Exportateurs : Le shekel fort « nous assassine », la Banque d’Israël va intervenir
Rechercher

Exportateurs : Le shekel fort « nous assassine », la Banque d’Israël va intervenir

Les sociétés vendant en shekels mais payées en dollars devront réduire les frais ou déménager

Illustration : Des gilets de sécurité sont accrochés dans une usine du sud d'Israël, le 13 mars 2018. (AP/Ariel Schalit)
Illustration : Des gilets de sécurité sont accrochés dans une usine du sud d'Israël, le 13 mars 2018. (AP/Ariel Schalit)

Marian Cohen, le président du groupe israélien Mer, a surmonté de nombreuses crises au cours de ses 36 années passées au sein de la holding technologique, depuis les attaques à la roquette qui ont entravé la production et les livraisons jusqu’à la crise du crédit de 2008.

Mais le renforcement du shekel israélien par rapport au dollar américain crée une « crise existentielle » qui dépasse ces autres défis, dit-il, le laissant, ainsi que d’autres industriels, à la recherche d’une réponse.

« Lors de la première guerre du Liban, nous savions qu’il fallait serrer les dents et continuer, et pendant l’Opération Bordure protectrice, des roquettes ont survolé Ashkelon », a déclaré Cohen, 64 ans, en référence à la guerre de 1982 et au conflit Israël-Gaza de 2014, respectivement. « Les deux étaient des crises existentielles, pourrait-on dire. Mais nous savions qu’un jour elle prendrait fin. Pendant la crise financière de 2008-2009, nous avons su prendre des mesures pour surmonter la crise. Mais je n’ai aucune idée de la date à laquelle cette crise du shekel prendra fin. C’est une menace existentielle et je ne sais pas comment la gérer et je ne suis pas sûr que moi ou d’autres comme moi puissions la gérer ».

Le dollar américain a chuté ce mois-ci à sa valeur la plus basse depuis ces 24 dernières années par rapport au shekel israélien, car la monnaie américaine s’est affaiblie dans le monde entier sur le pari que le président élu Joe Biden renforcera les programmes d’aide pour aider à freiner les dégâts économiques causés par la pandémie de coronavirus, inondant le marché de dollars et diluant leur pouvoir.

L’affaiblissement du dollar a aidé les consommateurs et les importateurs israéliens, mais il dévaste les fabricants locaux qui dépendent des exportations, et les autres entreprises qui sont payées en dollars.

Jeudi, avec un dollar égal à 3,116 NIS, la Banque d’Israël a fait un geste spectaculaire, en annonçant son intention d’acheter plus de 30 milliards de dollars en devises étrangères en 2021. Mais certains sont sceptiques quant au fait que cette décision suffira à les sortir de la spirale infernale.

La Banque d’Israël a signalé son intention à l’avance, de ce que le vice-gouverneur Andrew Abir a qualifié de « mesure inhabituelle, pour des temps inhabituels », dans l’espoir de maintenir le shekel sous contrôle et de stabiliser le taux de change, ainsi que d’empêcher les multinationales de fuir.

« L’annonce préalable de l’ampleur des achats est destinée à fournir au marché une certitude quant à l’engagement de la Banque à faire face à la récente forte appréciation » de la monnaie israélienne, a déclaré la banque centrale.

« Le secteur de l’exportation se sent menacé ces derniers temps », a déclaré Abir aux journalistes, selon le quotidien financier TheMarker. « Nous ne pensons pas pouvoir jouer avec l’avenir des travailleurs qui voient leur gagne-pain en danger, surtout dans le domaine de la haute technologie ».

L’annonce a provoqué la chute immédiate du shekel à NIS 3,19 pour un dollar jeudi et le week-end dernier, il s’échangeait à NIS 3,27 pour un dollar, soit une baisse de 5 % par rapport au billet vert, ce qui souligne la confiance du marché dans cette évolution. Les économistes de la Bank Hapoalim Ltd. ont déclaré dimanche qu’ils s’attendaient à voir le shekel continuer à s’affaiblir dans les semaines à venir, suite à l’annonce de la banque centrale jeudi.

Acheter des dollars pour affaiblir le shekel n’est pas nouveau pour Israël. La banque a acheté des milliards de dollars chaque année dans le cadre d’une stratégie mise en place lors de la crise financière mondiale de 2008. En 2020, elle a acheté pour 20 milliards de dollars sur le marché des changes, un record, mais le billet vert s’est encore affaibli de 7,5 % par rapport au shekel sur 12 mois. Le shekel a augmenté de 23 % par rapport au dollar depuis 2015, selon les données fournies par l’Association des fabricants d’Israël, avant l’annonce de la Banque d’Israël jeudi.

