Griveaux distingue gilets jaunes et les groupes qui les ont infiltrés
Rechercher

Griveaux distingue gilets jaunes et les groupes qui les ont infiltrés

Pour le porte-parole du gouvernement, des groupes "minoritaires" d'extrême-droite et d'extrême-gauche font preuve d'un "antisémitisme crasse"

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement. (NickK CC BY-SA 4.0  Wikimedia Commons)
Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement. (NickK CC BY-SA 4.0 Wikimedia Commons)

Il ne faut pas faire « l’amalgame » entre les « gilets jaunes » qui manifestent sincèrement et des insultes antisémites qui ont visé samedi à Paris le philosophe Alain Finkielkraut, mais ce mouvement « est infiltré par beaucoup » de groupes, a déclaré dimanche Benjamin Griveaux sur LCI.

« A nouveau, je ne mélange pas ceux qui ont enfilé un gilet jaune il y a maintenant trois mois … Ceux-là sont très loin des comportements que l’on a observé hier », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Évoquant le chiffre dévoilé dans la semaine sur une augmentation de 74 % des actes antisémites en 2018, il a ajouté que « personne ne peut raisonnablement considérer que cela est lié aux gilets jaunes ».

« Mais force est de constater que, à l’intérieur de ces cortèges, de manière minoritaire à nouveau, vous avez des éléments d’extrême gauche ou d’extrême droite qui font preuve d’un antisémitisme crasse qu’ils ont exprimé hier par des insultes », a-t-il ajouté.

Certains manifestants des gilets jaunes réunis sur la colline de Montmartre, à Paris, devant la basilique du Sacré-Coeur, le 22 décembre 2018 (Crédit : Sameer Al-Doumy / AFP)

Interrogé par un journaliste de LCI pour savoir si le mouvement était infiltré par « l’islamo-gauchisme », Benjamin Griveaux a répondu : « Je pense qu’il est infiltré par beaucoup ».

« Je sais pas ce que c’est que l’islamo-gauchisme en terme d’organisation mais, à l’évidence, vous avez à l’intérieur des cortèges, des gens qui se réclament en tout cas d’un antisémitisme liée à la question israélienne à l’évidence. Mais vous avez aussi de la même manière – et les liens ont été établis -, des gens qui sont issus de l’extrême droite et avec le vieux fond qu’on connaît bien dans l’extrême droite française d’antisémitisme ».

Pour lui, « la meilleure réponse » est la participation du plus grand nombre aux manifestations prévues mardi à l’appel de plusieurs partis politiques, « pour célébrer la République et la lutte contre l’antisémitisme », y compris le Rassemblement national de Marine Le Pen qui n’a pas été convié.

« J’ai comme le sentiment que le Rassemblement national n’a pas toujours été très clair sur ces sujets, par le passé. Aujourd’hui, elle (ndlr: Marine Le Pen) a dénoncé l’acte antisémite et il faut s’en réjouir », a-t-il ajouté.

Le parquet de Paris a annoncé dimanche 17 février avoir ouvert une enquête sur les injures antisémites à l’encontre d’Alain Finkielkraut en marge d’une manifestation de « gilets jaunes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...