En Israël, le confinement se durcit : la police explique avant de verbaliser
Rechercher

En Israël, le confinement se durcit : la police explique avant de verbaliser

Le ministre de la Sécurité publique souligne le besoin de tolérance et de compréhension alors que la police commence à faire respecter les nouvelles règles

Des agents de la police israélienne s'assurent que les Israéliens respectent les réglementations gouvernementales visant à freiner le coronavirus, dans une photographie non datée. (Police israélienne)
Des agents de la police israélienne s'assurent que les Israéliens respectent les réglementations gouvernementales visant à freiner le coronavirus, dans une photographie non datée. (Police israélienne)

L’application d’une nouvelle série de restrictions visant à freiner la propagation du coronavirus commencera en douceur, avec des avertissements et des explications, mais s’intensifiera avec le temps pour aboutir à des amendes et des sanctions plus sévères, a déclaré mercredi le ministère de la Sécurité publique.

La nouvelle réglementation, qui vise à maintenir autant que possible les Israéliens à l’intérieur de leurs maisons, est entrée en vigueur mercredi à 17 heures. À partir de ce moment, les gens sont censés rester à l’intérieur sauf s’ils vont à un travail autorisé, achètent de la nourriture ou des médicaments, ou participent à un petit nombre d’autres activités spécifiques autorisées par le gouvernement.

Mercredi, le gouvernement a également donné à la police le pouvoir d’imposer des amendes de 500 shekels, voire une peine de prison allant jusqu’à six mois, aux personnes qui enfreignent ces restrictions, ainsi que des amendes plus importantes aux entreprises qui le font, y compris une amende de 5 000 shekels pour exploitation illégale des transports publics.

Mercredi après-midi, le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a rencontré les chefs de la police israélienne, du service pénitentiaire israélien et des services d’incendie et de secours, ainsi que des représentants de l’armée israélienne et du service d’ambulance Magen David Adom, pour discuter de l’application de ces nouvelles restrictions.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan s’exprime lors de la cérémonie de Yom HaAtsmaout de la police israélienne au siège de la police à Jérusalem, le 5 mai 2019. (Flash90)

La police a été chargée de diriger cet effort et devait se déployer mercredi soir pour commencer à évacuer les lieux publics des personnes qui enfreignaient les règles.

Une vidéo diffusée par la Douzième chaîne d’information montre la police sur la célèbre promenade de Tel Aviv ordonnant aux joggeurs de rentrer chez eux.

Les officiers de police pourraient éventuellement être assistés par quelque 650 soldats de Tsahal, un nombre non divulgué de pompiers et de gardes de sécurité de l’Autorité des Parcs et de divers organes gouvernementaux, qui les rejoindront lors de leurs patrouilles, a déclaré le bureau d’Erdan.

Si le gouvernement décidait d’imposer un confinement total du pays, 3 000 soldats supplémentaires aideraient la police à le faire respecter dans le cadre d’un accord avec l’armée, a déclaré mardi Tsahal.

« La politique d’application sera patiente et acceptera à la lumière de la situation particulière et de la nécessité de travailler ensemble pour lutter contre la propagation du virus. Les premiers jours de mise en œuvre de la réglementation seront consacrés à l’explication de celle-ci au public », a déclaré le bureau d’Erdan dans un communiqué.

A cette fin, la police a été chargée de traduire les consignes en arabe, en russe et en amharique pour s’assurer que tous les Israéliens, quelle que soit leur langue maternelle, puissent les comprendre.

« Ces dispositions créent un défi difficile et compliqué d’application qui n’a pas été vu depuis des décennies, mais ce défi est important, car notre travail d’application sauve des vies et surtout notre effort ici – par la police, les soldats, les pompiers, les gardiens de prison – doit être fait, maintenant plus que jamais, de manière acceptable, tolérante, qui fait rentrer chez eux les citoyens de ce pays, car nous avons tous un objectif : arrêter la propagation du virus », a déclaré M. Erdan lors de la réunion.

Des agents de la police israélienne s’assurent que les Israéliens respectent les directives gouvernementales visant à lutter contre le coronavirus, sur une photographie non datée. (Police israélienne)

Au cours de la discussion, il a été déterminé que les policiers doivent tous porter et utiliser des caméras corporelles lorsqu’ils interagissent avec le public « à la lumière des complexités de l’application des directives », a déclaré son bureau.

M. Erdan a également demandé à la police de faire des efforts pour lutter contre les taux croissants de violence domestique en Israël, qui ont considérablement augmenté ces derniers jours.

« A la lumière d’une demande de la députée Keren Barak (Likud), le ministre Erdan a ordonné à la police de superviser spécifiquement cette affaire, y compris les visites au domicile des familles dans lesquelles il y a des femmes menacées ou dans lesquelles il y a une indication ou une préoccupation qu’elles peuvent être abusées », a déclaré son bureau.

Un agent de sécurité vérifie la température d’un client pour déterminer s’il a de la fièvre dans un supermarché Rami Levy à Jérusalem, le 18 mars 2020. (Olivier Fitoussi/FLASH90)

Le ministre de la Sécurité publique a déclaré qu’il cherchait à obtenir l’autorisation pour les policiers de verbaliser les propriétaires de supermarchés qui n’exigent pas que les agents de sécurité de leurs magasins prennent la température de leurs clients et refusent l’entrée à toute personne ayant une fièvre supérieure à 38 degrés Celsius.

Erdan a également demandé que les entreprises de sécurité collectent les armes de leurs employés qui ont été mis en congé, car les magasins et les entreprises ont été fermés dans tout le pays, selon le site d’information Arutz Sheva.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...