Des Israéliens retirent de l’argent à des distributeurs automatiques à Jérusalem, le 22 février 2018. Dario Sanchez/Flash90)

La force du shekel s’explique par l’instabilité politique, un budget national essentiellement tenu en otage par des machinations politiques, et par la pandémie de coronavirus, qui a provoqué l’une des plus grandes crises économiques de l’histoire israélienne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est accusé de corruption dans trois affaires et le pays, dirigé par une coalition gouvernementale dysfonctionnelle qui n’a pas réussi à adopter les budgets pour 2020 ou 2021, connaîtra en mars ses quatrièmes élections générales en deux ans.

Le déficit budgétaire pour 2020 est le plus élevé jamais enregistré par la nation – 160,3 milliards de NIS, soit 11,7 % de son PIB, soit environ trois fois plus que le déficit de l’année précédente, a déclaré le ministère des Finances la semaine dernière.

Le Trésor a estimé que le PIB pour l’année s’est contracté de quelque 3,3 %, et la Banque centrale a estimé la baisse à 3,7 %, deux chiffres qui sont encore meilleurs que certaines prévisions pessimistes antérieures qui prévoyaient une baisse pouvant atteindre 7 %.

La pandémie de coronavirus a causé des niveaux records de chômage en Israël – 16 % cette année selon une estimation de la Banque d’Israël. Un shekel fort, qui nuit aux exportations, pourrait entraver la reprise de l’économie après le coup porté par le virus, a déclaré le gouverneur de la banque centrale Amir Yaron.

Amir Yaron, gouverneur de la Banque d’Israël, s’exprimant lors de la conférence Eli Hurvitz sur l’économie et la société organisée par l’Institut israélien de la démocratie, le 17 décembre 2019. (Michal Fattal)

Le boom des marchés boursiers étrangers entraîne un renforcement du shekel par rapport à la plupart des devises, car les investisseurs couvrent leurs investissements sur les marchés boursiers étrangers en vendant des réserves de devises étrangères.

En outre, les Israéliens évitent la plupart du temps de voyager à cause du coronavirus, laissant chez eux quelque 3 milliards de dollars en devises étrangères qu’ils dépensent normalement à l’étranger.

Le shekel est également soutenu par les solides fondamentaux de l’économie israélienne. La balance des paiements israélienne est largement excédentaire, car les exportations dépassent les importations, principalement en raison de la vigueur de l’industrie high-tech, qui connaît une croissance rapide de ses revenus et attire de nombreux investissements étrangers. La production de gaz naturel à partir d’énormes gisements de gaz depuis 2013 a également contribué à réduire les importations d’énergie, et les économies réalisées par les ménages en Israël, en termes d’épargne et de plans de retraite, sont élevées. Tout cela a un impact sur la balance des paiements courants du pays, ce qui lui donne un excédent.

Des visiteurs découvrent une exposition lors du sommet technologique GITEX à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 7 décembre 2020. (AP Photo/Jon Gambrell)

La signature d’accords de normalisation avec les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Maroc et le Soudan, avec la promesse d’autres accords à venir, renforce également le shekel en faisant disparaître certaines des tensions géopolitiques qui ont traditionnellement pesé sur la monnaie israélienne, a déclaré Terence Klingman, économiste et directeur des investissements de la Heritage Family Office Partners Ltd, qui conseille les familles riches sur les endroits où investir leurs fonds.

Toujours en mode survie

Un shekel fort est bon pour les consommateurs israéliens : il rend les produits importés et les voyages à l’étranger moins chers. Cela sera utile lorsque le pays sortira de la crise du coronavirus.

Mais la hausse de la monnaie est catastrophique pour les fabricants et les exportateurs locaux, qui paient les employés, les impôts et les autres dépenses en shekels, mais vendent leurs produits en dollars.

Les entreprises ont été contraintes d’augmenter les prix et de devenir moins compétitives sur le marché mondial, ou de voir leurs marges bénéficiaires se réduire, ou une combinaison des deux. Les entreprises réagissent en réduisant leurs dépenses, en licenciant des travailleurs ou en se délocalisant vers des sites moins chers.

Marian Cohen, président du groupe israélien Mer. (Autorisation)

« Des entreprises sont assassinées », a déclaré M. Cohen de Mer.

