Israël en guerre - Jour 293

Rechercher

Gallant nie avoir dit qu’il s’opposait à la destitution d’un député d’extrême-gauche

La Knesset doit se prononcer la semaine prochaine sur l'avenir politique d'Ofer Cassif, qui a accusé les dirigeants israéliens de prôner un génocide contre les Palestiniens

Le ministre de la Défense Yoav Gallant visitant la base aérienne de Tel Nof, dans le centre d'Israël, le 4 février 2024. (Crédit : Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant visitant la base aérienne de Tel Nof, dans le centre d'Israël, le 4 février 2024. (Crédit : Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, s’est empressé mercredi de démentir les rumeurs l’accusant de vouloir s’abstenir de participer au vote sur la destitution du député d’extrême gauche Ofer Cassif, qui risque d’être expulsé de la Knesset en raison de son soutien aux accusations de génocide à l’encontre d’Israël.

Dans un communiqué, Gallant a qualifié de « fausses et tendancieuses » les allégations selon lesquelles il se serait opposé à la procédure de destitution. Il a rappelé qu’il faisait partie des 85 législateurs qui ont signé une requête en faveur du lancement d’une procédure de destitution et a affirmé qu’il avait bien l’intention d’être présent lors du vote.

La plénière de la Knesset doit décider de l’avenir politique de Cassif lundi, moins de trois semaines après le vote écrasant de la commission de la Chambre de la Knesset en faveur de cette radiation sans précédent.

Selon la loi, une super majorité de 90 législateurs est nécessaire pour destituer Cassif.

La décision quasi-unanime de la commission a été condamnée par le président de Hadash-Taal, Ahmad Tibi, qui l’a qualifiée de « jour noir pour la Knesset », et par le parti de centre-gauche Avoda, qui a qualifié l’ensemble du processus « d’anti-démocratique par nature ».

Cette tentative de destitution fait suite au soutien public de Cassif à la motion de l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, que ses détracteurs ont qualifié de « trahison ».

Seul membre juif du parti à majorité arabe Hadash-Taal, Cassif a signé une requête soutenant les revendications de Pretoria et a accusé les dirigeants israéliens de prôner le génocide et les crimes contre l’humanité contre les Palestiniens.

Le député Ofer Cassif (à gauche) et l’avocat Michael Sfard lors d’une audience de destitution, le 29 janvier 2024. (Crédit : Sam Sokol/Times of Israel)

En réponse, le député d’Yisrael Beytenu, Oded Forer, a invoqué une disposition dans la loi de suspension de 2016, jusque-là inutilisée, en vertu de laquelle les députés peuvent censurer leurs pairs s’ils ont commis une des infractions prévues, comme le soutien « à la lutte armée » contre Israël ou l’incitation au racisme.

Malgré l’ampleur des réactions contre Cassif, le procureur général adjoint Avital Sompolinsky et le conseiller juridique de la Knesset Sagit Afik ont tous deux déclaré que les accusations portées contre lui n’atteignaient pas « le seuil criminel » nécessaire à sa révocation.

Réagissant aux rumeurs selon lesquelles Gallant n’avait pas l’intention de participer au vote, le ministre de la Sécurité nationale d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, a affirmé que l’absence alléguée du ministre de la Défense dans le processus constituait « une preuve supplémentaire de la direction dans laquelle Gallant s’est engagé depuis longtemps », a rapporté le site d’information Walla.

« Cela a commencé par des ordonnances contre des résidents d’implantations et maintenant [cela va jusqu’à lui faire] éviter d’expulser de la Knesset un partisan du terrorisme. La voie choisie par Gallant m’attriste. »

Le député d’Yisrael Beytenu, Oded Forer (à gauche) et le président de Hadash-Taal, Ahmad Tibi (à droite), lors d’une réunion de la commission de la Knesset, le 30 janvier 2024. (Crédit : Noam Moskowitz/Porte-parole de la Knesset)

S’adressant directement aux ministres Benny Gantz et Gadi Eisenkot du parti HaMahane HaMamlahti, ainsi qu’au Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors de la session plénière de la Knesset de mercredi, Forer a déclaré qu’il était temps de « retirer de la Knesset ceux qui prétendent que [nos soldats] commettent un génocide ».

« Gantz, Lapid – la destitution du partisan du terrorisme Ofer Cassif de la Knesset israélienne est à l’ordre du jour », a encore tweeté Forer, dans le cadre d’un effort visant à obtenir un soutien avant le vote de lundi.

85 membres de la Knesset ont signé un texte appelant à une procédure de destitution, dont plusieurs membres des partis HaMahane HaMamlahti de Benny Gantz et Yesh Atid, parti du chef de l’opposition Yair Lapid.

Si certains membres de Yesh Atid ont soutenu la procédure, d’autres s’y sont opposés, et un porte-parole du parti a déclaré le mois dernier au Times of Israel que les députés du parti étaient libres de voter comme ils l’entendaient sur la question.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.