etats-Unis
Rechercher

Des victimes du Hezbollah perdent un procès contre une banque libanaise aux Etats-Unis

La banque SAL était accusée de financer le groupe terroriste ; l’avocat des victimes compte faire appel

Des experts en explosifs israéliens inspectent une roquette du Hezbollah après son atterrissage à Haïfa, dans le nord d'Israël, le 9 août 2006. (Crédit : Max Yelinson/Flash90)
Des experts en explosifs israéliens inspectent une roquette du Hezbollah après son atterrissage à Haïfa, dans le nord d'Israël, le 9 août 2006. (Crédit : Max Yelinson/Flash90)

Une cour d’appel américaine a tranché mercredi contre des victimes d’attaques à la roquette du Hezbollah contre Israël qui voulaient tenir pour responsable une banque libanaise.

Le jugement à l’unanimité de la deuxième cour d’appel des Etats-Unis de New York va à l’encontre des efforts pour tenir la banque canadienne libanaise SAL responsable du financement du groupe terroriste islamiste libanais via son compte new-yorkais d’American Express Bank, a annoncé Reuters.

Citant le rejet d’un cas similaire contre Arab Bank Plc., la cour a déclaré qu’elle n’avait pas autorité sur la banque libanaise, qui ne peut pas être tenue pour responsable dans le cadre du statut de la responsabilité délictuelle étrangère.

Des ressortissants américains, canadiens et israéliens, qui ont été blessés ou ont perdu des membres de leur famille pendant la guerre de 2006, faisaient partie des plaignants. Ils ont affirmé que la banque libanaise avait aidé le Hezbollah en transférant des millions de dollars au nom d’un affilié du groupe terroriste, la Fondation Shahid (martyr).

Robert Tolchin, avocat des plaignants, a déclaré qu’il prévoyait de faire appel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...