Le groupe Mer possède des filiales dans le monde entier dans divers secteurs d’activité, allant des produits d’infrastructure de télécommunications à la sécurité intérieure et aux solutions pour villes intelligentes, en passant par les technologies de défense et les services de cybersécurité. Créée dans les années 1980 en tant qu’entreprise familiale, elle est aujourd’hui une société cotée en bourse avec une capitalisation boursière de 42,2 millions NIS.

La société a commencé ses activités par des ventes en Israël et, au fil des ans, s’est étendue à l’étranger. « Soixante-dix à 75 % de notre chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger et 90 % de notre rentabilité provient des ventes à l’étranger », a déclaré M. Cohen. Mais ces dernières années, alors que le shekel s’est renforcé par rapport au dollar, la vente de projets et de produits est devenue plus difficile, a-t-il dit.

« Le dollar s’affaiblit de plus en plus, et notre position par rapport à nos concurrents s’affaiblit également », a-t-il déclaré. « Les industriels réfléchissent toujours à la manière de réduire les coûts et de devenir plus efficaces ; nous sommes toujours en mode survie. Mais il y a une limite à ce que nous pouvons faire. Il arrive un moment où nous devons licencier des travailleurs ou, pire encore, arrêter nos activités. Et ce n’est pas quelque chose de temporaire. Une usine qui a été fermée ne rouvrira jamais ».

Il y a cinq ans, le groupe Mer employait 1 550 travailleurs dans le monde entier, a-t-il déclaré. Ce chiffre est maintenant tombé à 700 « en raison de la faiblesse du dollar ».

De même, le groupe a arrêté les activités de deux usines de fabrication de tours d’antenne en Israël, et les produit maintenant dans des entreprises communes à l’étranger avec des partenaires chinois, turcs et mexicains.

Ce n’est pas seulement la faiblesse du dollar. Selon M. Cohen, les coûts locaux élevés et un environnement réglementaire difficile en Israël ont également nui aux entreprises.

L’annonce faite jeudi par la Banque d’Israël est un pas dans la bonne direction, a déclaré M. Cohen. Mais les outils monétaires pour réduire le shekel ne sont pas suffisants, a-t-il ajouté, appelant à une longue liste d’autres mesures, comme la baisse des impôts et la réduction des avantages financés par l’employeur pour remédier à ce qu’il a décrit comme un environnement dans lequel les entreprises sont touchées par des politiques gouvernementales peu favorables aux entreprises.

« Nous sommes de plus en plus accablés, tout le temps », a-t-il déclaré.

Le sort des industriels israéliens tombe dans les oreilles sourdes d’un gouvernement dysfonctionnel, a-t-il dit. « Il n’y a personne à qui parler. Nous ne brûlons pas les pneus et ne bloquons pas les autoroutes en signe de protestation. Mais des processus sont en cours, et des fermetures suivront. Nous devons protéger notre avenir ».

Une pochette surprise

Tout comme le gouvernement a mis en place divers programmes pour protéger l’économie contre la pandémie, il doit maintenant trouver un « vaccin pour l’économie » contre le shekel fort, a déclaré Netanel Haiman, chef de la division économique de l’Association des fabricants d’Israël. « S’ils ne comprennent pas que nous avons ici une urgence à laquelle il faut répondre, alors tous les efforts pour remettre l’économie et l’emploi sur les rails seront mis à mal ».

Les effets du shekel sur les exportations ne sont pas immédiats ; ils vont plutôt se faire sentir lentement, a déclaré M. Haiman. « Vous ne verrez peut-être pas l’ampleur du problème dans les données quotidiennes, mais cela finira par se manifester. La situation est très mauvaise ».

Terence Klingman — chef des investissements au sein de Heritage Family Office Partners Ltd. (Autorisation)

« C’est une pochette surprise », a déclaré l’économiste Klingman. Les décideurs politiques doivent peser un certain nombre de facteurs quand ils réfléchissent à la hausse du shekel. D’une part, un shekel fort sera bon pour les consommateurs frappés par la pandémie, car il les aidera à dépenser plus pour des produits importés moins chers. D’autre part, il est mauvais pour les fabricants dont les usines de production se trouvent principalement en Israël et qui dépendent des exportations.

