Erekat : les Juifs américains plaident de plus en plus la cause palestinienne
Rechercher

Erekat : les Juifs américains plaident de plus en plus la cause palestinienne

L'activisme grandissant montre que le monde "ne tolère plus" les politiques israéliennes, affirme le secrétaire général de l'OLP

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), à Ramallah, le 23 novembre 2015. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de la libération de la Palestine (OLP), à Ramallah, le 23 novembre 2015. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Un nombre grandissant de juifs américains plaident activement la cause palestinienne, ce qui montre que le monde ne « tolère » plus les politiques d’Israël en Cisjordanie, affirme au Times of Israel Saeb Erekat, un haut responsable palestinien.

« Notre message au monde est que la justice plutôt que l’impunité amènera une paix juste et durable pour les Israéliens et les Palestiniens. Le nombre grandissant de juifs américains, par exemple, qui appellent à la justice pour la Palestine et qui agissent dans ce sens, est une indication que le monde ne tolèrera plus les politiques dictées par le gouvernement israélien extrêmiste, » a déclaré Erekat dans une interview par email ayant eu lieu avant l’attentat à Sarona à Tel Aviv et qui a tué quatre Israéliens et en a blessé seize autres.

Erekat, vétéran des négociations de paix et le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine, a loué comme étant un « pas important » le fait même que la conférence de paix de vendredi dernier ait eu lieu.

« Chaque réaffirmation du besoin de mettre complètement un terme à l’occupation israélienne qui a commencé en 1967 est important, » a-t-il dit. Le communiqué final du Sommet a fait référence aux Résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité des Nations unies, résolutions dont il commente « qu’elles disent clairement que d’acquérir des territoires par la force est inadmissible et appellent Israël à se retirer vers les frontières de 1967. »

Cependant, il a reconnu « que certains éléments manquent, » comme un calendrier clair pour un retrait israélien de la Cisjordanie.

« C’est pourquoi nous devons continuer notre dialogue avec la communauté internationale. Ayant dit cela, je voudrais déclarer à tous ceux qui ont poussé dans le sens d’une déclaration sans dates limites qu’ils ne rendent service à personne, pas même aux Israéliens. » a-t-il ajouté.

Malgré leur soutien au Sommet de Paris, les Palestiniens vont continuer leurs « efforts internationaux, » a-t-il promis, bien qu’il ait refusé de dire si et quand Ramallah reprendrait ses efforts pour faire passer une résolution anti-Israël au Conseil de Sécurité des Nations unies.

Il a également rejeté le fait, mis en avant par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qu’une normalisation complète des relations avec le monde arabe pourrait avoir lieu avant qu’un accord de paix israélo-palestinien ne soit trouvé. Netanyahu a récemment partiellement adoubé l’Initiative de paix arabe et a indiqué qu’une réconciliation arabo-israélienne forcerait Ramallah à faire des concessions.

« Regardez la déclaration officielle publiée par l’Arabie Saoudite qui dit clairement que l’Initiative de paix arabe ne va pas changer. Israël doit mettre un terme à son occupation avant que toute normalisation n’ait lieu, » a ajouté Erekat.

« Le fait que l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Maroc et la Ligue arabe étaient représentées à Paris ne signifie pas qu’il y a un feu vert pour une normalisation des relations arabes avec Israël, mais cela montre le sentiment arabe que la liberté de la Palestine est déterminante pour une prochaine paix dans notre région. »

Erekat a rejeté les déclarations de Netanyahu à propos d’un « processus régional », qui serait probablement mené par l’Egypte, afin d’avancer sur le processus de paix en dehors du cadre des organes internationaux.

« M. Netanyahu essaie simplement de montrer qu’il n’y pas besoin d’une implication multilatérale et internationale. Il recycle des éléments de langage, ce qui est le maximum qu’il puisse faire, et il va probablement bientôt répéter son appel à dresser une tente entre Jérusalem-Ouest et Ramallah pour que des négociations y aient lieu, » a affirmé Erekat. Mais rien de moins qu’un retrait complet des territoires de 1967 est « un discours de peu de valeur et les Arabes le savent bien, » a-t-il dit. Ramallah agit en coordination complète avec l’Egypte, la Jordanie, l’Arabie Saoudite et d’autres, » a-t-il ajouté.

« La volonté de l’Egypte de contribuer à mettre un terme à l’occupation israélienne de la Palestine a été présentée à l’intérieur du cadre de l’initiative française, pas en dehors ».

« Avoir salué la conférence de paix de Paris, qu’Israël a vigoureusement rejetée, ne signifie pas que les Palestiniens vont arrêter de chercher d’autres forums pour internationaliser leur combat contre Israël, affirme Erekat. « Nous allons lancer des actions partout où ce sera nécessaire afin de défendre nos droits, » a-t-il promis.

« Nous allons continuer à demander un embargo sur les produits des colonies, nous allons continuer à appeler pour un désinvestissement dans les compagnies qui profitent de l’occupation israélienne, et nous allons continuer de travailler dans les forums internationaux. La question d’allons-nous ou pas présenter une résolution devant le Conseil de Sécurité recevra une réponse en temps voulu, et dans le cadre d’une coordination avec nos partenaires. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...