Fin des offices dans les synagogues françaises – qui restent néanmoins ouvertes
Rechercher

Fin des offices dans les synagogues françaises – qui restent néanmoins ouvertes

Les synagogues et les lieux de culte ne devront pas accueillir plus de 15 personnes simultanément et instaurer une distance de 2 mètres entre les fidèles

Intérieur de la synagogue néo-byzantine de la ville de Thann en Alsace, France. (CC/SA 3.0/Claude TRUONG-NGOC)
Intérieur de la synagogue néo-byzantine de la ville de Thann en Alsace, France. (CC/SA 3.0/Claude TRUONG-NGOC)

Haïm Korsia, grand rabbin de France, Michel Gugenheim, grand rabbin de Paris, et Joel Mergui, président du Consistoire central, ont à nouveau réagi à la crise sanitaire du coronavirus dans un communiqué publié ce dimanche. Leur missive faisait suite à l’intervention du Premier ministre Édouard Philippe, qui a annoncé samedi soir la mise en place de nouvelles mesures drastiques afin de lutter contre l’épidémie – dont la fermeture de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ».

Si les sites religieux ne fermeront pas pour le moment, leur accès et les pratiques en leur sein seront fortement limités.

Les trois hommes ont ainsi rapporté que « les lieux de culte restent ouverts mais sans cérémonies ».

« Nous avons l’obligation de suivre à la lettre les directives du gouvernement, ont-ils écrit. C’est l’application du principe ‘Dina démalkhouta dina’, la loi de l’Etat a force de loi. »

Nous avons l’obligation de suivre à la lettre les directives du gouvernement.C’est l’application du principe » Dina…

פורסם על ידי ‏‎Haïm Korsia‎‏ ב- יום ראשון, 15 במרץ 2020

« Dans ce cadre, il importe de respecter les consignes drastiques de distance de 2 mètres, de lavage des mains et d’hygiène des lieux que nous avons données depuis deux semaines, de ne pas faire venir les personnes âgées, les enfants et les personnes fragiles. Il faut limiter le nombre des personnes se rendant dans les synagogues au strict minimum avec un maximum de 15 personnes simultanément. Si ces consignes ne peuvent pas être appliquées en fonction des configurations des synagogues et de considérations locales, il faudra prendre la décision de fermeture pour ne pas risquer la diffusion de l’épidémie. »

Ils ont ainsi ajouté faire appel « au sens de la responsabilité et de la solidarité de toutes et tous ».

Vendredi – mais également la semaine dernière –, alors que le Conseil français du culte musulman a appelé toutes les mosquées à suspendre la prière du vendredi à partir du 20 mars, le Consistoire central et le grand rabbin de France avaient déjà émis de nouvelles directives concernant la fréquentation et les pratiques dans les synagogues.

« Les responsables communautaires que nous sommes devons prendre des mesures afin de limiter les risques de contamination pour l’ensemble de nos fidèles », expliquaient-ils.

« Comme Moïse exigea de Pharaon qu’il laisse sortir d’Egypte nos jeunes et nos anciens, il est primordial de protéger ces deux groupes de personnes, en les priant de s’abstenir de venir à la synagogue », avaient-ils conclu leur message de vendredi dernier. « Ce chabbat encore, nous garderons l’espérance et prierons pour tous ceux qui ont été touchés par cette maladie. Puisse l’Eternel contenir cette épidémie, guérir les malades et guider les scientifiques à trouver rapidement un traitement ou vaccin. »

Le nombre de cas de coronavirus dans le monde a dépassé les 150 000 samedi, avec 5 764 décès, provoqués par une flambée d’infections en Italie, selon un décompte de l’AFP compilé à partir de sources officielles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...