Les entreprises technologiques à forte croissance en Israël ont vu leurs ventes augmenter fortement, ce qui les aide à dépasser la faiblesse du shekel, a-t-il dit. Les entreprises les plus touchées sont celles qui existent depuis plusieurs années et dont les marges de croissance sont plus faibles, et les industries plus traditionnelles, dont la croissance des revenus est plus lente. « Elles sont confrontées à un double problème, en raison de la diminution de la demande due à la pandémie et au shekel fort ».

Les économistes ont parlé d’une reprise en forme de « K » de la pandémie, certaines industries se rétablissant rapidement et d’autres à la traîne, et Klingman pense que les exportateurs verront également une reprise en forme de « K » – de la pandémie et du shekel fort : Les entreprises de taille moyenne qui se sont installées à l’étranger et qui fabriquent dans le monde entier pour être proches de leurs marchés se remettront plus vite que celles qui ne produisent qu’en Israël.

« Ce seront les plus difficiles », a-t-il déclaré.

Romold Technologies Ltd, un fabricant de produits en plastique pour les industries de la construction, des eaux usées et des télécommunications, a été fondé en Israël en 1992 et est maintenant détenu par Romold GMBH en Allemagne.

L’entreprise exporte actuellement environ 25 % de ses produits. « Il y a quelques années, nos exportations représentaient 70 à 80 % de nos ventes », a déclaré le PDG Dovi Frumovich, qui dirige l’entreprise depuis 15 ans. « Il est devenu très coûteux de produire ici, c’est pourquoi nous avons déplacé la production en Allemagne et en République tchèque ».

Dovi Frumovich, le PDG de Romold Technologies Ltd. à l’usine dans la zone industrielle d’Alon Tavor – à côté d’un conduit d’égout, l’un des principaux produits de la société. (Autorisation)

Pour chaque tranche de 1 000 dollars de produits vendus, l’entreprise obtenait environ 4 000 shekels NIS, qui servaient à payer les salaires locaux et d’autres frais. Maintenant, pour chaque tranche de 1 000 dollars de produits vendus, l’entreprise ne reçoit plus que 3 200 NIS, dit-il, en raison de l’appréciation du shekel. En attendant, les coûts locaux, en shekels, sont élevés. Le salaire minimum mensuel en Israël est de 5 300 NIS par mois, les taxes municipales et autres sont élevées, et la réglementation est lourde.

« Je ne peux pas demander à mes clients de payer plus cher à cause du shekel élevé », a déclaré M. Frumovich. « Ce n’est pas leur problème. Nous avons déjà eu du mal à concurrencer des entreprises asiatiques ou turques. Maintenant, je ne peux pas non plus concurrencer les fabricants européens ou américains ».

Ces dernières années, l’entreprise a réduit d’environ 20 % ses effectifs en Israël, passant de 100 à 80 employés, et M. Frumovich a déclaré que si les choses ne changent pas, il continuera à déplacer ses activités à l’étranger.

« Le gouvernement doit décider s’il veut une industrie en Israël ou non, et si oui, il doit la soutenir », a-t-il déclaré. La taille du marché local est petite et les entreprises ne peuvent pas survivre en se contentant de vendre localement. Elles doivent être capables d’exporter, dit-il.

Les interventions de la Banque d’Israël sur le marché des devises étrangères aident un peu, mais « elle devrait faire beaucoup plus », a déclaré M. Frumovich. Il admet cependant qu’“il n’est pas facile de contrôler les fluctuations monétaires”.

Comme M. Cohen, M. Frumovich estime que le gouvernement devrait aider les entreprises autrement qu’en essayant simplement de contrôler le shekel, par exemple en réduisant les impôts et en assouplissant la réglementation, a-t-il déclaré.

« Il m’a fallu quatre ans pour déplacer mon usine en Israël d’un endroit à l’autre. Il m’a fallu 11 mois pour construire une nouvelle usine en Autriche », a-t-il déclaré.

Le 12 janvier, le site web financier Globes a annoncé que le fournisseur américain de logiciels de cybersécurité McAfee allait fermer son centre de développement à Tel Aviv pour réduire ses coûts, principalement en raison du shekel fort.

Le même soir, la Israeli High-Tech Association, un groupe de coordination pour l’industrie technologique qui fait partie de l’Association des fabricants, a convoqué une réunion de la commission.

« Il y a eu une participation complète », a déclaré M. Cohen, le président du groupe Mer. « Tout le monde est frustré et mécontent. Et c’est parce qu’il n’y a personne à qui parler. Nous pouvons faire toutes sortes de suggestions et de propositions, mais il n’y a personne de l’autre côté qui écoute ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...